Bourges - Municipales 2014

Des sept postulants, lequel choisir ?

samedi 22 mars 2014 à 11:38, par Mister K

Comme les nains, ils sont sept. Sept candidats à l’élection municipale 2014 de Bourges. Sept qui présentent un projet, plus ou moins étoffé, plus ou moins détaillé ou précis. Et comme pour la Star Ac, "grâce" au vote par machine à voter, ils vous encouragent à choisir un chiffre de 1 à 7, le jour J, le 23 Mars 2014.

Voter sur quels critères ?

Il y a certainement autant de critères qu’il y a d’électeurs. Mais tout de même, il y a des grandes lignes. Vote t-on sur des critères nationaux ou des critères locaux ? On nous dit que la majorité des électeurs aux élections municipales votent sur des critères locaux. Plutôt logique a priori. Mais qui défavorise forcément les candidats qui mettent beaucoup voir quasi exclusivement des arguments nationaux en avant. C’est le cas de Colette Cordat avec Lutte Ouvrière. Les travailleuses-travailleurs que nous sommes tous, habitent tous dans une commune et doivent défendre leurs intérêts au niveau de la politique locale comme nationale. Cet angle d’attaque se défend. Mais trouve rapidement ses limites appliqué à des projets locaux. En prenant un critère national, on peut se limiter à un choix d’étiquette politique : UMP, UDI, DVD, PS, EELV, PCF, LO sont au programme. Sauf qu’en creusant un peu, on s’aperçoit très vite des nuances locales derrière les étiquettes. Les centristes à droite sont répartis dans deux listes [1], certains éminents écologistes locaux ont fait le choix du PS alors que les militants EELV avaient choisis de partir seuls. On peut se contenter d’un choix droite-gauche. Trois listes de droite, quatre listes de gauche. Enfin, pas si simple non plus, le PS est-il encore vraiment de gauche si l’on s’en tient aux critères nationaux ? On vous laisse répondre.

Autre critère potentiel, la gueule du client. Vous préférez peut-être une femme à un homme, un gars sympa plutôt qu’une porte de prison, quelqu’un d’accessible plutôt qu’un gros melon, écharpe verte plutôt qu’écharpe blanche...bref, on peut tout imaginer. Amusez-vous avec les postulants à la mairie de Bourges...

Le critère qui semble toutefois le plus rationnel concernant le choix d’un maire est son projet, son programme pour le futur mandat 2014-2020. Encore faut-il que ce programme existe et que les propositions correspondent aux compétences d’une commune.

Les compétences des communes

On parle beaucoup de mille-feuille administratif dans une formule pré-digérée, mais on explique peu que le souci de ce mille-feuille, c’est le recoupement potentiel des actions entre différentes collectivités locales et l’état. Au final, les communes ont beaucoup de compétences : écoles (bâtiments), culture (éducation, création, bibliothèques, musées, archives), enfance (crèches, centres de loisirs), sport (équipements et subventions), tourisme, action sociale (CCAS) [2], urbanisme (PLU [3], SCOT [4], permis de construire, ZAC [5]), aménagement du territoire (schéma régional pour avis et approbation), environnement (espaces naturels, collecte et traitement des déchets, eau, énergie), voies communales, transports urbains et scolaires, logement et habitat (financement, parc et aides, PLH [6]), aide indirect au développement économique, Sécurité (police municipale, circulation et stationnement, prévention de la délinquance)...ouf !

Donc, sur tous ces domaines, que proposent les candidats ? C’est la question que vous pouvez vous poser.

L’emploi mis en avant

Dans un pays comptant 5 millions de chômeurs, la maire est forcément très sollicité concernant la question de l’emploi. Pourtant, l’emploi ne fait absolument pas partie des compétences d’un maire. Toutefois, les villes se livrent une concurrence acharnée afin d’accueillir des entreprises sur leur territoire. Le maire a donc un rôle à jouer afin de créer un environnement favorable à cet accueil. Les candidats tentent donc d’esquisser une boite à outils qui va leur permettre de faciliter le développement économique et le retour à l’emploi des demandeurs. Irène Félix (PS) affirme donc sa priorité donnée à l’emploi et présente ses différents outils dont l’un est les transports : aide au permis de conduire, auto-partage, prêt de vélos ou scooter et amélioration des transports en commun. La socialiste propose également d’aménager et de réhabiliter les zones de la gare de Bourges et Lahitolle. Véronique Fenoll (UMP) met aussi en avant l’emploi à travers la formation qui, c’est à noter, n’est pas une compétence municipale mais une compétence régionale. Elle mélange pêle-mêle formation professionnelle, formation supérieure et apprentissage. Que des domaines en dehors des compétences d’une commune. Comme un peu tous les candidats, la candidate UMP veut développer le tourisme, gisement d’emploi inexploité selon elle. Et bien sûr, à l’instar d’Irène Félix qui veut relier Bourges au monde, elle veut améliorer les infrastructures de transport. Et c’est là qu’on nous reparle du TGV tout comme Pascal Blanc qui pousse le vice à ajouter une photo d’un TGV vraisemblablement stationné...en gare Montparnasse à Paris. Ces deux là continuent de nous prendre pour des cons. Il fallait que cela soit dit. Pascal Blanc (UDI) aussi mise l’économie et l’emploi en étant lui aussi assez largement hors sujet par rapport aux compétences municipales. Et comme Véronique Fenoll, il veut développer le commerce en centre-ville. Contrairement aux trois précédents candidats, Jean-Michel Guérineau (PCF) met en avant le solidaire et le social avant sa volonté de contribuer à "une ville moderne et attractive". Et c’est là que Jean-Michel Guérineau sort son atout-maître : la gratuité des transports en commun qui pour le coup, est bien une responsabilité communale. Les autres outils proposés pour le développement économique de la ville vise à faciliter plus qu’à créer. Quand on parle économie chez les écologistes de Frédéric Terrier (EELV), c’est avant tout d’économie d’énergie dont on parle avant d’économie verte. Alors, c’est quoi l’économie verte ? On pourrait certainement écrire de multiples livres là-dessus, mais le programme de Frédéric Terrier ne détail pas ce sujet. Il l’englobe dans son projet globalement très vert et très théorique mais pas forcément proche du quotidien des berruyers.

Solidarité !

Jean-Michel Guérineau met en avant ce thème dans son projet en parlant de "bouclier social" dans lequel il englobe la stabilité des impôts locaux, la pêche aux subventions afin de financer les projets et la stabilisation des loyers des bailleurs sociaux. Irène Félix veut aussi une ville "vraiment solidaire" et s’engage elle aussi à ne pas augmenter les impôts comme les candidats de droite. À noter un paradoxe : la stabilité des impôts est vu comme un geste solidaire alors que les impôts sont aussi un outil potentiel de solidarité. Mais en politique, on n’est pas à une contradiction près...L’avantage de la solidarité, c’est que c’est potentiellement beaucoup de blabla et très peu de moyens. La solidarité inter-génération, ça ne coûte pas cher, et c’est joli sur la plaquette publicitaire. C’est ainsi que Véronique Fenoll veut une ville "sûre, fraternelle et solidaire" quand Pascal Blanc veut "une ville attentive, durable et solidaire". Chez EELV, on a oublié le mot solidarité dans le projet.

Citoyenneté et culture

Trois listes mettent en avant la citoyenneté, celles d’Irène Félix, de Jean-Michel Guérineau et de Frédéric Terrier. L’idée, c’est globalement la démocratie participative que Véronique Fenoll souhaite également renforcer. Frédéric Terrier veut carrément créer une télévision locale. Dans la citoyenneté, Irène Félix glisse le monde associatif et sportif ainsi que la culture. Et c’est là que citoyenneté et culture se rejoignent : Irène Félix et Frédéric Terrier proposent un débat sur l’avenir de la Maison de la Culture. Pascal Blanc se contente d’ouvrir le débat sur la destination du site que son équipe municipale actuelle a contribué à détruire. Spécificité du projet de Jean-Michel Guérineau, la culture est vraiment mise en avant. À noter que les communistes veulent, autour de Séraucourt, créer un espace de rencontres culturelles là ou Véronique Fenoll propose propose "une Maison de la Culture du XXIème siècle" et...un centre des congrès à la place de l’ancienne Maison de la Culture. Pour ceux qui auraient oublié, le Palais d’Auron se nommait, avant sa vampirisation par le Printemps de Bourges, le Palais des Congrès... Pascal Blanc, lui, veut créer "la fête de la culture" et un festival de l’humour et de la comédie [7]. Du fumeux, vous en voulez, vous en aurez. Quand aux écologistes, ils proposent de la culture durant les quatre saisons sans trop détailler. Petite originalité à noter, Frédéric Terrier propose afin de faciliter l’accès aux spectacles, d’aménager les horaires des transports en commun, de mettre en place des systèmes de garderies pour les enfants et d’accompagnement aux personnes âgées.

Le sport

Dans la catégorie sport, Irène Félix veut développer le pôle de sports et loisirs du Val d’Auron en y installant une piscine ludique [8]. Elle veut faciliter et promouvoir le sport féminin tout comme Véronique Fenoll qui veut faire de Bourges "une capitale du sport collectif féminin". Tant pis pour celles qui pratique un sport individuel...Avec Pascal Blanc, la fête [9] continue puisqu’il veut créer la fête du sport. Jean-Michel Guérineau veut créer un pôle sportif de niveau européen à Bourges autour du Creps pour les sportifs de haut niveau. Seule Irène Félix parle de soutien au sport de haut niveau...mais cite uniquement le basket féminin qui est au sommet depuis très longtemps à Bourges.

Écologie

Sans surprise, c’est bien évidemment la liste de Frédéric Terrier qui est le mieux disant sur ce domaine. Tout le projet est totalement orienté vers l’écologie. Mais Irène Félix, appuyée par deux hauts dignitaires locaux de l’écologie, a elle aussi prévu un chapitre sur le sujet, orienté autour des économies d’énergies et les transports.

Bilan des projets

Globalement, les projets des candidats à l’élection municipale de Bourges ne sont pas fondamentalement différents. Les programmes des quatre candidats favoris des sondages (PS, UMP, PCF et UDI) se tiennent dans un mouchoir de poche même si les orientations et les méthodes sont quelques peu différentes selon les sensibilités. Le projet des écologistes se démarque par son caractère radicalement écolo mais plus construit pour mettre en avant la différence plutôt qu’un projet complet à mettre en application. Le projet de Franck-Thomas Richard semble tout simplement bâclé, son seul objectif étant visiblement d’emmerder la droite berruyère, objectif largement atteint semble-t-il. Comme habituellement, Lutte Ouvrière avec Colette Cordat ne propose pas de projet pour Bourges mais présente sa candidature comme une occasion supplémentaire de "défendre le camp des travailleurs".

Alors, c’est quoi le meilleur projet ?

Les projets de gauche semblent plus et mieux travaillés que ceux de droite. La droite locale peine à se renouveler après 19 ans de règne avec le peu de succès que l’on connaît. Globalement, les projets ne sont pas enthousiasmants et manquent singulièrement d’ambition pour Bourges. Ce sont globalement des projets de gestionnaires, pas de très grands projets en vu. Rien qui risque de secouer Bourges et les berruyers. Donc, si vous étiez inquiets, rassurez-vous : rien ne devrait fondamentalement changer à Bourges si l’on s’en tient aux projets présentés. Au niveau de l’ambition, le projet de Jean-Michel Guérineau se détache peut-être très légèrement...mais nous sommes très loin du flamboyant Jacques Raimbault dont le candidat s’est revendiqué tout au long de cette campagne municipale.

Tambouille électorale de second tour

Il est évident que les listes PS, PCF et EELV d’une part et UMP et UDI d’autre part seront amenées à s’entendre au second tour. À droite, Franck-Thomas Richard s’est dit prêt au rassemblement...mais pas certains que "ses amis" de droite soient très favorable à un tel rapprochement. Pour Lutte Ouvrière, il ne devrait pas y avoir d’alliance ou de soutien à des candidats PS et/ou PCF.

Pronostics

Comme les candidats jouent à la Star Ac’, on peut bien jouer le jeu des pronostics.
Il ne serait pas illogique que la droite se prenne une raclée électorale à Bourges...mais rien n’est fait, le contexte national n’étant pas simple pour la gauche socialiste au pouvoir. La surprise pourrait venir de Jean-Michel Guérineau qui a certainement fait la meilleure campagne à Bourges pour ces municipales. Il pourrait très bien créer la surprise et se retrouver en deuxième position derrière la candidate socialiste Irène Félix. Les candidats de droite, Fenoll et Blanc en tête, ont méchamment ramé pendant la campagne. Ils devraient se neutraliser. Leur seul espoir est une forte abstention à gauche et une forte mobilisation à droite au second tour...ce qui dans le contexte des affaires bien pourris de Sarkozy, n’est pas gagné.
Mais les élections, ce n’est pas un jeu. On laisse donc la parole aux électeurs du premier tour de cette élection municipale, qui seuls auront, au final, raison.

Projets et sites web des candidats

Pascal Blanc (UDI) - Tous ensemble allons encore plus loin ! - http://www.pascalblanc.fr/
Colette Cordat (LO) - http://www.lutte-ouvriere.org/en-regions/centre/
Irène Félix (PS) - Bourges autrement, Bourges vraiment ! - http://irenefelix.fr/
Véronique Fénoll (UMP) - Bourges à Coeur - http://www.bourgesacoeur.fr/
Jean-Michel Guérineau (PCF) - Bourges ensemble - http://www.jm-guerineau.fr/
Franck-Thomas Richard (DVD) - http://www.bourgesavanttout.fr
Frédéric Terrier (EELV) - Bourges en transition - http://bourges-transition.net/

[1À noter la formulation de la liste de Véronique Fenoll "avec des adhérents du Nouveau Centre", on en mangerait presque...

[2Centre communal d’action sociale

[3Plan local d’urbanisme

[4Schéma de cohérence territoriale

[5Zone d’aménagement concerté

[6Plan local de l’habitat

[7Pour ce dernier, on serait tenté de dire que cela existe déjà au conseil municipal depuis 1995...

[8Et pas lubrique

[9Du slip qui eut été blanc


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
Des sept postulants, lequel choisir ? - bombix - 22 mars 2014 à 16:53

Sur la culture à Bourges, un bon article de Gilblog : http://www.gilblog.fr/berry_blog/culture-et-Cultura.html


Des sept postulants, lequel choisir ? - DOM - 22 mars 2014 à 14:03

Une petite remarque en prenant un exemple au hazard

Jean-Michel Guérineau 1er Vice-président du Conseil général du Cher met en avant ce thème dans son projet en parlant de "bouclier social" dans lequel il englobe la stabilité des impôts locaux :
http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/les-bons-et-les-mauvais-eleves-de-la-taxe-d-habitation-21-03-2014-3692405.php
Le Cher parmis les mauvais eleves de la taxe d’habitation,il reussira donc en tant que maire, ce qu’il n’a pas reussi en tant que conseiller general.Bravo.

- La pêche aux subventions afin de financer les projets et la stabilisation des loyers des bailleurs sociaux :
Charité bien ordonée commence par soi meme a la vue de la subvention que se verse le conseil general depuis des années a l’amicale des conseillers generaux du Cher, ex ;2012 (les chiffres 2013 n’etant pas en ligne) 96137 euro seulement .
source : http://www.cg18.fr/IMG/pdf/sub-2012.pdf (ligne 28 page 1 et 34)
les statuts de cette association :
http://www.journal-officiel.gouv.fr/association/index.php?ACTION=Rechercher&HI_PAGE=1&HI_COMPTEUR=0&original_method=get&WHAT=AMICALE+DES+CONSEILLERS+GENERAUX&JTH_ID=&JAN_BD_CP=&JRE_ID=Centre%2FCher&JAN_LIEU_DECL=&JTY_ID=&JTY_WALDEC=&JTY_SIREN=&JPA_D_D=&JPA_D_F=&rechercher.x=24&rechercher.y=7
Remarquez quand on detaille les subventions données grace a notre argent, on renumere aussi les syndicats. Normal ils protegent les sans emplois,les retraités, et chez eux la cotisations est gratuite puisqu’ ils n’ont pas de revenus.
Et pour finir avec les candidats a la mairie ; Le ponpon ,la cerise sur le gateau !!!
Le Cher est classé avant avant dernier national au niveau gestion .c’est a dire que certains pretendants a la mairie ,conseillers generaux majoritaires vont gerer aussi bien la ville,qu’ils ont ruinés le departement.
Source :https://www.decomptes-publics.fr/actualites/le-point/classement-des-departements

Alors les beaux projets, et le bla bla meritent que l’on s’interresse aux capacités des pretendants ,a leur bilan ,et surtout a l’impact de nos porte feuilles.