Éditorial Juillet-Août 2017

Au centre, rien de nouveau...

mardi 4 juillet 2017 à 10:30, par Mister K

Le tunnel électoral 2016-2017 aura été apocalyptique. Aucune nouvelle idée ou presque n’est ressortie. Le seul qui a tenté, Benoit Hamon, a fait à peine plus six pour cent de voix. On pourrait même dire pas d’idées tout court tellement le débat n’a pas véritablement existé. Paradoxalement, les débats les plus tranchés ont eu lieu lors des primaires. Pourtant, après le ras-de-marée "En marche !" aux élections législatives, tous les analystes et commentateurs ont mis en avant la volonté des français d’un renouvellement. Renouvellement, vraiment ? "En marche !", d’accord, mais pour aller où ?

La nouvelle assemblée nationale 2017 dont la majorité présidentielle est composée officiellement de 361 députés [1] est pour le moins renouvelée : 147 sortants seulement sur 577 et une parité hommes/femmes qui s’améliore avec 224 femmes pour 353 hommes. Donc, c’est indéniable, il y a renouvellement des personnes. Mais y-a-t-il un renouvellement des idées ? Là, ça va être plus compliqué...

Globalement, la nouvelle majorité "En Marche !" vient du centre (le Modem), du centre droit (UDI-LR) ou du centre gauche (PS, Écolos). Bref, il faut s’attendre à de l’orthodoxie économique à base de rigueur budgétaire qui est l’alpha et l’oméga de la politique économique de ces braves gens. Et pour ceux pour qui "En Marche !" est le premier engagement politique, ils ont bien souvent des profils de cadres supérieurs, sortis de grandes écoles avec une expérience du privé. Autant dire que ceux-là ne vont pas être trop rebelles, ils ont été habitués à ne pas faire de vague dans le privée et ont toujours été de bons élèves, ils ont toujours été "corporate" comme on dit. On peut s’attendre à ce qu’ils poussent à la déréglementation. "Le business" se frotte déjà les mains, pour Gattaz et le Medef, c’est Noël avant l’heure. La nouvelle ministre du Travail, Muriel Penicaud qui déclare que, je cite, "on a un code du travail, qui en gros n’est fait que pour embêter 95 % des entreprises" n’a jamais appris semble-t-il que le code du travail existe pour protéger les travailleurs et rééquilibrer le rapport de forces qui, sans cela, est largement en faveur des entreprises. Et puis "accessoirement", le code du travail a pour but de concourir à la protection de la santé voir de la vie des travailleurs [2]. Mais combien de nouveaux députés se sont déjà inquiétés de l’intérêt du code du travail avant juillet 2017, le cul bien vissé dans le chaise, proche du radiateur ou de la clim’ ? Il ne faut là pas s’attendre à autre chose que de l’idéologie libérale avec "en même temps" des bouts de "bienveillance". Rien de neuf sous le soleil donc. Vous ne serez pas trop dépaysés de la politique du PS ou de LR.

Clairement, le véritable changement est psychologique bien aidé par les médias qui en font des caisses. L’image, la communication, aussi travaillée soit-elle, se heurte inévitablement, à un moment ou un autre, à la réalité. Si le chômage ne baisse pas nettement, si la pauvreté continue d’augmenter, le retour à la réalité risque d’être très difficile. Car la véritable opposition à la politique de Macron à l’Assemblée Nationale est très très réduite. Le seul lieu de contestation possible sera donc la rue. Mais les français bougeront-ils ? On peut en douter...et en même temps, tout est possible.

En attendant, on observera de près nos trois députés du Cher qui sont a priori très représentatifs de "la République en Marche". Et on observera avec beaucoup d’intérêt l’action du nouveau député François Ruffin à l’Assemblée Nationale dont on espère qu’il en deviendra un agitateur...

[1314 députés du groupe La République en Marche et 47 députés Modem

[2En 2015, 545 personnes ont perdu la vie au travail, source CNAM


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?