La Nouvelle République licencie et quitte le Cher

mardi 21 juillet 2009 à 15:07, par Mister K

La direction de La Nouvelle République du Centre-Ouest (NRCO) avait informé le 16 Juillet les délégués du personnel de la réorganisation du groupe, réorganisation qui a été présentée le lundi 20 juillet à Tours lors d’un comité d’entreprise extraordinaire. Résultat, 181 licenciements au sein du groupe NRCO et la suppression de l’édition du Cher dont le dernier numéro devrait paraître le 30 Septembre 2009. La faute a qui ? Qui gagne quoi ?

La Nouvelle République licencie et quitte le Cher
Siège Social de la NR à Tours

La crise de la presse

L’argument mis en avant est celui, très la tarte à la crème, de la crise de la presse et en particulier de la PQR [1]. Les chiffres sont, à ce niveau, éloquents : de 280000 exemplaires dans les années 80, La Nouvelle République ne diffuse plus qu’à 208500 exemplaires en moyenne en 2008 dont 13000 exemplaires pour l’édition du Cher [2]. Une perte de 25% de la diffusion payante en 20 ans, et ce, sans véritable réaction éditoriale, cela se paye forcément un jour. Ajouter à cela l’augmentation des coûts dont l’augmentation du prix du papier, une baisse des recettes publicitaires et vous obtenez une situation financière catastrophique. A tel point que La Nouvelle République a dû faire appel à un emprunt afin d’honorer le 13ème mois des salariés.

Une réorganisation lente à venir

La direction de La Nouvelle République a été assez habile vis à vis de ses salariés ; en effet, il y a quelques mois, en Septembre 2008, un rapprochement "stratégique" entre NRCO et le groupe Centre-France La Montagne [3] avait été annoncé. On parlait alors d’un montage financier complexe à tel point que nous avions titré en Septembre 2008 BR-NR : qui mangera qui ?. A l’époque, l’annonce avait créé un peu de remous au sein du Berry Républicain dont les salariés pensaient être plus ou moins absorbés par la NR. A la NR, le calme régnait. Depuis, de l’eau est passée sous les ponts, le groupe Centre-France a joué la montre et laissé la situation financière de La Nouvelle République se dégrader. Les salariés de La Nouvelle République ont voté un changement de statut en vu d’une potentielle entrée de Centre-France au capital de la NRCO. Cette année de perdue pour La Nouvelle République ne sera, au final, certainement pas neutre.

Le Berry Républicain grand gagnant

Au final, le Berry Républicain sort grand gagnant. En effet, à partir d’octobre 2009, l’absence de concurrence devrait largement compenser l’érosion lente qui gagne également la diffusion du premier quotidien du Cher. Au final, du coté BR, la réorganisation et le plan de licenciement côté NR est vu comme une simple restructuration de la presse régionale en région Centre. Pas sûr que cette façon de voir les choses incite la rédaction du Berry Républicain à se remettre en cause... Il ne faut pas oublier que le BR avait connu, lui aussi, un plan de licenciements en 2004.
Mais, la logique de regroupement entre NRCO et Centre-France La Montagne semble presque inéluctable. Nicolas Sarkozy a en effet affiché ouvertement sa volonté de favoriser l’émergence de grands groupes de presse, la région Centre étant une des rares régions à ne pas être dominée par un seul groupe de presse.

La pluralité de la presse, grande perdante

Alors bientôt, dans le Cher, vous aurez le choix entre le Berry Républicain et le Berry Républicain. Comme dans la plupart des régions de France, un seul quotidien régional sera au rendez-vous. La faute à qui ? Aux lecteurs qui n’achètent plus de journaux pardi ! Oui, mais c’est un peu facile et irresponsable comme réponse. Peut-être aurait-il fallu que tout le milieu de la presse se remette en cause et se demande pourquoi les journaux ne sont-ils plus aussi lus... Les solutions récentes présentées aussi bien par le Berry Républicain que par la Nouvelle République avec le passage au format tabloïd semble remettre en cause la forme. Alors que la PQR semble bien souffrir d’un gros problème de fond et donc de contenu. De ce côté là, la qualité est souvent catastrophique avec un contenu caricatural, anecdotique, avec une absence totale d’esprit critique ou presque. Le BR et la NR rentrent, encore aujourd’hui, dans la catégorie de la presse à grand-papa. Pourtant, malgré des énormes défauts, la perte de la Nouvelle République dans le Cher est une véritable catastrophe pour le département, pour la pluralité de l’information. Sans liberté de choix, sans concurrence, la PQR dans le Cher n’a aucune chance de se remettre en cause, d’améliorer sa qualité et donc d’inverser la tendance profonde de baisse de sa diffusion.

Une solution : faire du journalisme ?

Parce que c’est le véritable métier de la presse, le journalisme est peut-être la solution. Et peu importe le support. Ce travail de qualité ne pourra en aucun cas être remplacé par les blogs ou webzines tel que l’Agitateur [4]. Ce travail de journalisme demande effectivement du temps et des moyens, choses que l’on ne retrouve pas sur le web. Avec un contenu plus pertinent, plus politique au bon sens du terme, c’est à dire plus en prise avec la vie de la cité, un contenu moins anecdotique, moins lénifiant, la presse quotidienne régionale peut espérer renverser la tendance. Dans le cas contraire, si elle s’obstine à ne rien changer fondamentalement, l’érosion lente la tuera. Et tout le monde y perdra, surtout la démocratie locale.

[1Presse Quotidienne Régionale

[2A comparer aux 29000 exemplaires vendus par le Berry Républicain

[3Qui édite entre autre Le Berry Républicain

[4Sauf à se professionnaliser

commentaires
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - okaio - 6 septembre 2011 à 16:12

aujourd’hui un jour triste il y a 4 ans mon frère Louis François Caillaud directeur de la Nouvelle République de Bourges décédé un acharné de travail exemplaire dans le journalisme un samaritain pour tous..le 6 septembre 2007 en sortant de son cardiologue... ironie... merci LOULOU je t’aime et nous t’aimons tous toujours..on t’oublie pas...merci de penser à lui.


#33214
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - caso - 27 août 2009 à 09:47

Y aura-t-il une manif à Bourges le 1er septembre prochain ?


#23588
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - jmp - 27 août 2009 à  12:32

Elle se déroule à Tours le 1er Septembre. A Bourges, seule l’équipe des commerciaux a manifesté durant l’été. La rédaction de la NR semble inactive, peut-être qu’elle ira manifester à Tours ?
Du côté de St Amand, un lecteur a créé une pétition qui a recueilli pas plus de 1500 signatures.

#23589 | Répond au message #23588
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - caso - 27 août 2009 à  13:12

"La rédaction semble inactive..." écrivez-vous. Preuve que le malaise est très grand et que chacun va essayer de sauver sa peau. Par contre, JMP, je suis très surpris des réactions des internautes qui se connectent à l’Agitateur. Je pense que les Berrichons n’ont pas compris ce qui allait se passer après le 30 septembre, date de la fin de parution de la "Nounou" dans le Cher. Et sans doute que cette indifférence explique mieux la chute des ventes des deux quotidiens du Cher depuis de longues années. Et n’allez pas croire que "l’objectivité ou non" des journalistes en est la seule raison...
Il serait intéressant qu’un vrai débat s’ouvre sur ce site, et pas uniquement avec les intervenants habituels !

#23590 | Répond au message #23589
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - jmp - 27 août 2009 à  13:53

je suis très surpris des réactions des internautes qui se connectent à l’Agitateur. Je pense que les Berrichons n’ont pas compris ce qui allait se passer après le 30 septembre, date de la fin de parution de la "Nounou" dans le Cher. Et sans doute que cette indifférence explique mieux la chute des ventes des deux quotidiens du Cher depuis de longues années.

Moi aussi je suis surpris même si la baisse du tirage montre la perte d’influence de ce journal depuis plusieurs années (tiré à 13.000 il ne serait vendu, parait-il qu’à 7000... autrement dit : pas grand chose, beaucoup de fanzines et de webzine affichant des résultats supérieurs !!!!). Quelques responsables locaux ont exprimé leur solidarité, assez tôt : Yannick Bedin, Yann Galut, Irène Félix, Rémy Pointereau... mais à Bourges, on a effectivement l’impression d’une réelle indifférence des bérruyers... ceet indifférence n’est peut-être pas réelle en dehors de Bourges si l’on constate la signature de la pétition du côté de St Amand. En même temps, on n’a pas l’impression que la rédaction du Cher soit très mobilisée et active pour défendre les emplois et la pluralité de la presse ! En tout cas, beaucoup moins qu’à la rédaction Tourangelle. peut-être qu’à Bourges certains se disent que s’ils se taisent ils auront droit à une petite place ailleurs, peut être qu’il y a des promesses de reconversion qui font que les journalistes préfèrent sacrifier leur journal à bourges du moment qu’ils aient une place ailleurs.

#23591 | Répond au message #23590
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - caso - 27 août 2009 à  14:08

Quand je parle du manque de réactions des internautes ou des lecteurs de la Nounou, je ne visais pas les élus de ce département qui, le savez-vous sans doute, reçoivent ou ont à leur disposition ce journal gratuitement !!!. Je comprends alors leur angoisse, d’autant que d’ici un mois, ils devront faire avec le bon vouloir ou pas du Berry républicain, désormais maître de l’information dans le Cher. Ce qui ne doit pas beaucoup les ravir, et je les comprends ! Car il ne faut pas oublier qu’un nournal n’est pas extensible à volonté, et quand les pages sont pleines on ne peut pas en rajouter. ce que je dis pour les élus, est également valable pour tous les acteurs de ce département, qui vont découvrir ce qu’ils n’ont jamais connu : un seul quotidien !

#23592 | Répond au message #23591
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - Mister K - 27 août 2009 à  14:18

Oui, pour vous répondre, je dirai qu’ici, à l’Agitateur, nous sommes convaincus de l’intérêt pour les habitants et la démocratie locale d’avoir une pluralité de la presse. Il ne tient qu’aux acteurs de la NR et aux lecteurs de "s’emparer" de ce site pour défendre la NR et l’édition du Cher. Nos colonnes sont donc largement ouvertes. Après, "le combat" ne se situe pas forcément uniquement sur le web. Mais l’Agitateur peut-être est outil d’information et de mobilisation non négligeable. De notre coté, on pense avoir fait de notre mieux en publiant un article sur le sujet en pleine période de vacances...maintenant, il faut être bien conscient que sans plus d’informations, on ne pourra pas aller beaucoup plus loin.

#23594 | Répond au message #23592
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - Mister K - 27 août 2009 à  14:08

Oui, la faible mobilisation peut aussi s’expliquer par la période : annoncer une telle restructuration en pleine période de vacances, c’est la garantie d’une certaine tranquillité pour la direction de la NR. En Septembre, peut-être que les choses vont bouger un peu plus. Mais il sera vraisemblablement trop tard. Mais j’ai quand même l’impression que la suppression de l’édition du Cher a été considéré avec un certain fatalisme par l’ensemble des salariés de la NR et par les lecteurs. Un truc bien connu dans le Berry du genre, "ben c’est comme ça, c’est dommage mais on y peut rien". Depuis le mois de Juillet, j’ai tenté de contacter des personnes à la NR afin d’avoir d’obtenir plus d’informations et pour l’instant, c’est le silence total... Sans plus d’informations, il sera difficile de mobiliser plus qu’actuellement.

J’en profite donc pour lancer un appel aux salariés de la NR et notamment à ceux du Cher : si vous avez des informations à nous communiquer, n’hésitez pas !

#23593 | Répond au message #23591
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - lee oswald - 27 août 2009 à  20:41

Mister K ,
A la NR de Bourges on attends les infos de Tours.Et c’est pas Cruella qui va favoriser la com...

#23600 | Répond au message #23593
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - Mister K - 28 août 2009 à  08:39

Oui, il y aura un rassemblement le 1er Septembre 2009, à 12h30, place Malraux (Maison de la Culture).
Voir la brève sur la Mobilisation pour l’édition du Cher de la Nouvelle République

#23603 | Répond au message #23588
Dommage... - Sirius - 22 août 2009 à 09:15

Je regrette cette disparition, car la NR était plus respectueuse des gens que le BR, dont j’ai eu à déplorer par deux fois les méthodes cavalières de certains de leurs journalistes. Il est vrai que je ne contribue pas à la bonne santé de la presse-papier, qu’elle soit régionale, nationale ou locale.

Par contre, je pense que cette dernière a toujours loupé le coche. En effet, pourquoi ne pas proposer une version en ligne payante, réservée à ceux qui seraient prêts à payer un abonnement qui serait bien évidemment inférieur à celui du journal-papier ? J’aurais été le premier à souscrire !

Une version simplifiée gratuite, qui ne présenterait que les titres, par exemple, alors qu’un abonnement entre 5 et 10€ par mois donnerait accès à l’intégralité des informations. Évidemment, en contrepartie, l’édition en ligne devrait être plus matinale qu’elle ne l’est actuellement (vers 7h30 pour la NR).


#23579
réponse à "toutaussianonyme" - ramon mercader - 14 août 2009 à 20:07

Désolé j’avais oublié ma signature : ramon mercader

Concernant votre réponse à mon message sur le thème "quoi faire maintenant ?"( ce que me demandait justement Mister K ) je suis d’accord sur de nombreux points avec vous avec de grosses nuances ...Mon "plan" sur un sujet aussi complexe (et dramatique pour 181 familles) ne pouvait être que caricatural car résumé en une page .Tout cela mérite une analyse approfondie des maux actuels et passés de la NR mais ce n’est pas sur un blog d’échanges que l’on peut refaire "le PSE de la NR ". Mais on peut évoquer des pistes.
-Concernant la famille Saint-Cricq , vous semblez lui tirer le chapeau au prétexte qu’elle a su en faire un bastion au milieu d’un paysage médiatique fait de groupes de presse puissants.Si c’est pour finir en peau de chagrin ( suppression des éditions de la Sarthe , du Loiret , du Maine-et-Loire et aujourd’hui celle du Cher ) et licencier sec sans que la famille se soit serré la ceinture pendant plus de 40 ans , où est le motif de satisfaction ? Cela ressemble à une OPA familiale pour garder le pouvoir à n’importe quel prix.Et le prix à payer est lourd pour les salariés .
- Concernant les secrétaires de rédaction( SR ) : bien sûr que ce sont des journalistes comme les autres mais le problème n’est pas là .On supprime bien des postes d’ouvriers du livre quand il n’y a plus de travail pour eux alors avec les SR pourquoi ne pas les faire évoluer vers l’écriture car l’informatisation a quand même réduit leur mission .... Je pense que sur ce point vous êtes trop perméable à leur corporatisme lié à l’histoire du siège de la NR où le SR était autrefois entièrement regroupé pour toutes les éditions .Ceci explique leur force syndicale et leur unité ce que n’ont jamais su faire les reporters -localiers.
- Le fameux JDD : excusez-moi mais lancer un JDD en 2007 ou en 1997 cela n’aurait rien changé...La NR a déjà de grosses difficultés à vendre son quotidien alors se lancer dans un produit encore plus difficile à vendre ( pour les raisons déjà énumérées dans mon précédent message non signé ) ....

à bientôt ...ramon M.


#23567
Petite précision - Mercure Galant - 14 août 2009 à  22:29

Bonsoir Ramon Mercader,
Merci tout d’abord pour ces échanges très instructifs sur le fonctionnement de la NR et merci également d’avoir le soucis de signer vos commentaires afin de clarifier au mieux le débat . Juste une petite précision pour faciliter vos interventions sur ce forum et rendre ainsi plus lisible la suite de vos échanges... Vous pouvez répondre directement à votre interlocuteur en cliquant à la fin de son message en bas à droite sur le lien prévu à cet effet ( répondre à ce message) comme je viens de le faire pour vous le signaler... ;-)
Merci encore pour votre contribution.

#23568 | Répond au message #23567
Réponse à Ramon Mercader - toutaussianonyme ou léon trotsky - 17 août 2009 à  09:33

Je pense que je me suis fait mal comprendre. Il est bien évidemment que je ne tire pas mon chapeau à la famille Saint-Cricq d’avoir su laisser la NR rester un bastion alors que les autres entreprises mettaient en place les conditions de leur survie. J’aurais dû écrire à la place de " a toujours su faire en sorte que " " a malheureusement tout fait pour que la NR reste un bastion ".
Reste à savoir si c’est vraiment à cause d’une erreur d’appréciation de JSC ; de cette manie de toujours croire qu’à la NR on est les meilleurs, donc au-dessus de tout ; ou tout simplement parce que la soupe est bonne pour la dite famille.
Et puis vous avez raison. Ça n’est pas ici qu’on va refaire l’histoire et encore moins le PSE.
Bien à vous

#23571 | Répond au message #23567
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - ramon mercader - 11 août 2009 à 18:07

Désolé Mister K mais toute la presse locale ne souffre pas autant que la NR.L’édition du Cher de la NR est victime de l’organisation du travail et de la lourdeur de la mise en page imposées par les "technocrates "du siège à Tours.Et oui cette race existe aussi dans ce canard et elle prospère.C’est elle qui a eu l’idée géniale de bloquer quasiment toute la page 2 baptisée " le fait du jour" .une formule totalement artificielle qui mobilise beaucoup d’énergie pour un sujet la plupart du temps hors actualité chaude et qui n’intéresse qu’une minorité de lecteurs concernés par ledit sujet.Cette formule a déjà été testée par d’autres quotidiens régionaux il y a quelques années et vite abandonnée. Mais les "technos" de la NR voulait ce gros papier indigeste ( sauf fait exceptionnel ).alors que la page 2 doit être réservée à des sujets brûlants ( polémiques , faits-divers, faits de société...).Cette lourdeur est opposée à la réactivité des concurrents et c’est ainsi que le Berry a maintenu son avance et l’a même creusée.Mais ceci n’est qu’un exemple des erreurs de la politique rédactionnelle NR.
Ajoutez à cela le manque d’effectifs sur le terrain dû à la création d’une multitude de postes de "chefs" qui ne produisent plus de papiers et à une conception du travail de journaliste réduit à être un simple exécutant qui reçoit sa fiche de travail chaque matin.Plus de créativité , plus d’initiative , plus de motivation...résultat un journal un peu à la traine et ce malgré la conscience professionnelle des "localiers" .


#23557
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher : même enseigne ailleurs ! - désabusé - 11 août 2009 à  21:59

Les "technocrates "du siège à Tours, n’auraient pas des amis en communs au groupe EBRA...
Nous avons également le même cas de figure dans le groupe, aucune prises de décisions, démotivation volontaire des dirigeants etc...
Sans compter les choix sur les outils éditoriaux, on en est déja au 3 progiciels éditorial en 7 ans.

En tout cas la soyons solidaire dans la lutte.

#23558 | Répond au message #23557
Un autre plan pour la NR ? - Mister K - 11 août 2009 à  23:22

Désolé Mister K mais toute la presse locale ne souffre pas autant que la NR.

Oui, enfin, globalement, la presse n’est quand même pas en grande forme. Le cas de la NR est pire que les autres, il n’y a pas de doutes là-dessus. Mais la vraie question du moment, ce serait de savoir quelles sont les initiatives qui pourraient sauver la NR ?
Est-ce qu’il y a un plan pour la NR qui pourrait être autre qu’un plan de licenciement ?

#23560 | Répond au message #23557
Un autre plan pour la NR ? - 12 août 2009 à  22:44

Bonjour Mister K

Réparer les erreurs c’est plus difficile que de les éviter.Une lapalissade mais on est dans le sujet du blog. Quoi faire aujourd’hui pour éviter les licenciements ? D’abord une petite analyse des erreurs récentes pour mieux comprendre mon point de vue :
- faire un journal du dimanche quand on sait que ( presque ) tout le monde perd de l’argent avec ce média et que l’ on est en difficulté financière , c’était une aberration ;lancer ce fameux JDD sans vraiment estimer les points de vente susceptibles d’être ouverts le dimanche c’était mettre la charrue avant les boeufs ; ne faire que des magazines " froids" c’était l’échec assuré. A la NR on a décidé cela pour faire plaisir au SNJ-CGT - très lié au Syndicat du Livre - car la solution selon nos cégétistes aux déboires de la NR serait "de faire plus de chiffre d’affaire".Sans savoir si on allait gagner de l’argent un peu comme dans une entreprise publique...Catastrophe industrielle : 1 million d’euros de perte en 2 ans sans compter la perte d’énergie qui aurait pu être consacrée à la NR...Par pudeur je n’insiste pas sur les compétences du management de ce JDD première époque.
- L’organisation du travail obsolète depuis l’informatisation de la rédaction il y a une dizaine d’années:avec le nouvel outil informatique installé en 1999 on aurait dû renforcer la force de frappe des reporters -localiers sur le terrain avec l’apport de journalistes dédiés au secrétariat de rédaction mais dont le travail était allégé voire supprimé par cette informatisation.La Rédaction en Chef de l’époque n’a pas osé mettre sur le terrain des journalistes qui n’écrivaient plus depuis 10 ou 20 ans .Et oui l’écriture c’est l’essence du métier mais c’est fatiguant voire stressant quand il y a le bouclage des éditions locales.Tout le monde a compris que le lobby des "secrétaires de rédaction" était trop puissant .Résultat les journalistes de terrain étaient toujours en sous-effectif et se retrouvaient avec une procédure informatique plus contraignante.Donc des pages locales bien remplies certes mais sans véritable investigation et sans exclusivité par rapport à la concurrence toujours plus réactive ( la plupart des concurrents , le Berry et le Courrier de l’Ouest ont changé d’organisation du travail , privilégiant le terrain ).
-Une hiérarchisation de la rédaction de plus en plus lourde : trop de journalistes chargés d’encadrer mais devenus inaptes à l’écriture et coupés des réalités du terrain ( désolé je me répète mais c’est le drame de la NR cette armée mexicaine ) qui choisissent les sujets à traiter.Plus d’initiatives donc plus de motivation et un journal tristounet.
La liste des erreurs peut s’enrichir du népotisme à tous les étages ( il y a le fils Saint-Cricq imposé par son père malgré les statuts particuliers de la NR propriété d’une multitude d’actionnaires et non propriété de la famille Saint-Cricq mais il y a tous les autres) , du système de réseaux , de cooptation . J’oubliai le siège de Tours pléthorique pour des infos générales riquiqui et ce malgré la qualité des éditos. Mais bon...
Alors que faire aujourd’hui avec ce nouveau statut de société anonyme ?
La solution de bon sens serait de vendre le quotidien NR à un groupe puissant.Premier avantage de l’ordre des valeurs humanistes dont se targue la Direction de la NR : plus de licenciements secs mais des départs volontaires dans le cadre de "la clause de cession"... On évite non seulement un drame social mais on évite également les magouilles : le guichet ouvert c’est la transparence...On sait qui veut partir et avec quel chèque.Sinon la liste des 181 licenciés c’est tripatouillages et règlements de compte personnels...

La direction ne veut pas perdre le pouvoir (ben voyons) donc ne veut pas vendre. Mais alors l’autre solution est de licencier les volontaires sans qu’il y ait clause de cession ou clause de conscience .Les syndicats doivent se battre sur ce point essentiel car de toute façon il faut économiser après toutes ces erreurs.
Ensuite arrêter le JDD tout de suite car c’est une machine à perdre de l’argent dans une zone sans véritable identité régionale et peu touristique ( contrairement à Sud-Ouest , Ouest-France ou bien les journaux du sud ) ;
Appliquer une nouvelle organisation du travail : moins de "bureaucrates" et plus de reporters-localiers ;
Rendre leur vocation de journaliste ( qui sont cadres ) créatifs aux journalistes de terrain : une nouvelle dynamique serait ressentie par le public du jour au lendemain ...

Bien sûr il faut pour cela renvoyer l’équipe dirigeante ( le Directoire ) qui n’a jamais aimé ses journalistes et n’ a pas su garder le seul rédacteur en chef de talent que fut Pierre Taribo .Sa carrière plaide pour lui. A la NR on n’aime que les courtisans et on récompense ceux qui vous font peur...la CGT.

#23562 | Répond au message #23560
Réponse à " Réparer les erreurs c’est plus difficile que de les éviter." - toutaussianonyme - 14 août 2009 à  10:26

Voilà un interlocuteur bien informé sur l’intérieur de la NR... mais peut-être pas forcément au fait des réalités.
– sur le journal du dimanche. La NR l’a lancé dix ans trop tard, et la formule n’était pas la bonne. On pouvait faire plus simple (mélange d’actualité et de magazine), on faisait l’économie d’un développement coûteux, et d’ailleurs constatant l’échec, c’est cette formule qui est en place depuis le printemps.
– sur le travail des secrétaires de rédaction (pour ceux qui ne le sauraient pas et il y en a sans doute, les SR sont des journalistes chargés de la relecture et de la mise en forme de l’information, qu’elle émane des rédacteurs ou des correspondants), leurs tâches ont évolué depuis la mise en place de l’informatisation en 2000, puisqu’ils ont récupéré la plupart de celles des ouvriers du livre, lesquels sont voués à une quasi disparition. Dire que leur travail est allégé voire supprimé relève de la méconnaissance totale du processus de fabrication du journal de nos jours. Et il est clairement dit aujourd’hui qu’eux aussi vont prochainement disparaître.
– Armée mexicaine : oui sans aucun doute. Mais dans les départements, je ne suis pas certain que la hiérarchie soit coupée des réalités du terrain, puisque compte tenu des effectifs peau de chagrin, elle est obligée de souvent y aller.
– Réactivité de la concurrence. Disons qu’ils collent parfois des " ratages " à la NR et que la NR leur en colle aussi des beaux. Donc balle au centre.
– Les éditos. Ils ne sont lus que par environ 5% des lecteurs, donc pas primordiaux, surtout que la NR n’est jamais citée dans les revues de presse radio et télé, ce qui est l’une des rares raisons d’être des éditos.
– Clause de cession. Cette disposition est réservée au journalistes, alors quid des autres catégories de salariés concernées par le plan social.
– Le stress du bouclage. Avec l’expérience, ça se gère parfaitement.
– Vendre la NR à un groupe puissant. Oui à condition qu’il y en ait un qui veuille l’acheter.
– La famille Saint-Cricq. Elle a su faire en sorte que la NR reste un bastion isolé au moment où se faisaient les grandes concentrations. Aujourd’hui la NR, et avant tout ses salariés, en paye le prix très fort. D’ailleurs, trois personnes au directoire ce sera sans doute de trop compte tenu de l’effectif salarié restant. Le ratio sera augmenté de façon considérable.
– Le SNJ-CGT(syndicat national des journalistes CGT). Je n’en suis pas donc très à l’aise pour en parler. Son attitude n’est pas pire que celle du SNJ (tout court, les deux syndicats ont fait scission il y a bien longtemps), dont des représentants ont longtemps voté avec la direction le lundi en conseil de surveillance et le mardi contre avec les autres représentants du personnel.

#23565 | Répond au message #23562
réponse à "toutaussianonyme" ( petit complément ) - ramon mercader - 14 août 2009 à  22:29

- la hiérarchie dans les départements :
on ne peut être au fait de la réalité du terrain en restant 10 ou 12h par jour dans un bureau .Quand les "chefs" sortent c’est pour rencontrer d’autres "chefs " ( préfet , maires , commandant des pompiers, commandant de ceci ,commandant de cela ...) enfin quand on est journaliste local on sait parfaitement que c’est le pompier de base ou le flic de base qui donne de vrais tuyaux( surtout les pompiers n’est-ce pas ...) , les autres grands chefs ne rencontrent les journalistes que pour se faire mousser .Hélas c’est comme ça que l’on remplit trop avec des trucs complaisants ou hors sujet imposés par ladite hiérarchie ( du genre le "fait du jour" ) .
- Oui les exclusivités ( ou scoops ) c’est toujours 50/50 mais la réactivité sur des sujets proches des gens c’est une autre paire de manche contre des concurrents ayant plus de place , plus de créativité car ayant cette meilleure organisation du travail ...
- la clause cession : certes je ne parle que du collège journaliste" mais je suis stupéfait de constater que c’est la Rédaction qui paye le prix fort ( 55 licenciements sur 127 à la NR ).La Direction n’aime pas cette catégorie de salariés car considérés comme "des intellos" , trop indépendants et incontrôlables ( je subodore que c’est pourquoi elle a créé des postes de "chefs " partout pour mieux diviser et soi-disant mieux organiser) . Il faut respecter leur convention collective.Quitte à verser 120 000 euros à un ancien , il est satisfaisant de ne pas licencier sec un trentenaire ou un quadra. Pour les autres salariés on peut proposer une forfait-départ aux volontaires .Les ouvriers de " Continental" ont bien touché une prime de 50 000 euros ...Pourquoi pas à la NR.
- Pourquoi vendre à un groupe ? parce que la famille Saint-Cricq a trop de courtisans et affidés dans la place pour pouvoir changer de cap et prendre les bonnes décisions.
- D’accord avec vous : le SNJ ou le SNJ-CGT CGT c’est bonnet blanc et blanc bonnet comme dirait quelqu’un qui connaissait bien la CGT.Le Conseil de Surveillance est un système à effet pervers .Quant aux journalistes actionnaires cela ne les rend pas meilleurs journalistes que les autres.

#23569 | Répond au message #23565
réponse à "toutaussianonyme" ( petit complément ) - Leclerc C - 15 août 2009 à  19:51

"La hiérarchie dans le Département" : entièrement au diapason avec vous. Correspondante locale de presse (démissionnaire)près de six ans durant, j’ai eu le loisir d’observer ce phénomène. De l’observer, mais aussi de le subir, et pas seulement du fait des "chefs". Les journalistes aussi y vont de leur "CARTE", comme si le précieux sésame était synonyme d’expérience sur le terrain, d’écoute des lecteurs et notamment de ces rurbains, nouveaux habitants en attente d’un autre type d’infos que les noces d’or ou les décos.
Lorsqu’on envoyait un journaliste sur mon secteur, sur des sujets hyper sensibles (faits de société, pollutions, environnement, éducation...)qu’on ne désirait pas me laisser traiter, je savais que le papier qui allait sortir serait d’une fadeur à dégoûter 90% des lecteurs (potentiels).
Brosse à reluire, cirage et touti quanti.
Ne tirez pas sur les SR, dans l’ensemble, ils m’ont largement suivie. Pot de terre contre pot de fer.
La démocratie locale est (très) malade, j’en suis témoin. Et ce n’est pas une rédaction pour deux titres qui améliorera le quotidien du citoyen moyen.
Je renonce à la com, je m’en vais m’occuper de mes abeilles : elles sont moins méchantes que les humains.
NL

#23570 | Répond au message #23569
NR : Manif le 1er septembre à Tours - jmp - 27 juillet 2009 à 17:45

CASSE SOCIALE A LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE

Durant de nombreuses années, votre quotidien a voulu donner l’image d’une entreprise mettant en avant des valeurs sociales et humaines particulières. Aujourd’hui, les dirigeants de votre journal montrent leur vrai visage, avec l’annonce d’un plan social aux conséquences dramatiques pour les salariés du groupe et pour la pluralité de l’information :

181 SUPPRESSIONS DE POSTES

dont 125 licenciements à La Nouvelle République

et 27 à Centre-Presse Vienne

Fermeture de l’édition du Cher

Renégociation de tous les accords collectifs

Les dirigeants du groupe Nouvelle République, dont aucun ne serait touché par ce plan social, mettent uniquement en avant les difficultés de la presse et la crise mondiale, sans vouloir reconnaître les nombreuses erreurs de gestion et de stratégie qui ont prévalu ces dernières années.

Les salariés se sentent trahis et demandent à tous les lecteurs de La Nouvelle République et de Centre-Presse Vienne de les soutenir dans leur lutte en manifestant mardi 1er septembre à 14h30 carrefour de Verdun à Tours

Davantage d’informations sur le Blog des salariés de la NR :

http://salariesnr.blogspot.com/


#23525
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - jmp - 23 juillet 2009 à 09:41

Sur France Info édition du 22 juillet 09 :

Une grève "reconductible" a en effet été votée hier à la quasi unanimité des 230 salariés, sur 650 que compte le quotidien, rassemblés hier en assemblée générale au siège du journal à Tours. Et presque tous sont également d’accord pour demander la "démission du directoire".

Dans le Cher, à part sur l’Agitateur, c’est toujours l’omerta et on se demande ce que font les près de 60 futurs licenciés de la NR de Bourges...


#23520
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - 24 juin 2011 à  20:38

je suis le frère louis François caillaud décédé directeur de la nr à bourges j’apprends par hasard que la nr n’est plus dans le cher...merci de me donner des nouvelles okaio@laposte.net

#32866 | Répond au message #23520
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - s.lumeau - 22 juillet 2009 à 13:49

Merci de cet article.
Même cause et mêmes effets dans la Vienne : on s’oriente vers une fusion ridicule Centre-Presse/NR, avec une transition qui comprend deux journaux aux mêmes contenus...
Des journalistes des deux journaux ont lancé une pétition.


#23513
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - jmp - 22 juillet 2009 à  14:13

ah, bah ça fait plaisir de voir qu’il y a une certaine mobilisation et une solidarité dans la Viennes. Dans le Cher, chacun est persuadé qu’il sera "repêché" et muté dans l’édition de Niort ou d’ailleurs ; que c’est le voisin qui sera licentié, donc qu’il ne faut pas faire de vague face à des choix hautement contestables, pour préserver ses intérets personnels...

#23514 | Répond au message #23513
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - Mister K - 22 juillet 2009 à  14:29

Oui, c’est vrai que dans cet article je n’ai pas évoqué la fusion dans la Vienne de Centre-Presse et la NR, chose qui avait été envisagée dans le Cher entre NR et BR. Finalement, la NR devrait disparaître. Je pense que logiquement, à terme, vu les choix réalisés actuellement par la direction de la NRCO, il ne restera vraisemblablement plus qu’un seul journal dans la Vienne également. C’est effectivement le même souci que dans le Cher. La question est : va-t-il y avoir des actions concertées dans l’ensemble du groupe NRCO ? Il me semblerai logique que les salariés réalisent une contre-proposition globale à la réorganisation prévue...

Si vous avez des infos à ce niveau (ou sur d’autres sujets) nous sommes preneurs : redaction@agitateur.org

#23518 | Répond au message #23513
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - jmp - 22 juillet 2009 à 12:59

"Bien informé" parlait de "l’objectivité" de la PQR par rapport à l’agitateur. On a avec ce sujet, un exemple criant de l"objectivité" du BR. (D’ailleurs que la NR se vante d’être "objective, je trouve cela très prétentieux. Heureusement qu’elle n’est pas jugée sur ce seul critère !).

Dans l’édition d’hier, l’article du BR qui résume de façon très froide cette "restructuration" se base uniquement sur le discours de la direction de la NR, recrachant les propos du communiqué de presse sans se poser de question présentant la vision de la diection de la nr comme "la vérité" objective indiscutable. A noter aussi que dans la hiérarchisation de l’information, le parti pris du BR est évident : l’article se retrouve coincé en bas de page, à la page 6. Il n’y a aucune annonce de l’article en Une (d’ailleurs la une est consacrée à un événement non local : on a marché sur la lune alors que dans le Cher, on marche sur la tête !). En page 2, dans la rubrique "le journal en deux minutes" qui est sensé résumer l’essentiel de l’actualité du jour", je sujet de la NR n’est même pas évoqué. Alors qu’il s’agit de façon "objective" de l’information la plus importante et la plus grave de l’été à Bourges et dans le Cher jusqu’à présent.

Ou est l’objectivité dans tout ça ? On ne peut même pas parler de neutralité puisque le papier se place sur le point de vue de la direction de la NR. Le débat sur cet événement majeur est automatiquement fermé.

Du côté de la NR, les lecteurs ne sont même pas invités au débat sur le devenir de leur journal favoris. Ils ont droit à un lénifiant message aujourd’hui (tout de même) :

"En raison d’un mouvement de grève de certaines catégories de personnel La Nouvelle République n’est pas parue aujourd’hui. Nous informons l’ensemble de nos abonnés qu’ils seront dédommagés de cette journée de non parution par un journal supplémentaire sur leur abonnement. Nous vous remercions de votre compréhension."

Ceci n’est qu’un exemple de "l’objectivité" de la NR ou du BR qui se vérifie presque quotidiennement.


#23510
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - 22 juillet 2009 à  14:18

Les groupes sont toujours en négociations pour une entrée de Centre France dans le capital de la NR. On comprend mieux pourquoi le BR a mis une semaine avant d’en parler. Et finalement finir par le faire dans un papier ridicule, alors que l’info était la plus importante du jour pour les habitants du Cher. Quand à l’objectivité journalistique, je crois que cela n’existe pas. Le débat est même dépassé : il vaut mieux parler d’honnêteté journalistique. Chaque fois qu’un journaliste ou un blogger écrit, il fait forcément preuve de subjectivité.

#23515 | Répond au message #23510
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - jmp - 22 juillet 2009 à  14:21

Quand à l’objectivité journalistique, je crois que cela n’existe pas. Le débat est même dépassé : il vaut mieux parler d’honnêteté journalistique. Chaque fois qu’un journaliste ou un blogger écrit, il fait forcément preuve de subjectivité.

Tout a fait d’accord, mais pour en avoir discuté un peu, les journalistes de la NR (et peut être du BR aussi) ne l’ont pas compris.

#23516 | Répond au message #23515
A propos de l’objectivité, réponse à "Bien informé" - jmp - 18 août 2009 à  13:18

Encore une retour pour "bien informé" sur la prétendue objectivité de la NR et presse conventionnelle par rapport à un site comme l’agitateur qui ne serait pas "objectif"..

“L’objectivité sans transparence ressemblera de plus en plus souvent à de l’arrogance”.

La transparence EST la nouvelle objectivité :

http://pisani.blog.lemonde.fr/2009/08/18/la-transparence-est-la-nouvelle-objectivite/

#23572 | Répond au message #23510
A propos de l’objectivité, réponse à "Bien informé" - edan - 18 août 2009 à  15:50

entièrement d’accord jmp, la transparence serait la nouvelle objectivité. Combien de faits sont reporté dans la NR ou le berry par celui qui les a produit (dans le sport notamment). Quand on reconnaît le nom et connaît la personne, on comprend mieux le point de vue. Mais la capacité à tisser des liens entre les informations et à traverser l’auteur (transparence) n’est pas à la portée de tous. Le lecteur de presse régionale consomme de l’info.

#23574 | Répond au message #23572
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - bien informé - 21 juillet 2009 à 18:50

Oups, à la dernière phrase j’ai oublier un mot : ils sont même beaucoup MOINS respectueux du pouvoir.


#23502
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - pschit - 21 juillet 2009 à  19:01

Ouais le jour où on vendra de la merde, on vous mettra une barquette de côté !

#23503 | Répond au message #23502
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - bien informé - 21 juillet 2009 à 18:49

Pourquoi ? La réponse de la médiocrité d’une presse à papa est un peu trop facile. Si les jeunes lecteurs ne veulent pas de la PQR, c’est qu’ils consomment autrement : gratuit, ciblé, avec interactivité. Le contenu ? Les lecteurs du département veulent quoi ? De grandes enquêtes à vous entendre. Il veulent d’abord lire l’état civil de leur commune, les accidents, les photos du petit dernier à l’école, le portrait du boulanger. Les journaux de PHR fonctionnent sur ce créneau et progressent. Globalement, les articles ne sont pas de plus mauvaise qualité qu’il y a trente ans. Ils sont même beaucoup respectueux du pouvoir.
A+


#23501
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - Mister K - 21 juillet 2009 à  19:11

La réponse de la médiocrité d’une presse à papa est un peu trop facile. Si les jeunes lecteurs ne veulent pas de la PQR, c’est qu’ils consomment autrement : gratuit, ciblé, avec interactivité.

Non, cela, c’est typique d’une réponse du milieu de la presse. Dans les années 90, internet n’existait quasiment pas dans le Cher et la presse locale perdait déjà des lecteurs.

Le contenu ? Les lecteurs du département veulent quoi ? De grandes enquêtes à vous entendre. Il veulent d’abord lire l’état civil de leur commune, les accidents, les photos du petit dernier à l’école, le portrait du boulanger.

En gros, les lecteurs de la PQR sont des cons, c’est ça ? La bonne nouvelle dans ce cas, c’est qu’il y a de moins en moins de cons...Franchement, ce genre de réponse est à pleurer. Il faudrait se poser un jour une question toute bête : est-ce que c’est la demande qui créé l’offre ou l’offre qui créé la demande ? A la télé, les émissions de certaines chaînes sont de plus en plus débiles et il y a toujours des spectateurs. L’inverse est vrai. Des reportages et documentaires quand ils sont proposés font souvent de bons résultats d’audience. Il faut peut-être prendre des risques et élever un peu le niveau, non ?
Sinon, de grandes enquêtes locales, oui, il en faudrait. Ce serait cela, pour moi, faire du journalisme.

Les journaux de PHR fonctionnent sur ce créneau et progressent.

Des exemples ?

Globalement, les articles ne sont pas de plus mauvaise qualité qu’il y a trente ans. Ils sont même beaucoup respectueux du pouvoir.

Beau lapsus. Oui, la PQR est peut-être éventuellement un peu moins respectueuse du pouvoir qu’il y a 30 ans. Mais c’est quand même à la marge...par rapport au reste de la société, le mot d’ordre dans la PQR c’est quand même globalement "pas de vagues". Quand à la qualité, si les articles ne sont pas plus mauvais qu’il y a 30 ans, ne vous est-il jamais venu à l’esprit que la société avait évolué et que les gens sont quand même en moyenne un peu plus éduqués sur les médias qu’il y a 30 ans ?

Alors, bon, au final, je n’ai pas la recette magique pour sauver la PQR...mais la vôtre me parait suicidaire. En tout cas, elle est totalement conforme à ce qui se fait : ne rien changer dans le fond ou le moins possible. Et à mesure que la population vieillira, la PQR perdra des lecteurs et fidèles abonnés. Pas besoin de faire de grande enquête pour deviner que c’est ce qui se passe depuis 30 ans...

#23504 | Répond au message #23501
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - 22 juillet 2009 à  09:44

Je dirais tout simplement qu’en effet les gens cherchent à savoir avant tout les gros titres et ensuite vont voir les pages relatant ce qui se passe dans leurs communes, les petits faits divers, les anecdotes, l’etat civil, etc. Il faut arreter avec les idées de grandes presse, le berry ou la NR c’est pareil : je pense que le but est de donner aux lecteurs une proximité, savoir ce qui se passe chez "nous". Pour le reste les gens s’informent autrement : la télé, le net, les journaux nationaux, etc.
Pour moi etre un bon journaliste ce n’est pas de traiter de gros titre forcement mais de bien relater les infos, donner la bonneversion et donner tout cela d’un point objectif, meme celle qui sont en bas de chez nous.
Je pense que l’agitateur a un bon fond, met le point sur des choses interessantes mais ne sait pas y mettre els formes et tire facilement sur les choses, très peu de propositions et plus souvent de la critique. Je dirais 80% de non objectivité.
Si nous n’allons pas dans le sens de l’agitateur ca yest la machine s’emballe et les mots fusent.

#23506 | Répond au message #23504
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - Mister K - 22 juillet 2009 à  10:45

Je dirais tout simplement qu’en effet les gens cherchent à savoir avant tout les gros titres et ensuite vont voir les pages relatant ce qui se passe dans leurs communes, les petits faits divers, les anecdotes, l’etat civil, etc.

Certes. Mais ce qui se passe dans leurs communes, ce ne sont pas seulement les fait divers, l’état civil et les anecdotes. Et c’est bien cela le problème.

Il faut arreter avec les idées de grandes presse, le berry ou la NR c’est pareil : je pense que le but est de donner aux lecteurs une proximité, savoir ce qui se passe chez "nous".

Justement, j’ai l’impression que la PQR informe de détails mais pas de ce qui importe vraiment, de ce qui impacte l’avenir. Du coup, je ne suis pas sûr que les lecteurs sachent bien ce qui se passe vraiment chez eux à travers la presse locale.

Pour moi etre un bon journaliste ce n’est pas de traiter de gros titre forcement mais de bien relater les infos, donner la bonneversion et donner tout cela d’un point objectif, meme celle qui sont en bas de chez nous.

Je suis bien d’accord. Mais vu le nombre de coquille qu’on y retrouve, même sur ce travail là, souvent, on est en droit de se poser des questions.

Je pense que l’agitateur a un bon fond, met le point sur des choses interessantes mais ne sait pas y mettre els formes et tire facilement sur les choses, très peu de propositions et plus souvent de la critique. Je dirais 80% de non objectivité.

Il ne vous aura pas échappé qu’à l’Agitateur, il n’y a pas de journalistes professionnels contrairement au BR ou à la NR. Pourtant, je crois que nous n’avons pas à rougir du travail effectué sans aucun moyen autre que notre énergie. Ensuite, il ne vous aura pas échappé non plus que ce webzine se nomme l’Agitateur : ce n’est certainement pas pour être aussi plat que le BR ou la NR. Ici, on discute, on s’oppose, on échange des points de vue et des arguments. Bref, il y a de la vie, ce n’est pas figé. Donc, oui, il y a sur l’Agitateur un esprit critique très développé qui contraste forcément avec la quasi absence d’esprit critique que l’on retrouve un peu partout ailleurs. Nous revendiquons cet esprit critique et une certaine part de non objectivité. De mon point de vue, la pseudo objectivité du BR ou de la NR n’en est pas une. Souvent, se taire revient à conforter le pouvoir et la communication institutionnel (quel que soit ce pouvoir). Quand aux propositions, ce n’est absolument pas notre rôle. Nous ne sommes pas des militants politiques, pas plus que des élus ou des candidats aux élections. Nous sommes "juste" des citoyens, des observateurs de la vie publique à laquelle nous tentons de contribuer modestement. A ce niveau, l’Agitateur a une certaine utilité, pas de doutes.

Je dirais 80% de non objectivité.

J’aime beaucoup l’estimation ;-) Bon, un tuyau, pour avoir 100% d’objectivité, rendez-vous sur Bourges-Info ;-)
Bourges-Info est quelque part l’anti-thèse de l’Agitateur (et son créateur l’a certainement voulu ainsi). Tout n’est pas à jeter dans Bourges-Info mais c’est exactement l’exemple de ce que, à l’Agitateur, on n’aime pas. Pour moi, Bourges-info c’est un Groland qui ne le fait pas exprès...Mais tout comme la NR ou le BR, Bourges-info est indispensable pour la diversité (et aussi pour rigoler de temps en temps).

Si nous n’allons pas dans le sens de l’agitateur ca yest la machine s’emballe et les mots fusent.

Euh, je ne sais pas de qui vous parlez quand vous dites "nous" et de qui vous parlez quand vous dites "aller dans le sens de l’Agitateur". En effet, les différents contributeurs de l’Agitateur ne vont pas tous dans le même sens. Non, effectivement, ici, on est pour le débat. Donc, si on n’est pas d’accord avec quelque chose ou quelqu’un, on le dit. Ça plait ou ça ne plait pas. Je peux comprendre que pour les personnes qui n’y sont pas habitués, cela peut-être difficile. Mais la plupart du temps (sauf cas exceptionnels et malheureusement il y en a eu), les discussions sont vives mais très correctes.

#23507 | Répond au message #23506
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - jmp - 22 juillet 2009 à  13:23

Pour moi etre un bon journaliste ce n’est pas de traiter de gros titre forcement mais de bien relater les infos, donner la bonneversion et donner tout cela d’un point objectif, meme celle qui sont en bas de chez nous.

Allez, rien que pour le plaisir, encore un exemple d’actualité sur l’onbectivité de la NR et du BR et sur son sens très particulier pour "relater les infos, donner la bonne version, tout cela d’un point de vue objectif, même celle qui sont en bas de chez nous" :

Le sujet de l’absence de feu d’artifice à la chancellerie cette année, avec la manipulation des associations par la mairie les informations contradictoires entre maire de Bourges et adjoint d’Asnières etc... ça c’était un beau sujet "en bas de chez nous" qui, très objectivement montrait comment une mairie pouvait faire de l’intox de façon assez hallucinante. Eh bien j’ai beau parcourir le BR et la NR : RIEN ! Ici encore, l’objectivité de la PQR est mise a mal par un sujet qui a probablement été occulté volontairement, et l’on voit que l’absence d’objectivité de la PQR se manifeste par les choix de ne pas traiter certaines informations (comment imaginer que les journalistes "professionnels" de ces deux quotidiens n’étaient pas au courant ? Ce serait les prendre pour des guignols mal informés, pas intégrés à leur vile et incompétents. Et quand on sait que ces journalistes sortent souvent d"écoles prestigieuses de journalisme, on ne peut pas admettre cette thèse de l’ignorance et de l’incompétence, mais simplement de choix rédactionnels absolument pas objectifs avec une hiérarchisation de l’information très... particulière...

#23511 | Répond au message #23507
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - jmp - 22 juillet 2009 à  11:31

Cette vision selon laquelle le lecteur de PQR s’intéresserait d’abord aux avis mortuaires, aux petites annonces, aux programmes de télévision et à la météo, je l’ai maintes fois entendu de la part des journalistes « professionnels (dans le sens où ils en font leur métier pour gagner leur vie). Je l’ai même entendu dire publiquement lors d’une conférence avec le rédac chef de l’Humanité, du BR et de la NR. Il me semble que Mister K a parfaitement répondu par rapport à cela. Mais je trouve que les journalistes d’ici ont une conception assez triste de leur métier. Ils sont comme des commerciaux. Les gens sont idiots et ils veulent de la merde ? Ben on va leur en donner parce qu’il faut faire vendre le journal avant tout. Le problème, c’est que cela ne marche plus. Il faut donner envie au lecteur de lire la PQR pour autre chose que les avis mortuaires et les publi-reportages ou les articles de connivence avec les institutions. C’est une évidence.

Je ne vais pas revenir sur l’absence totale d’esprit critique de la PQR, sur son suivisme, sur sa tendance à donner la parole aux quelques notables locaux qui font la pluie et le beau temps, ou sur le piètre suivi de la vie associative qui représente pourtant le poumon de la vie d’une cité. Nous en avons parlé depuis des années à de nombreuses reprises ici et il me semble que c’est incontestable.

Je voudrais revenir en revanche sur cette notion d’objectivité qui à mon avis relève de la plus grande mauvaise fois de la part des journalistes. Votre réflexion, je l’ai beaucoup entendu du côté de la NR. On m’a dit, « nous a la NR, on est objectif, contrairement à vous ». J’ai de multiples et infinis exemples d’absence totale d’objectivité, de traitement partisan de l’information, de mensonges par omission, occultation (censure) de certaines informations de première importance (démission de Daniel colling du CNV, silence sur les tractations BR-NR, silence sur ce qui se passe actuellement à l’Institut International de Musique Electroaccoustique...). De plus, sur certains sujets, elle est juge et partie (Printemps de Bourges pour le BR par exemple) – et des journalistes du BR me l’ont confirmé – il est absolument hors de question de faire des articles critiques sur ces sujets alors même que la rédaction a une vision très partagée. L’objectivité impose parfois d’avoir une vision très tranchée. La différence avec l’agitateur, c’est que la NR présente son information de façon très lisse – cela n’a rien a voir avec l’objectivité – et essaye de faire passer pour des faits objectifs des choses totalement partisanes, alors que l’agitateur prend clairement le parti de mettre en évidence sa vision personnelle sans chercher à l’imposer comme « la » vérité. Les forums sont d’ailleurs là pour ça ; Tout se discute. La PQR essaye d’ouvrir ses articles aux lecteurs par l’intermédiaire de débats sur leurs blogs mais ne posent que des questions qui n’appellent qu’à des faux débats ou enfoncer des portes ouvertes : je vous renvoie à l’actualité de « Blognaute » pour le BR et au blog de la rédaction de la NR. La NR confond neutralité et objectivité. Cela me fait penser à ces hommes politiques qui expliuent sans rire qu’ils font leur travail avec « pragmatisme » alors qu’il appartiennent à des partis politiques ayant une vision du monde purement idéologique (je pense évidemment à la frange libérale de l’UMP, mais j’ai entendu aussi cette notion de politique pragmatique récemment (lors d’une réunion au CREPS sur l’agenda 21) dans la bouche d’un éminent homme politique communiste ayant des fonctions importantes au Conseil Régional.

#23508 | Répond au message #23506
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - jmp - 22 juillet 2009 à  11:51

On a bien compris que dans l’esprit du BR et de la NR, donner son avis, c’est "sale" quoique, sur certains sujet, lorsque les choses présentées aboutissent a dire "c’est super, génial, exeptionnel" etc, c’est bien un avis, non ? Donc, on pourrait dire que pour un journaliste de la NR ou du BR, donner un avis "négatif" qui n’aille pas dans le sens de la flatterie des institutionnels ou quelques bonnes figures inflientes locale, c’est "sale".

Pourtant, donner son avis, c’est avant tout offrir la possibilité et susciter un avis contraire. On l’observe systématiquement dans l’agitateur. Les articles de la PQR se posent sur une sorte de piédestal aux côté des journalistes qui apportent une vision "fermée" de la vie locale. Même les courriers des lecteurs sont choisis avec un parti prix évident.

Cette information lénifiante n’incite pas à l’achat de cette PQR. Les lecteurs qui lisent la presse pour les avis mortuaires etc, sont ceux de l’ancienne génération ; Il faut capter de nouveaux lectorat (ceux des gratuits des babitués de l’internet etc), il n’y a pas de fatalité, il faut simplement que la PQR élabore une stratégie en matière de ligne rédactionnelle et s’adapte à son époque. ce n’est malheureusement pas la diection qu’elle prend puiqu’elle reste campée sur ses certitudes (la crise à cause des gratuits du coût du papier etc comme seule raison de l’érosion des ventes).

Chaque jour, le BR et la NR fabriquent une information officielle qui laisse à penser qu’il ne se passe rien, que tout est dans l’ordre des choses. Mais, pour reprendre l’accroche d’une célèbre série télévisée un peu pourrave : "la vérité est ailleurs". Dans une auto-remise en cause permanente (certes, ce n’est pas reposant, ni sécurisant), dans la mise en lumière "partisane", dans la recherche de ced qui se cache derrière les communiqués de presse et les discours officiels etc...

#23509 | Répond au message #23506
Information objective, manipulation de jury et censure de la PQR - jmp - 22 juillet 2009 à  13:43

... encore moi, mais bon, je ne peux pas m’en empêcher. A l’agitateur, on n’est peut être pas "objectif", mais au moins, on argumente.

ainsi, un excellent article exclusif de Bombix mettant en évidence la manipulation du jury lycéen pour le festival du film écolo. Manipulation reconnue par le maire de Bourges lui même au cours d’un interview dans l’agitateur ’même s’il a affirmé dans l’agitateur ne pas être le commanditaire de cette manipulation, et on peut effectivement croire en sa sincérité) . Là encore, RIEN dans le Berry Républicain et La Nouvelle République. Peut être qu’il n’était pas bon ton de se fâcher avec Michel Pobeau ? Ou est "l’objectivité" dans le travail du BR et de la NR, encore une fois ?

Festival du film écologique : le jury lycéen manipulé :

http://www.agitateur.org/spip.php?article951

http://www.agitateur.org/spip.php?breve631

#23512 | Répond au message #23506
Information objective, manipulation de jury et censure de la PQR - 22 juillet 2009 à  14:25

Maintenant, puisque la NR va malheureusement quitter le Cher, il va falloir se poser cette question ? Que va faire le BR avec sa position dominante : le pire ou le meilleur ?

#23517 | Répond au message #23512
Le BR pour le meilleur ou pour le pire ? - Mister K - 22 juillet 2009 à  14:49

C’est une très bonne question.
Bon, il ne faut peut-être pas enterrer tout de suite la NR dans le Cher. J’espère que les salariés, lecteurs et élus vont se battre pour sauver l’édition du Cher (et en même temps les emplois des salariés du Cher). Cet article a pour objectif aussi, de mobiliser et de réfléchir autour de la presse local et de son avenir.

Mais si le BR devait devenir le seul quotidien local dans le Cher, je ne crois pas que l’on puisse s’attendre à une révolution.
D’abord, le BR fait partie d’un groupe, Centre-France La Montagne qui donne le tempo à l’ensemble des quotidiens du groupe. La marge de manœuvre est donc faible. Le BR est vraisemblablement piloté avant tout par les coûts, coûts contrôlés et mutualisés dans la capitale Auvergnate. Ensuite, il faudra observer les ventes du BR. Est ce que le BR va récupérer l’ensemble des lecteurs et abonnés de la NR ? Vraisemblablement non. Pour la simple et bonne raison que beaucoup d’abonnés ou lecteurs de la NR achètent également le BR. Du coup, là, en tuant l’édition du Cher de la NR, on va mécaniquement détruire de la valeur. Donc, le gain coté BR risque d’être bien plus faible que prévu et ne va pas inciter à la prise de risque ou à l’innovation. Finalement, le seul espoir serait que la rédaction du BR se rebelle un peu face au management du journal et l’incite à innover et prendre des risques. En 2009, vu le contexte, c’est presque de la science fiction...

#23519 | Répond au message #23517
Le BR pour le meilleur ou pour le pire ? - edan - 24 juillet 2009 à  12:38

Avec leur indemnité de licenciements, ils se regroupent tous et font une nouvelle édition :-) Il y a déjà eu des cas dans la presse spécialisé où des groupes ont lâchés des titres pas assez fructueux. Repris par l’équipe de journalistes passionnée, le titre a retrouvé sont lectorat et trouvé plus de liberté. Mais tenir le rythme d’un quotidien semble bien plus compliqué qu’un magazine ....

#23521 | Répond au message #23519
La Nouvelle République licencie et quitte le Cher - ramon mercader - 9 août 2009 à  22:57

Selon "bien informé" les lecteurs du département veulent " l’état civil , la photo du petit dernier à l’école ,le portrait du boulanger, les accidents ...".Et bien certes ce lectorat existe mais il a déjà un pied dans la tombe et c’est le drame de la NR qui reste sur ce créneau à 80%.
Pour faire ce travail on n’ a pas besoin de journalistes à 2500 ou 3000 euros par mois .Il faut en effet donner ce genre d’infos mais qui doit être réalisé par des " correspondants locaux" ( sauf les faits divers graves qui nécessitent enquête ).Quant aux vrais reportages nécessitant enquêtes , investigation, interview il doit être fait par des journalistes professionnels auxquels on reconnaitrait le droit à l’initiative et le droit à des conditions de travail décentes et à un salaire de cadre mérité. On ne peut pas faire un journal local vendu 1 euro si on fait faire tout et n’importe quoi à des journalistes traités comme des remplisseurs de pages et de moins en moins nombreux sur le terrain...On passe forcément à coté de sujets majeurs nécessitant un réseau d’informateurs et du temps pour exploiter tel ou tel sujet.La proximité ne signifie pas la superficialité ou le gnan-gnan...
La direction de la NR n’a jamais su créer un climat de confiance avec ses journalistes de terrain et s’est cru obligée de créer une multitude de postes de chefs et petits chefs qui ne sont plus à la production et chargent la masse salariale inutilement .Dans n’importe quelle entreprise qui veut gagner des parts de marché on produit plus et mieux donc on taille dans le gras et non dans le muscle .Et bien la direction va faire le contraire...Elle va conserver des postes inutiles pour récompenser les courtisans ( l’armée mexicaine du siège à Tours ) et virer ceux qui ont le nez dans le guidon et travaillent jusqu’à 12h en moyenne par jour sans compter les permanences de nuit.
Les dirigeants ont fait des mauvais choix ( managers incompétents , journal du dimanche invendable, organisation du travail obsolète ...) ils devraient démissionner .Ils affichent des valeurs humanistes et sont pire que les patrons " capitalistes".Au moins ces derniers prennent des risque avec leur fric tandis que ceux de la NR se défaussent ...sur "la CRISE" et seront toujours là en 2010.

#23556 | Répond au message #23501