Conte poétique et musical

Moment rare et mots roses pas moroses !

mercredi 24 octobre 2018 à 22:59, par Mercure Galant

Le spectacle intitulé « Un remède maison au vague à l’âme » a été présenté pour la toute première fois à l’atelier des mille univers ce dimanche. L’Agitateur y était et vous en touche quelques mots...roses !

Moment rare et mots roses pas moroses !
À l’origine de ce drôle de conte poétique et musical, il y a le travail d’un auteur, Théo Vailly. Lorsqu’il fit écouter ses textes il y a environ un an, à son ami Julien Podolac, ce dernier propose leur mise en musique et se charge de contacter des musiciens de sa connaissance, aux parcours très divers. Julien Podolac (violon), Alice Le Moigne (accordéon) et Victor Andrès (percussions) ont déjà joué ensemble dans un groupe de musique balkanique, influence qui reste encore prédominante dans ce projet tandis que Gauthier Simon (clarinette basse) a une formation classique et que Victor Aubert (contrebasse) est plutôt attiré par le free jazz et la musique improvisée en général. Théo Vailly, quant à lui, joue de la guitare et déclame ses textes. Pour ces touche-à-tout, ce spectacle fut l’occasion de confronter des styles musicaux et d’expérimenter des mélanges qui, par bonheur, parfois fonctionnent bien.

Théo Vailly qui a découvert l’écriture aux Beaux-Art est peintre également. Ceci explique peut-être ce lien à la couleur que l’on perçoit dans le spectacle ? Il y est en tout cas question, entre caméléons et poulets, d’une entêtante quête de la couleur rose … Et c’est sans peine qu’on se laisse embarquer dans les pérégrinations verbales drôles, farfelues, surréalistes, et parfois obsédantes du narrateur, alors que la musique vient à point faire respirer nos oreilles et nos sens.

À l’issue de leur prestation, lors d’un bref échange avec le public, la formation confiait qu’elle souhaiterait renouveler l’expérience pour faire évoluer le spectacle. Encore faudra-t-il trouver des lieux susceptibles d’accueillir ce bon « remède » et ses musiciens de talent ; ce qui ne semble pas évident pour un format qui sort des codes actuels. Frédéric Terrier, concluait alors la discussion en se questionnant le public : « Y-a-t-il encore aujourd’hui en France de la place pour la création ? ». On le souhaite à ces artistes qui le méritent …

En complément :
Quelques extraits du spectacle ici


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?