Un berruyer un peu Berrurier, un pas con très Con

jeudi 25 décembre 2014 à 06:30, par Cyrano

Ces petits Cons, dont l’on fait fête,
Où le Vit ne met que la tête,
N’assouvissent point mon désir ;
J’aime les Cons de belles marges,
Les grands Cons qui sont gros et larges,
Où je m’enfonce à mon plaisir.
la suite ici

Wahouhhh ?!... Ce n’est pas Apollinaire, ni Théophile Gautier ou autre fouteur devant l’éternel qui écrivit ces vers - et qui en a écrit tant d’autres de la même veine. Non, c’est un gars du pays de Bourges – Bourges ! KIK ! (excuses, je voulais écrire LOL mais je tape toujours trop à gauche).

Un peu après le début de l’avenue de Saint-Amand, en la remontant, sur la gauche y’a la rue Pierre Motin - et de cette rue, on a même l’impasse Pierre Motin. La plaque de rue est méchamment attachée à un poteau en érection. Et avec cette détestable habitude de n’y mentionner que son nom, sans sous-titre de sa qualité de poète. Un berruyer un peu Berrurier, un pas con très ConVous vous en foutez ? Foutez ? Justement, continuons… Donc, le type, il naît à Bourges en 1566, il y fait aussi ses études ; il a même reçu l’enseignement de l’humaniste Cujas – Ah oui, la place, avec le Bar-Cu ? oui, c’est lui, ce Cujas là. Et ce brave garçon de Motin fut même un poète très estimé dans une période à cheval sur la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe. Allez voir Wikipedia, y’a quelques détails.

Henry Miller disait qu’il ne voulait pas d’une femme qui ait un sexe, il voulait une femme qui ait un con. Il aurait été un grand admirateur de ce Pierre Motin qui a fait partie des grands poètes. Pour trouver quelques poèmes de l’artiste, faut cliquer ici, ou pour le poème sur l’inconstance, cliquer là. Le début du poème cité est extrait de ses Stances, et est cité dans le bouquin de Pierre Perret sur la poésie érotique. Et je l’ai trouvé récemment dans "L’Ode à l’X", édité par Les Humanoïdes Associés : une petite suite de diverses poésies very hot, illustrées tout aussi hot. Parmis les auteurs, y’avait notre Pierre Motin, né à Bourges.

Qui l’eut cru ! Ouf ! Y’a pas que Jacques Cœur, à Bourges. Il y a aussi ce monsieur Motin, un bien sympathique gars de Bourges et à découvrir.


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?