Éditorial Janvier 2019

Maillots verts et gilets jaunes...

mercredi 9 janvier 2019 à 11:41, par Mister K

À Bourges, depuis quelques semaines, les gilets jaunes ont été éclipsés par les maillots verts, ceux du Bourges Foot. L’aventure s’est terminée ce 5 janvier 2019 par une défaite contre un club millionnaire, celui de l’Olympique Lyonnais. L’aventure fut belle. Celle des gilets jaunes continue et pourrait bien écrire une partie de son acte 9 à Bourges.

Le football, ce n’est peut-être pas votre tasse de thé. Pourtant, ignorer totalement la ferveur populaire que peut générer ce sport, c’est un peu comme habiter sur une autre planète. Et en France, si il y a une compétition de football qui génère de la ferveur, c’est bien la Coupe de France qui permet, au hasard d’un tirage au sort, de faire se rencontrer des équipes amateurs de notoriété locale sans-le-sou à des équipes professionnelles de renommée nationale voire internationale où l’argent coule à flots. Les petits contre les gros, voilà qui fait particulièrement recette en France. À Bourges, le club qui joue à Yves du Manoir aux Gibjoncs a réussi l’exploit de se qualifier pour les 32ème de finale. Et le sort lui a désigné comme adversaire le deuxième plus grand club français actuel après le Paris Saint-Germain, à savoir l’Olympique Lyonnais. Imaginez, Bourges Foot, un club de quartier, que même à Bourges pas grand monde ne connaît, que la mairie soutien de très loin [1] et qui vit avec un budget de 150 000 euros rencontre un club qualifié pour la ligue des champions [2] doté d’un budget estimé à 285 millions d’euros pour la saison 2018-2019. Si pour les joueurs et le club, c’est un rêve qui se réalise, tout le monde comprend bien qu’un tel match a des enjeux bien au delà du sport. D’ailleurs, peu importe le résultat au final [3], le match était gagné d’avance : le droit et la fierté de jouer au Stade Jacques-Rimbault devant 8000 spectateurs et encore plus de téléspectateurs, la reconnaissance inévitable des élus qui sont certainement nombreux à avoir quémandé une place dans les tribunes. Et surtout l’espoir d’obtenir un plus grand soutien à l’avenir afin de faire revivre le football de haut niveau à Bourges, alors que la politique de la ville y a volontairement abandonné le haut niveau en dehors du basket féminin. Cette fierté, cet espoir rejailli inévitablement sur tous les habitants des Gibjoncs, de la Chancellerie ou de Turly [4] et qui peuvent dire fièrement "nous sommes le Bourges Foot" en espérant que tout le reste de la ville continue à se reconnaître dans cette équipe bien au delà d’un évènement ponctuel [5].

À Bourges, les maillots verts ont donc éclipsé pendant 2 ou 3 semaines les gilets jaunes. Et s’il n’ont pas le même vêtement, que jaunes et verts diffèrent, ils ont en commun d’être, au quotidien, des gens de l’ombre. Leur mise en lumière, ils ne la doivent qu’à eux-mêmes. Les verts du Bourges Foot auront, on l’espère, l’occasion de faire parler d’eux pour la montée en nationale 2 [6]. Les gilets jaunes, eux, ont l’intention de remettre le couvert, samedi après samedi. Il se pourrait même, rien n’est moins sûr, que certains d’entre eux se réunissent à Bourges le samedi 12 janvier 2019, chez les bourgeois comme ils l’ont dit un peu vite. Pourtant, si sans aucun doute, comme partout en France, il y a à Bourges des bourgeois, la ville est particulièrement représentative des villes de province qui meurent, lentement mais sûrement, désertées peu à peu par l’activité économique, les services publics et la population.

Mais il faut bien le dire, les gilets jaunes sont tout de même beaucoup moins consensuels que les maillots verts. Et s’il se voient eux aussi comme les petits contre les gros, l’image qu’ils renvoient n’est pas positive pour tout le monde, c’est un euphémisme. Les gilets jaunes, c’est une grande équipe d’individus réunis par les circonstances, des individus qui marchent sous le même gilet mais qui ne défilent pas forcément dans les mêmes cortèges et qui ne partagent pas forcément les mêmes valeurs. Leurs liens ce sont des revendications autour du pouvoir d’achat et une énorme exaspération vis à vis de tout ce qui est perçu comme l’élite, qu’elle soit financière, politique ou intellectuelle. À quoi cela mènera t-il à la fin ? Bien difficile de le dire. Et si il y a une relative sympathie pour ces gilets jaunes, il y a aussi une grande méfiance sur les dérives potentielles de certains de ses membres.

Espérons que les gilets jaunes de Bourges et de la région qui défileront peut-être à Bourges le samedi 12 janvier 2019 iront soutenir ensuite les maillots verts du Bourges Foot ce même jour à 19h à Yves du Manoir, l’entrée sera gratuite. Et la fête, on l’espère, totale.

[1La mairie de Bourges a subventionné le Bourges Foot à hauteur de 25.815 euros en 2018

[2Le plus haut niveau de compétition possible en Europe

[3Bourges Foot s’est finalement incliné 0-2 sans démériter

[4Ces quartiers de Bourges et non de banlieue ont un nom, ils sont trop souvent relégués sous le vocable de "quartiers nord" par ceux qui n’y habitent pas et parfois même par ceux qui y habitent pour se faire comprendre ou par conditionnement

[5L’entrée du match Bourges Foot-Vierzon du 12 janvier 2019 à 19h au stade Yves du Manoir sera gratuite, vous êtes chaudement invités à encourager l’équipe du Bourges Foot pour ce match important pour la montée en N2

[6L’équivalent de la 4ème division


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?