Arte trop tarte : un Karambolage rocambolesque sur Tchernobyl

vendredi 11 décembre 2015 à 07:00, par Cyrano

Karambolage, sur Arte, nous refait le coup du nuage de Tchernobyl : pitoyable caricature de journalisme...

Karambolage, sur Arte c’est un petit machin d’une douzaine de minutes. Dimanche 6 décembre 2015, fin d’après-midi, l’émission Karambolage s’intéressait à la catastrophe de Tchernobyl de 1986.
Voix off :
« Felicitas Schwarz en profite pour se livrer à une petite comparaison très instructive des retombées de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en France et en Allemagne. » Avec insistance sur le mot très.

Et encore une fois, c’est l’imbécile légende noire qui nous est servie :
Au moment de Tchernobyl, on nous aurait dit que le nuage de particules radioactives se serait arrêté à la frontière.

C’est une légende noire stupéfiante :
malgré les informations publiées alors par le SCPRI (Service Central de Protection contre les Rayonnements Ionisants) ;
malgré les procès en diffamation gagnés par le professeur Pierre Pellerin (responsable de ce service en 1986, au moment de la catastrophe de Tchernobyl) ;
malgré les informations parues dans les journaux d’alors.
Cette légende noire bricolée par des journalistes à Libération, par un Noël Mamère imaginant des voix – c’est une légende qui a la vie dure.

Et la madame Félicitas Schwarz nous fait un beau numéro de Karambolage en s’engouffrant dans ces âneries : c’est très instructif, comme c’était annoncé. C’est ça du journalisme ? c’est ça l’information à la télévision ? Pourquoi n’arrive-t-on pas à se dépatouiller de cette histoire imbécile ? Par paresse, pour remplir 10 minutes d’antenne en reprenant quelques conneries sans rien vérifier ? Parce que c’est plus audimat de jouer sur le complot et les peurs ?

La madame devrait lire le bouquin Tchernobyl, un nuage passe : les faits et les controverses, édition l’Harmattan, paru en 2009 - ou bien relire les journaux de l’époque (par exemple la presse du 2 mai écrivant que Pierre Pellerin avait annoncé une « augmentation de la radioactivité sur l’ensemble du territoire ») ; ou revoir certains JT d’alors (sans rien tronquer).

Ça lui donnerait peut-être l’idée de faire du vrai carambolage dans les idées reçues et se demander comment s’est construite cette légende indécrottable ? - au lieu de balancer les insanités qu’elle nous sert dans son émission.


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
Arte trop tarte : un Karambolage rocambolesque sur Tchernobyl - epujsv - 11 décembre 2015 à 10:46

"Et encore une fois, c’est l’imbécile légende noire qui nous est servie :
Au moment de Tchernobyl, on nous aurait dit que le nuage de particules radioactives se serait arrêté à la frontière."

Oui, on nous l’avait dit que le vouliez ou pas ; 2 journaux TV du 30 avril 1986 :
https://www.youtube.com/watch?v=grhpPdXel8A
https://www.youtube.com/watch?v=J41sOLZGss4

Et celui-ci du 11 mai qui récapitule l’évolution de l’information et les contradictions sur le déplacement de ce nuage :
http://www.ina.fr/video/CAB86011571/contradictions-en-france-video.html

Ca prend 8 mn pour écouter et regarder attentivement ces extraits de 3 journaux TV qui passaient à l’époque dans les foyers.

Le fondement de votre article se base sur une soit disant légende noire indécrottable qui aurait été inventée de toutes pièce : selon vous et le bouquin que vous conseillez à la lecture on ne nous aurait jamais raconté que le nuage s’arrêtait à la frontière. C’est faux. Je sors du net 3 extraits de journaux TV qui prouvent qu’on avait bien essayé de nous servir que le nuage s’était arrêté aux frontières de la France. La légende, c’était ça. Et pas l’inverse. Que ces messieurs dames des autorités nucléaires et gouvernementales se soient ensuite ravisés sur leur démarche informationnelle, personne ne le conteste. Ceci dit, il faut encore regarder comment ils ont changé leur démarche "communicative". Ca fait toujours sourire : "oui, le nuage est en fait passé mais comme il n’a pas plu y’a pas de particules radioactives." Faux.

La madame de Karambolage a fait du travail de journalisme correct, basé sur un fait avéré. Elle n’a pas raconté d’ânerie.

Il se trouve que j’ai vécu cette période et que j’avais bel et bien souvenir qu’on nous avait raconté à un moment donné que le nuage allait s’arrêter aux frontières de la France. Ce qui ma foi était bien risible, même pour un néophyte de l’accident nucléaire. Ne pas vouloir crééer de panique, pourquoi pas, mais pas à n’importe quel prix. L’Ukraine, la Bielorussie, la Russie en savent quelque chose.


Arte trop tarte : un Karambolage rocambolesque sur Tchernobyl - epujsv - 11 décembre 2015 à  12:16

Et maintenant la parole à Bernard Lerouge, l’auteur du livre que vous conseillez. Ingénieur au CEA en retraite au moment de la conférence filmée en 2013 (pour la présentation de son livre) organisée par le laboratoire Communication et Politique du CNRS : https://www.youtube.com/watch?v=G3PdAwSdUgQ.
Afin d’éclairer sur la substance des lignes de votre article. Chacun se nourrissant des productions de l’esprit
qui lui conviennent.

Répondre à ce message #42351 | Répond au message #42350
Arte trop tarte : un Karambolage rocambolesque sur Tchernobyl - 11 décembre 2015 à  15:16

Un autre journal TV d’antenne 2 du 20h , le 1er mai 1986 nous explique à partir de la 7mn26 que l’anticyclone évite toujours que le nuage soit en France et qu’une dépression de je sais plus quoi permettra que le nuage n’atteigne pas la France : https://www.youtube.com/watch?v=_DaBH7yWTA4

Monsieur Lerouge affirme avoir regardé tous les journaux papiers, radios, télés de cette époque etc... Moi je n’ai à ma disposition "que internet". Trouver les journaux télé peut se faire. Mais ce n’est pas si simple qu’il n’y parait. Et ils arrivent au hasard d’internet. Ceci dit, je suis désolée, mais Monsieur Lerouge a le journal TV sélectif : 30 avril, 1er mai, on nous disait toujours que le nuage n’était pas parvenu en France.
Je ne vais pas me taper 2 mai, 3 mai etc....

Et d’ailleurs peu m’importe, puisque le sujet fondateur de votre article c’est l’affirmation qu’on ne nous a jamais dit que le nuage ne passait pas la France. Si. On nous l’a dit. Un point c’est tout. Monsieur Lerouge se trompe. Comme quoi les ingénieurs du CEA peuvent aussi se tromper en regardant de simples journaux TV.

Répondre à ce message #42352 | Répond au message #42351
Arte trop tarte : un Karambolage rocambolesque sur Tchernobyl - epujsv - 11 décembre 2015 à  21:46

C’est le 2 mai qu’on apprend tout à coup, comme ça, tout légèrement, que le nuage survole les Alpes (en tous cas au JT de 20h d’A2)
https://www.youtube.com/watch?v=g2eFUM9e56U&spfreload=10
A la 14mn33.

Or, c’est le 30 avril que le nuage est entré en France. Et le 1er mai il recouvrait l’ensemble du territoire. Ainsi que le 2 mai. Il partira progressivement jusqu’au 5 mai.
Voir l’animation de l’ IRSN : http://www.irsn.fr/FR/popup/Pages/tchernobyl_video_nuage.aspx

Répondre à ce message #42354 | Répond au message #42352
Arte trop tarte : un Karambolage rocambolesque sur Tchernobyl - epujsv - 12 décembre 2015 à  09:10

Et pour changer des journaux TV des 30 avril, 1 mai, 2 mai 1986, une archive d’Europe 1 le 1er mai. A partir de la 2mn22.
Le journaliste : " Parce que à Monaco on enregistre jamais auant de taux de radioactivité aussi élevés"
Le spécialiste : "artificielles disons ; naturelles il y en a toujours"
Le journaliste : " donc même si les nuages arrivaient sur la France d’ici 1,2,3 jours, une semaine, il n’y aurait pas de danger ?"
etc...
http://www.dailymotion.com/video/xick1u_tchernobyl-les-archives-d-europe-1_news

Répondre à ce message #42355 | Répond au message #42354
Arte trop tarte : un Karambolage rocambolesque sur Tchernobyl - epujsv - 12 décembre 2015 à  12:45

Ensuite, on peut se demander pourquoi les journaux ne mentionnaient pas les communiqués du SCRPI qui en rédigeait depuis le 29 avril. La réponse est peut-être là, dans un article du Monde de juin 2006 qui écrit :

"Pierre Pellerin occupe donc naturellement le terrain : à partir du 29 avril, le SCPRI diffuse plusieurs dizaines de communiqués, à la tonalité rassurante - l’IPSN, les ministères de la santé et de l’agriculture en font autant. Le SCPRI centralise toutes les mesures réalisées sur le territoire. Les centres de recherche du CEA, les portiques des centrales EDF détectent bien le passage du nuage, mais on leur défend de diffuser des informations au public. "A Saclay, la direction avait fait interdire un tract explicatif des mesures que nous avions prises, qui ne montrait pourtant rien de très inquiétant", se rappelle M. Zerbib."

L’intégralité de l’article, ici, sur Sortir du Nucéaire : http://www.sortirdunucleaire.org/Pierre-Pellerin-serein-sur-son

Ensuite Cyrano, comprenez-bien que je ne cherche nullement à revenir sur les procès de ce Monsieur Pellerin (décédé en 2013) que je ne connaissais pas jusqu’à ces derniers jours puisque je n’ai aucun souvenir de lui en 1986 (j’étais bien jeune pour tout comprendre) et je n’ai pas du tout suivi plus tard ce qui s’est passé au niveau de la justice entre ce Monsieur Pellerin, la Criirad, Noel Mamère, etc....

Par contre, je cherche à comprendre sans être partie prenante de ceci ou cela. Et au fur et à mesure de mes lectures sur internet sur le sujet. Et finalement, là où est la légende originelle, c’est que l’affirmation de l’arrêt du nuage aux frontières de la France avait été attribuée par je ne sais plus qui (Noël Mamère ?) à ce Monsieur Pellerin. Or, en effet, il n’a jamais dit ça. Pour ma part, ce n’est pas du tout ça que j’avais retenu de cette période. J’avais retenu qu’on nous avait exposé dans les journaux TV qu’il s’était arrêté aux frontières de la France. Et pour causes, puisque c’est bien ça qui a été dit par les journaux TV. Ensuite, dans ma famille, on ne lisait pas les journaux papiers. Le principal canal d’information était la télé. J’imagine comme bon nombre de français.

Et pour finir, je ne suis pas une fanatique de l’atome, ça c’est certain. Mais cette opinion n’a jamais dépassé les
paroies de mon cerveau ou d’un cercle privé. Et je me méfierai toujours de ce que les autorités nucléaires et gouvernementales disent à propos du nucléaire, des accidents mineurs ou majeurs, etc.... Rien de bien stratégique ou partisan là dedans. C’est sommes toutes très ordinaire comme réaction et vigilance. Et je n’accepterai jamais qu’on me traite d’imbécile ou de crédule ou d’influencée parce que j’y connais rien en radioactivté ou en science atomique, nucléaire. Que ça vienne de n’importe quelle eminence spécialiste de ce domaine.

Quelque chose que j’ignorais totalement, c’est que l’atome a été vu suite à la deuxième guerre mondiale comme un objet de pacification. Qu’au sein du CEA créé il y avait (il y a toujours ?) des pacifistes en faveur de l’atome civil et les "atomistes" militaires. Autre chose que j’ignorais encore, c’est qu’il y a aussi des mouvances politiques qui ne sont pas contre le nucléaire mais uniquement contre le nucléaire privatisé. A partir du moment où il reste "un bien commun" donc public, pour ces mouvances politiques, il n’y a aucun problème avec le nucléaire à partir du moment où la sûreté et la fiabilité des installations est irréprochable et à partir du moment où les autorités nucléaires communiquent en toute transparence et sans culture interne du secret . Un nucléaire vertueux, quoi.

Répondre à ce message #42356 | Répond au message #42355
Le nucléaire c’est une question de confiance - epujsv - 12 décembre 2015 à  15:09

Encore une légende noire qui ne va pas arranger les choses quant à l’éducation de nos enfants vis-à-vis de la sûreté nucléaire avec laquelle ils doivent être familiarisée. Une effroyable caricature qui a la dent dure sévit sur internet actuellement. Ca devrait être interdit de se moquer du monde comme ça. C’est vraiment lamentable et complètement délirant. Où vont-ils chercher des affabulations pareilles ? Ce n’est vraiment pas drôle, mais alors vraiment pas : https://www.youtube.com/watch?v=Rnz1xvblGvQ

Répondre à ce message #42357 | Répond au message #42356
Arte trop tarte : légende noire sur le professeur Pellerin - Cyrano - 13 décembre 2015 à  15:47

Humm, beaucoup à lire dans vos commentaires – hélas très, très fantaisistes parfois, souvent (bah c’est compréhensible pour un tel sujet aussi déformé), mais on va essayer ensemble d’arriver à une raison raisonnable ?

epujsv, vous écrivez : « Le fondement de votre article se base sur une soit disant légende noire indécrottable qui aurait été inventée de toutes pièce. […] C’est faux. » Y’a pas que moi qui prétend qu’il y a une vraie légende noire, vous savez, et ça ne date pas d’aujourd’hui !

En mai 1990, le Ministre de l’Industrie, Roger Fauroux, déclarait devant l’Assemblée nationale, en parlant du SCPRI et du professeur Pellerin : « Il y a, me semble t-il, une légende noire qu’il importe d’exorciser […] concernant le passage du nuage radioactif. »

Et 20 ans plus tard, en 2010, Jean Brissonnet, l’Association française pour l’information scientifique écrivait sur son blog, au sujet de cette légende :, un petit billet, Nuage de Tchernobyl : trop, c’est trop ! : « En flânant sur Internet, ce matin, j’ai pu lire 3 fois la sacro-sainte phrase évoquant « le nuage de Tchernobyl qui se serait arrêté aux frontières. Cette histoire du nuage dont « ON » aurait dit qu’il n’aurait pas survolé le pays fait maintenant partie des légendes urbaines. »

Légende noire, légende urbaine, légende bien entretenue par des journalistes victimes d’Alzheimer-sélectif. En 1999, Noël Mamère, dans une émission de télévision disait : « Je présentais le journal de 13 heures en 86, le jour de la catastrophe de Tchernobyl ; il y avait un sinistre personnage au SCPRI qui s’appelait Monsieur Pellerin, qui n’arrêtait pas de nous raconter que la France était tellement forte, complexe d’Astérix, que le nuage de Tchernobyl n’avait pas franchi nos frontières.  » Dire que c’est le même Noël Mamère qui annonçait, en 1986, le passage du nuage sur la France au JT de 13 heures sur Antenne 2. Le professeur Pellerin en aura marre et lui fera un procès en diffamation qu’il gagnera (amusant : les témoins cités par Noël Mamère étaient Michèle Rivasi, Corinne Lepage et Monique Sené – du beau linge ne valant pas tripette pour la morale politique).

Comme la CRIIRAD avait fait un procès à Pellerin, la cour d’Appel de Paris rend, en 2011, un verdict de non-lieu. Et la cour tient à préciser, dans son jugement, que « il [Professeur Pellerin] n’a jamais dissimulé l’existence du panache radioactif sur le territoire français  ». C’est clair ? Et bien…
Le quotidien Le Figaro rend compte alors du non-lieu, en septembre 2011. Le quotidien ne donne pas les précisions de la cours d’appel, et dans l’article, le journaliste rajoute : « À l’époque de la catastrophe nucléaire, au printemps 1986, l’ancien patron du Service central de protection contre les rayons ionisants (SCPRI) avait assuré dans divers communiqués que le nuage s’était arrêté à la frontière française. ». Ça en devient amusant, c’est le sparadrap du capitaine Haddock !

Voyez, il y a bel et bien une légende stupide sur cette histoire du nuage de Tchernobyl bloqué par des douaniers. Internet, le ouebe, évidemment, comme l’avait vu Jean Brissonnet, ça propose ad nauseum, des kilos-litres de bêtises affligeantes, sous des titres péremptoires. Au hasard, allons-y…

Sous le titre, Chronique d’un Mensonge d’Etat En France on peut lire, bien sûr : « l’on s’en souvient, officiellement, le nuage de particules radioactives ne passa pas les frontières métropolitaines. » et perle parmi les perles, Jean-Pierre Pernaut aurait déclaré : « A l’époque, en France, de faux bulletins météo ont été fabriqués par les autorités pour insinuer que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté à nos frontières » Et dingue ! personne ne l’a dénoncé avant ce grand journaliste… Il a osé dire ça ? C’est bien à ça qu’on les reconnait.

Rien n’arrête la bêtise. Le "nuage" c’est un terme impropre, puisque ce n’est pas un nuage visible, c’est un panache de particules qui se disséminent peu à peu. OK, ça n’empêche pas que… y’en a qui l’ont vu à pouvoir le toucher ! Et y’en a d’autres qui rapportent, sans rire, cette preuve que le nuage était là : « Le 2 mai 1986, en Corse, les pompiers d’Ajaccio virent un étrange nuage, une sorte de brouillard envahir la ville, si étrange que beaucoup d’habitants eurent le réflexe de fermer leurs fenêtres et leurs volets pour éviter toute intoxication éventuelle. La presse locale s’en fit même l’écho à la une des journaux. Bien entendu, les alarmes nucléaires installées chez les pompiers se déclenchèrent immédiatement. Toutefois le maire d’Ajaccio parla la même langue de bois que les autorités de Paris et considéra qu’il n’y avait aucun risque. »

De telles insanités, on en trouve à foison, c’est impossible de répondre à ça. Y’a un aspect drôle, vu le sujet : il semble que ces cervelles sont irradiées à l’insu de leur plein gré ? On va terminer cette litanie nauséabonde par un étron, désolé. Sur un forum internet parlant du nuage arrêté à la frontière, eh oui, encore, encore ce nuage…on peut lire carrément de minables insultes : « En fait, Mamère attaquait avec raison cette salope de "Professeur" Pellerin, ancien militaire douteux, proche de Sarkozy, pseudo-scientifique véreux et vrai gourou de la droite de l’époque qui a fait s’arrêter le nuage à la frontière... Cette pourriture de Pellerin est allé jusqu’à truquer la météo : Brigitte Simoneta d’anoncer un "anticyclone" la semaine du 1 mai 1986, alors qu’il pleuvait le nuage cancérigène de Tchernobyl sur nos enfants ; cette ordure devrait être pendue par les couilles. »

Logique, non ? A force de colporter les mensonges, les saloperies, ont en arrive au lynchage…
M’dame epujsv, j’ose croire que vous ne voulez pas rester en compagnie de ces gens là ?... Alors, je vous propose de pister ce qui s’est dit lors de l’arrivée de ce nuage.
Ne répondez pas, attendez que je poste le message suivant…

PS : pour la légende, y’a of course ! last but not least ! Y’a évidemment... la télé et ses documentaires. On y reviendra, n’ayez crainte – et c’est d’une drôlerie déprimante.

Répondre à ce message #42358 | Répond au message #42350
Arte trop tarte : là-bas... là-bas... les merveilleux nuages ! - Cyrano - 13 décembre 2015 à  19:32

La chronologie qui va suivre est d’un ami que je remercie. J’ai rajouté mes commentaires par-ci, par-là. Je me permets quelques remarques préalables.

Epujsv, vous écrivez qu’on nous apprend « tout-à-coup » que le nuage survole les Alpes. Oui, et alors ? Pourquoi tout-à-coup ? Vous croyez qu’il y était depuis 8 jours ?!... Il y est depuis la veille et vous l’apprenez tout à fait normalement. Ou bien vous écrivez que finalement, les autorités se sont « ravisées » et annoncent le nuage. A force de lire des bêtises sur le sujet, auriez-vous perdu votre bon sens ? Personne ne se ravise : on annonce le nuage parce qu’il est enfin là !

Parlant de l’auteur du livre que je signale, vous écrivez : « Monsieur Lerouge a le journal TV sélectif : 30 avril, 1er mai, on nous disait toujours que le nuage n’était pas parvenu en France. » C’est pas habile de mélanger 30 avril et 1er mai (ou alors c’est mauvaise foi) : c’est dans la nuit du 30 avril au 1er mai que le nuage est arrivé dans le Sud-Est. Donc, le 30 avril, rien, mais le 1er mai, ça sera bel et bien annoncé (mais… pas dans les journaux, c’est jour férié).

Allez, on se fait une chronologie vraie ? Si je dispose de cette série d’extraits de communiqués du SCPRI (Pierre Pellerin), de radio ou télé ou d’articles presse pour cette période, c’est que… bin, comment dire ?... c’est que… Je répétais stupidement, moi aussi, de grosses bêtises sur ce nuage. Un ami a eu pitié de moi, je n’ai donc plus qu’à rajouter des commentaires.
Les communiqués du SCPRI étaient envoyés aux autorités et aux agences de presse – qui ensuite expédiait aux journaux, télé, radios.

Mardi 29 avril, minuit : 1er communiqué SCPRI (suite alerte manifestée en Suède :)
« Ce jour, 29/04/86 à 24 h, aucune élévation significative de la radioactivité sur l’ensemble des stations du SCPRI du territoire.
En revanche, premier prélèvement significatif effectué sur le vol Air France Hambourg-Paris (en provenance de la région de la baltique) Les pourcentages relatifs de la composition en spectrométrie gamma :
132 Tellure environ 39%
131 Iode environ 30%
132 Iode environ 21%
103 Ruthénium environ 5%
99 M Technétium environ 3%
134 Césium traces
140 Baryum traces
Ces mesures se poursuivent
 »

Remarques : C’est Pierre Pellerin qui a eu l’idée d’équiper les avions d’un équipement permettant d’analyser les particules (c’est pour ça qu’il n’y que les vols Air-France). Du coup, la France est la première au monde à publier la composition du panache de particules (mais le SCPRI était déjà une référence mondiale dans le domaine nucléaire).

Mardi 29 avril, France Inter, heure ? Professeur Pierre Pellerin est interviewé :
Il n’y a actuellement rien au-dessus de la France, les vents ne sont pas dirigés vers nous, ils « tournent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre autour d’une dépression centrée sur l’Europe  »

Ce qui était vrai, zut ! Le nuage n’allait pas arriver sur péniche via un Danube bleu électrique, mais par les airs, avec le vent. Il y a une vidéo, sur le net, qui montre le déplacement du nuage – avec de drôles de bras en cercles. C’est quoi qui fait ça ?! Anticyclones et Dépressions. C’est quand même pas sorcier à comprendre ? Mais gaffe c’est un site officiel, donc mensonge d’état et compagnie…

Mercredi 30 avril, JT Antenne 2, 12 H 45 (Noël Mamère)
Reportage sur Tchernobyl et voix off : « Selon les conditions météo actuelles, le dégagement radioactif sous forme de nuage ne touchera pas la France. Mais il redescend sur l’Autriche et la Yougoslavie. »
Noël Mamère interroge Pierre Tanguy (EDF) : « On a parlé tout à l’heure du nuage radioactif qui se dirige vers l’Autriche et la Yougoslavie. Tous les français qui nous écoutent se demandetn si ça va venir chez nous et si ce nuage sera très toxique. »
Pierre Tanguy : « Alors, si ça va venir chez nous, je crois qu’il faudrait demander au spécialiste de la météo mais par contre la toxicité, là, on peut être catégorique : ça ne présente absolument aucun danger. Ça n’en a présenté aucun en Scandinavie et plus le temps passe plus ça se disperse et ça devient totalement insignifiant. »
https://www.youtube.com/watch?v=hcKjPPWtN5s

La météo, forcément ! Ironiser sur cet élément est vraiment étonnant. Pourquoi le nuage, au fait, ne s’est-il pas précipité sur la Mer Noire et la Turquie ? protégée par ?… eh oui, chut…

Mercredi 30 avril, 16 H, communiqué SCPRI :
« Ce jour 30/04/1986, à 16 h, toujours aucune élévation significative de la radioactivité dur l’ensemble des stations du territoire.
Sur plusieurs vols Stockholm-Paris et Oslo-Paris (région scandinave), prélèvements plus actifs d’un ordre de grandeur par rapport aux prélèvements Air France Hambourg-Paris mentionné dans mon télex du 29/04/86.
 »

Mercredi 30 avril, JT Antenne2, 20 H, Claude Sérillon
Claude Sérillon : « Le plus inquiétant ce soir reste le nuage de particules radioactives. On le sait, il s’est déplacé tout d’abord vers la Scandinavie puis est en train de descendre vers le sud.
Alors comment peut-on prévoir son déplacement ? Les explications de Brigitte Simonetta
. »
Brigitte Simonetta : « Il faut bien faire la différence entre le possible et le réel. D’abord les certitudes :
lors de l’accident un anticyclone se trouvait sur l’Union Soviétique. Autour des hautes pressions on sait que le vent s’enroule dans le sens des aiguilles d’une montre. Les particules radioactives sont alors dans un premier temps remontées vers la Pologne puis elles ont continué leur chemin et atteint en 48 heures les pays scandinaves.
Depuis lundi, la situation n’a pas changé. [...]
Une dépression a pris place sur la Sardaigne. Là, les vents tournent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Si l’émission radioactive persistait, tout laisse à penser que cette poussière aspirée depuis l’Ukraine serait renvoyée vers l’Italie, la Yougoslavie et l’Autriche.
En France, l’anticyclone des Açores s’est développé. La météo affirme qu’il restera jusqu’à vendredi prochain suffisamment puissant pour offrir une véritable barrière de protection.
[affichage panneau Stop posé sur Est de la France, Suisse] Il bloque en effet toutes les perturbations venant de l’Est.
Mais attention : ces prévisions sont établies pour trois jours. Reste à savoir combien de temps il faudra encore pour éteindre l’incendie. »
https://www.youtube.com/watch?v=s4q91IZGQcY

Mais attention, qu’elle dit. Ce n’est pas aussi affirmatif qu’elle veut bien le dire. Pas de chance, les conditions météo vont changer (mais ça, en météo, on a l’habitude de la prévision qui ne se réalise pas). Pas de chance bis : le nuage arrive par la Suisse et l’Italie du nord.
L’histoire du panneau passera presque inaperçue ! Les gens regardent plutôt TF1, et ne sera qu’ensuite, en trifouillant, qu’on retrouvera ce JT et sa malencontreuse prévision et qu’on en fera un symbole.

Mercredi 30 avril, Minuit (Jeudi 1er mai, H zéro), communiqué SCPRI
« Situation dans l’ensemble stationnaire. On note cependant, sur certaines stations du Sud-Est, une légère hausse de la radioactivité atmosphérique, non significative pour la santé publique. »

Le voilà ! Dommage, très fortement dommage : ça va être le 1er mai, sans journaux en 1986 – et personnel réduit au SCPRI comme ailleurs… et dommage encore : on est alors jeudi, et ces enfoirés de salariés vont faire le pont jusqu’à lundi.

Jeudi 1er mai, RTL, 8 H
Jean Jacques Bourdin : « Des particules radioactives ont été détectées dans l’atmosphère hier après-midi par le laboratoire de radioactivité marine de Monaco mais les quantités détectées sont tellement infimes qu’il n’y a aucun, vraiment aucun danger. »

Jeudi 1er mai, JT Antenne2, 12h45, Noël Mamère
Noël Mamère : « Ce matin, le SCPRI a annoncé une légère hausse de la radioactivité atmosphérique non significative pour la santé publique dans le Sud-Est de la France et plus spécialement au-dessus de Monaco. »
https://www.youtube.com/watch?v=7DamV8MP2_o&hspart=iry&hsimp=yhs-fullyhosted_003

Sacré Noël, le v’la qu’il annonce le nuage qui passe la frontière… Il ne s’en est pas souvenu.

Jeudi 1er mai 1986, JT A2, 20H, Claude Sérillon
Claude Sérillon : « Les spécialistes de la météorologie restent très circonspects quant à la route future de la masse d’air radioactive issue de la centyrale de Tchernobyl. Tout dépend des vents ! Il faut savoir qu’en cette période de l’année la pollution à tendance à s’accumuler au-dessus des régions arctiques. Laurent Boussié a rassemblé la dernière photo satellites montrant plus précisement l’évolution des courants atmosphériques. »
[vue météo de l’Europe occidentale]
Laurent Boussié (voix off) : « Voici vu par MétéoSat 48 heures de la vie de notre planète. […] Après nous avoir servi de bouclier, l’anticyclone pourrait bien être l’instrument du danger. Les masses d’air tournant autour des hautes pressions dans le sens des aiguilles d’une montre, on peut craindre des retours d’est d’air chargé de radioactivité.
Heureusement, en ce moment les vents sont faibles en altitude donc l’air pollué n’avance que très, très lentement.
Autre bonne nouvelle : l’arrivée d’une perturbation nuageuse sur l’Atlantique pourrait demain ou après-demain inverser le sens des vents.
 »

On retrouve Laurent Boussié en fin de journal pour la météo.
« Tout va bien parce que une perturbation s’approche alors grâce à elle les vents vont changer et la pollution radioactive va s’en aller. »

https://www.youtube.com/watch?v=_DaBH7yWTA4

 ?!?!! Bourdin (le matin) et Mamère (le midi) ont annoncé l’arrivée du nuage, mais là ?.. On ne parle pas souvent de ce JT, mais c’est vraiment le plus surréaliste. A croire qu’ils ont bien fait le 1er mai… A aucun moment, il n’est vraiment dit que le nuage est arrivé pour de vrai au Sud-Est et ça commence à faire quelques heures. Ah, ces journalistes de la télé…

Jeudi 1er mai, minuit (vendredi 2 mai H zéro), communiqué SCPRI :
« Tendance pour l’ensemble de stations du territoire à un alignement de la radioactivité atmosphérique sur le niveau relevé le 30 avril dans le sud-est. Il est rappelé que ce niveau est sans aucune incidence sur la santé publique. »

Pfff, et zut ! Le nuage est sur l’ensemble du territoire. Vendredi 2 mai n’est pas férié, on va lire les journaux.

Vendredi 2 mai, Libération
La Une : Tchernobyl, le choc du nuage
« à Monaco on a enregistré des traces de particules peu fréquentables dans l’atmosphère, minimes ne présentant aucun dangerpuis finalement, cela a été le tour de la France  »
« [… ] Pierre Pellerin a annoncé hier [1er mai] que l’augmentation de la radioactivité était enregistrée sur l’ensemble du territoire sans aucun danger pour la santé  »

Vendredi 2 mai, Le Figaro
Titre : La France touchée à son tour
« Les premières particules radioactives provenant du nuage dégagé par la catastrophe de Tchernobyl ont été détectées mercredi après-midi dans le Sud-Est de la France. »

Vendredi 2 mai 1986, France Soir
Titre : Des nuages radioactifs au-dessus de la France
« Ça y est ! Les premières particules radioactives atteignent la France. Inutiule cependant de se ruer aux abris : nous sommes encore très loin des côtes d’alerte. [...]
La quantité de Césium présente dans l’atmosphère de la côte est tout de même 1000 fois supérieure à la normale et 20 fois supérieure à la quantité observée après les essais nucléaires artmosphériques des années 62-65.
 »

Incroyable ! Le nuage a bel et bien passé la frontière. Et on ne parle pas du signal Stop de Brigitte Simonetta. Et on ne dit pas que ça s’est arr^été à la frontière. Personne ne peut le dire.
Le 2 mai, dans la matinée le nuage commence à être repoussé, comme prévu, d’ouest en est. Dégage ! Dans la nuit, il aura presque complètement quitté le territoire français, sauf Alpes et Sud-Est.

Vendredi 2 mai, Minuit (samedi 3 mai, H zéro), Communiqué SCPRI
« Objet : radioactivité consécutive à l’accident nucléaire russe de Tchernobyl, mise au point à diffuser auprès des médecins et du public.
L’élévation relative de la radioactivité relevée sur le territoire français à la suite de cet accident est très largement inférieure aux limites réglementaires françaises, elles-mêmes fixées avec des marges considérables.
 »

Samedi 3 mai 1986, heure ? Communiqué SCPRI
« La baisse générale de la radioactivité atmosphérique amorcée le 2 mai s’est nettement accentuée sur les trois quarts Ouest du territoire français […] Les vents du Sud-Ouest évacuent maintenant les masses d’air vers l’Est de l’Europe. Seule la région Sud-Est reste encore pour l’instant stationnaire quant à la radioactivité, par suite de la persistance d’un front froid venu du Rhône. »

On trouve encore de nombreux communiqués du SCPRI, puis le 5 mai, puisque il n’y a plus rien, rien au-dessus de nos têtes sur l’ensemble du territoire: :

Lundi 5 mai, Minuit (mardi 6 mai, H zéro), 1er Communiqué SCPRI
« Le retour à la normale de la radioactivité de l’atmosphère s’est étendu à l’ensemble du territoire, y compris le Sud-Est.
De ce fait, l’introduction nouvelle de radioactivité dans les autres éléments du milieu a désormais cessé.
Néanmoins, par suite du décalage dans le temps, dû au cheminement des radioéléments introduits dans le milieu, on observe actuellement une élévation retardée de la radioactivité, en particulier de l’iode 131 dans certains prélèvements, qui peut encore persister quelques jours.
 »

Lundi 5 mai, minuit (mardi 6 mai, H zéro), 2e Communiqué SCPRI
« Interprétation des mesures.
- exposition :
Au cours de la période du 28 avril au 5 mai, les mesures du rayonnement gamma ambiant au sol n’ont jamais excédé 60 microrads par heure soit au maximum 4 fois le rayonnement naturel qui est en moyenne en France de 15 micrortads de l’heure. Cette pointe a duré en moyenne à peine 24 heures sur la plupart du territoire. Un tel débit de dose est deux fois inférieur à celui auquel on est exposé au cours d’un voyage aérien.
Cette exposition et ses variations ne sont mesurables que grâce à l’extrème sensibilité des instruments d emesure de la radioactivité, mais elles sont sans aucune signification sur le plan de l’hygiène publique.
 »

Fini, le "nuage" est reparti..
Alors, j’y reviens, epujsv. Vous écrivez : « selon vous et le bouquin que vous conseillez à la lecture on ne nous aurait jamais raconté que le nuage s’arrêtait à la frontière. C’est faux. » Tss, tss, ce n’est pas faux, ça n’a jamais été dis, ça a été inventé ensuite – Et la dame Simonetta n’y est pour rien..

Et vous écrivez aussi ça : « Il se trouve que j’ai vécu cette période et que j’avais bel et bien souvenir qu’on nous avait raconté à un moment donné que le nuage allait s’arrêter aux frontières de la France. Ce qui ma foi était bien risible, même pour un néophyte de l’accident nucléaire »
Excuses, votre souvenir est faussé par les polémiques, par cette légende noire répétée, qu’on finit par ne plus savoir quand est-ce qu’on l’a entendu. Et c’est ça qui rend cette histoire particulièrement intéressante !

Répondre à ce message #42359 | Répond au message #42358
Arte trop tarte : là-bas... là-bas... les merveilleux nuages ! - Cyrano - 14 décembre 2015 à  00:08

Juste une précision : les communiqués du SCPRI du professeur Pellerin sont des extraits. Je n’ai pris que ce qui résumait la situation du nuage - mais ça suffit déjà comme ça.

Répondre à ce message #42361 | Répond au message #42359
Arte trop tarte : légende noire sur le professeur Pellerin - epujsv - 14 décembre 2015 à  16:21

"M’dame epujsv, j’ose croire que vous ne voulez pas rester en compagnie de ces gens là ?... "

Vous m’attribuez des compagnies que je n’ai pas. Ainsi que des lectures que je n’ai pas (en bref, je ne lis pas yahoo).

Vous avez fait votre démonstration, j’ai fait la mienne. Restons en là, en effet.

Répondre à ce message #42365 | Répond au message #42358