Éditorial Octobre 2018

LREM, la politique vraiment autrement ?

lundi 15 octobre 2018 à 11:00, par Mister K

C’était la promesse d’Emmanuel Macron et de son mouvement "En Marche !", avec lui, on allait faire de la politique autrement. Le mouvement devenu parti politique "La République En Marche" (LREM) a permis un large renouvellement des députés. On aurait donc pu y croire. Mais bon, avec le temps, les promesses politiques, on n’y croit plus trop. Et malheureusement, le temps nous donne souvent raison.

Vous avez certainement entendu parler de François Ruffin et de son coup de colère face à la demande et au vote des députés LREM du rejet préalable d’un texte proposé par un député de droite, Aurélien Pradié (LR), visant à améliorer la condition des accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH). C’était le 11 octobre 2018. L’intégralité des débats est consultable sur le site de l’Assemblée Nationale et la presse a largement fait écho de cette discussion très écourtée. Ce vote LREM entraînait le rejet du texte sans aucune discussion au sein de l’hémicycle de l’Assemblée Nationale. La raison du rejet avancée par le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, est que les pistes étaient déjà inscrites dans les lois ou en train d’être explorées par le gouvernement et qu’une concertation doit s’ouvrir fin octobre devant le Conseil national consultatif des personnes handicapées.

Les députés LREM venaient pourtant de faire une grave faute politique. En effet, il ne fait aucun doute que la très large majorité des français est favorable aux mesures visant à améliorer la situation des handicapés et leur entourage. Il est même évident que les députés LREM y sont eux-même favorables. Pourquoi alors refuser de voter un tel texte si ce n’est pour des raisons techniques incompréhensibles et des considérations de basse politique ? L’opinion publique ne peut en aucun cas le comprendre.

LREM, la politique vraiment autrement ?
Playmobil army - 2005, Exhibition "30 Jahre Playmobil" , Maximilianpark Hamm / Germany - Auteur : k~owl *still not back* - La photo originale a été recadrée. Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 2.0.

Les députés paient ici leur comportement clanique et sectaire depuis juin 2017. Ils ne sont ni de gauche, ni de droite mais seulement LREM. Et ils ne votent que les textes LREM, point. Très peu de députés se sont permis de sortir des rangs depuis le début de la législature. Ils sont victimes de la volonté d’apparaître comme un groupe soudé, au moins en public. C’est une réaction compréhensible face aux divisions de la précédente majorité socialiste et de ses frondeurs. Mais du coup, ils apparaissent comme des députés "godillots" ou pour faire plus moderne, Playmobil, comme le dit François Ruffin [1]. En cela, ils sont loin d’avoir changé la politique à l’Assemblée Nationale, cette attitude étant plus qu’ancienne.

Le pire, c’est que les députés LREM se défendent maladroitement de leur faute politique. C’est ainsi que la députée LREM de Paris, Anne-Christine Lang, dénonce "des méthodes de voyou" quand François Ruffin diffuse la liste des 70 députés qui ont voté pour le rejet préalable du texte proposé par le député Aurélien Pradié. Sauf que comme le dit Ruffin, l’Assemblée Nationale n’est pas un conseil d’administration d’une entreprise, et que les débats y sont publics. La liste des 70 députés se trouve donc tout naturellement sur le site de l’Assemblée Nationale. Seuls le temps et la curiosité empêchent les citoyens de s’enquérir de ce type d’information, Ruffin leur facilite juste la tâche...

Parmi les députés qui ont voté cette motion de rejet et qui se défendent plus que mal, on retrouve le député du Cher de la première circonscription, François Cormier-Bouligeon. Dans un tweet le député s’interroge sur la possibilité que François Ruffin soit "l’emblème d’une dérive gaucho-faschiste du mélenchonisme ou seulement un triste guignol faisant son beurre sur le malheur ?". Il atteint ainsi le point Godwin plus vite que son ombre. Il est l’exemple type du député en apparence nouveau mais qui a été biberonné depuis l’adolescence au Parti Socialiste et n’a que récemment (début 2017 ?) retourné sa veste PS pour mettre ses godillots "En Marche !". Dans ces conditions, pas étonnant que les vieux réflexes persistent.

Au final, la vieille politique est toujours en marche. Et les handicapés devront patienter encore un peu avant que leur situation ne s’améliore et que des décisions soient prises dans ce sens. Malheureusement, ils en ont l’habitude, la vieille politique continue. Et ils devront aussi se méfier des paroles qui cachent parfois des reculs comme sur la loi ELAN avec le passage de 100% des logements neufs en accessible à seulement 10%. Mais ce n’est pas grave, les députés LREM, eux, ils sont toujours en marche, avec une démarche de Playmobil dans leurs gros godillots.

[1"Vous vous êtes contentés en groupe, en troupeau, de voter contre, contre, contre, de lever la main en cadence, comme des Playmobil"


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?