Zelium

"Le Journal mensuel satirique qui peut rire de tout, mais pas avec Joe Dassin"
mardi 24 mai 2011 à 08:19, par Eulalie

ZeliumComme tous les mardis, j’allais faire mon loto sportif chez mon tabac-presse. Heure d’affluence. C’est petit chez mon buraliste, et me voilà en bout de queue, contrainte et contrariée d’avoir le nez dans la section presse nationale bon teint. Je jette un oeil distrait et lassé sur les unes, couvertures affligeantes. Chez mon buraliste revues et journaux sont disposés avec soin. Tout à coup, coincés entre 2 hebdos papier-glacé dont je préfère taire le nom, j’aperçois 3 petits exemplaires d’un journal mensuel satirique appelé Zélium. Je me méfie toujours des journaux satiriques : parfois, ils ne sont pas du tout satiriques et ne font pas rire. Impossible de le feuilleter pour voir de quoi il retourne, arrive mon tour. En cochant les cases de mon loto, je demande donc à mon marchand de journaux s’il connaît ce journal et ce qu’il en pense. Il me répond qu’il est vulgaire parce que « quand même, y’a critique et critique des choses de la société avec lesquelles on n’est pas d’accord ». Bon, très bien, dans ce cas, je le prends. Et je ne regrette pas de lui avoir fait confiance. Un très bon journal vendéen-belge qui se lance dans l’aventure sans un sou, qui depuis février nous invite au décollage loin des matraques idéologiques de ses "confrères". Drôlement sérieux et sérieusement drôle, on y retrouve illustrateurs, chroniqueurs, rédacteurs de Siné Hebdo, Hara-Kiri, l’Echo des Savanes, Bakchich et j’en oublie certainement. Plutôt qu’à découvrir, à ouvrir (enfin, faut voir, ça dépend de là où on se place).

Mon buraliste est bien ingrat : Zelium a choisi de ne pas faire d’abonnement afin que ces professionnels aient leur part. Je m’en retourne donc de ce pas à la boutique pour le remercier vivement de me l’avoir fait connaître et lui conseiller de le ranger au-dessus des titres qui prennent toute la couverture. En plus, c’est décidé, j’arrête le loto-sportif et je soutiens Zelium.


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
Zelium - Eulalie - 25 mai 2011 à 17:05

Mon buraliste m’a expliqué qu’il n’avait absolument aucun choix dans les quantités, titres que les distributeurs leur imposent. Qu’il perdait ainsi des clients parce que tel journal ou revue n’était pas assez vendeur dans la boutique aux yeux des distributeurs. Par contre, que quand il s’agit des marchands de presse de chez Carrefour, on ne leur posait pas autant de conditions....


Si Zelium manque d’oxygène c’est que ... - DarekDysiast - 25 mai 2011 à  17:51

Un sujet passionnant que la distribution de la presse papier. Et par exemple cet article : http://fr.wikipedia.org/wiki/Presstalis est instructif.

On y apprend par exemple que le premier groupe de distribution de la presse français, en situation de quasi monopole, et qui voit indépendance garantie par la limitation à 49% seulement des parts de son capital détenues par Lagardère était géré jusqu’en 2010 par le même Pfimlin qui la préférence de Sarkozy pour la présidence de France Télévision.

Depuis c’est une salariée de Lagardère qui est aux manettes, mais n’allez pas en tirer des conclusions ... C’est la demande qui fait le marché (sic sic sic)

Répondre à ce message #32511 | Répond au message #32510
Zelium - B. Javerliat - 24 mai 2011 à 09:50

« c’est décidé, j’arrête le loto-sportif et je soutiens Zelium. » Si Zelium peut faire cesser votre assuétude au loto (sportif de surcroît !), il aura servi à quelque chose ;-)


Zelium - Eulalie - 24 mai 2011 à  10:39

Comme je perdais toujours au loto-sportif, je me suis dit que j’allais me mettre du côté des gagnants. ;-)

Répondre à ce message #32477 | Répond au message #32475
Zelium - B. Javerliat - 25 mai 2011 à  19:43

Comme je perdais toujours au loto-sportif


En effet, 100% des perdants ont tenté leur chance !

Répondre à ce message #32513 | Répond au message #32477