Éditorial Novembre 2017

20 ans !

mercredi 1er novembre 2017 à 11:00, par Mister K

Il y a tout juste vingt ans naissait l’Agitateur. Vingt ans, ce n’est pas rien. En vingt ans, on a l’impression que rien ne change alors qu’en fait, tout change. À moins que tout change mais qu’à Bourges, rien ne change.

Il y a vingt ans, l’Agitateur paraissait sous forme d’un mensuel papier et d’un site web statique comme on en faisait en 1997. Le web, on le sentait bien, c’était l’avenir et surtout l’avenir de la liberté d’expression. Pensez donc, pouvoir s’exprimer en touchant un grand nombre de personnes, et ce sans un sous ou presque, c’était une utopie qui se réalisait. La liberté d’expression sans filtre institutionnel, sans autorisation des notables ou des puissants. C’était aussi l’accès à la connaissance sans autre limite que la curiosité. À l’époque, Google n’existait pas et internet et le web étaient des outils à conquérir et à développer.

À Bourges et dans le Berry, il n’y avait personne ou presque sur le Web. Pas de site de la mairie de Bourges, pas de presse locale. Rien. Au tout début, l’Agitateur, c’était trois visiteurs par jour sur le site web. La majorité des lecteurs étaient donc ceux de la version papier dont la centaine d’exemplaires photocopiés incitait les lecteurs à jeter un œil à la version internet. Mais bon, retenir l’adresse web de l’Agitateur à l’époque, ce n’était pas évident [1]. Toute cette débauche d’énergie pour si peu de lecteurs aurait pu être frustrante. Pourtant, il n’en était rien.

Depuis vingt ans, de l’eau est passé sous les ponts : quatre Présidents de la République, huit Premiers Ministres, quinze gouvernements... et deux maires de Bourges seulement ! En 1997, notre bon roi, c’était Serge Lepeltier. À l’époque, il n’était pas encore écolo et voulait redynamiser Bourges. En 2017, Pascal Blanc est Pascalou, le gars qui fait le fou dans les bars de Bourges pendant la campagne des municipales... mais qui commence directement par ne pas tenir ses promesses en espérant que ce sera oublié six ans plus tard. Mais il a une excuse, pendant la campagne il était bourré. Lui aussi veut redynamiser Bourges que son prédécesseur n’avait vraisemblablement pas assez redynamisé. Résultat, Bourges continue de péricliter. Le commerce en centre-ville se casse la gueule. Le développement de l’université à Bourges est au point mort. On a eu un TGV virtuel vendu par un adjoint au maire aux nouvelles technologies complètement à la ramasse. Et on a réussi l’exploit de détruire, presque par inadvertance, la Maison de la Culture... [2]. Tout cela pour dire que l’incompétence de nos élus, cela nous coûte très cher. Et que si en France, la diagonale du vide passe par Bourges et le Berry, ce n’est certainement pas du hasard. À l’Agitateur, on le souligne depuis vingt ans. Autant dire que l’on tourne souvent en rond. Mais on ne change pas...

Car oui, à bien des égards, depuis vingt ans à l’Agitateur, rien n’a changé. L’esprit du départ est toujours présent : s’exprimer en toute indépendance sur la vie locale, nationale ou internationale, sur la culture ou les médias, sans chercher à plaire à qui que ce soit et surtout pas aux notables et autres faiseurs [3]. Et la motivation est toujours là. En même temps, l’écosystème d’Internet a totalement changé, et même plusieurs fois en vingt ans. Qui n’a pas ouvert puis fermé son blog ses vingt dernières années ? Qui n’a pas consulté un site Myspace et depuis quand n’aviez-vous pas entendu parler de Myspace qui existe toujours ? Où sont passés les sites web de nos députés ? Globalement, où est passée l’expression publique sur internet ? En 2017, en grande partie, elle a été privatisée par Facebook [4]. Mais qui sait à ce jour ce que deviendra Facebook ? Personne.

Au final, même si l’internet et le web de nos rêves ne sont pas ceux de 2017, il y a toujours plein de bonnes choses à y découvrir. On espère que l’Agitateur en fait partie [5]. C’est l’occasion de remercier tous les administrateurs et contributeurs de l’Agitateur, présents ou passés ici depuis vingt ans, qui ont contribué à créer et façonner l’Agitateur. De remercier aussi les contributeurs de SPIP grâce à qui l’Agitateur est devenu contributif et participatif dès septembre 2001. Et de remercier enfin nos lecteurs qui sont souvent impitoyables avec nous...mais on ne leur épargne rien n’ont plus.

Alors on espère, chers lecteurs, que l’on vous retrouvera bientôt parmi nos contributeurs. Ou qu’à défaut, la lecture de l’Agitateur vous donnera envie d’ouvrir un site web collaboratif et participer vous aussi au web indépendant et contribuer à un internet libre [6].

[1http://webhome.infonie.fr/agitateur/ - Ne cliquez pas, ça ne fonctionne plus, le fournisseur d’accès Infonie n’existe plus

[2Rassurez-vous, on en aura bientôt peut-être une toute neuve, "la Maison de la Culture du 21ème siècle" !

[3Et tout cela toujours sans publicité, ce qui devient très rare en 2017

[4On ne désespère pas convaincre que Facebook, qui a tendance à privatiser internet, est un danger alimenté, disons-le, par la bêtise et l’ignorance de ses utilisateurs, et que beaucoup en prendront peu à peu conscience. À noter que l’Agitateur a un compte Facebook... parce qu’il faut chercher à toucher le plus grand nombre

[5Mais on peut aussi vous conseiller la lecture de Gilblog ou encore de Bourges-Bazar. Bon, on vous conseillera un peu moins Bourges-Info mais sachez que cela existe.


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
20 ans ! - Mercure Galant - 4 novembre 2017 à 10:37

Et suite à l’anniversaire des 20 ans, une exposition à venir, dans les prochains mois, des 10 ans des dessins de l’Agitateur !😉