Municipales 2020

Un nouveau maire pour Bourges

dimanche 21 juin 2020 à 20:38, par Mister K

Une chose est certaine, Bourges aura un nouveau maire issu de l’élection du 28 juin 2020. Cela ce jouera entre Yann Galut et Philippe Mousny. Le résultat pourrait être très serré même si il faut rester prudent vu l’énorme taux d’abstention du premier tour qui brouille forcément les cartes. Il s’agit donc au final un duel gauche-droite bien traditionnel. Super, mais quels sont les projets pour Bourges ? Eh bien c’est là que ça coince un peu...

Si vous avez regardé le débat de second tour sur France 3 Centre Val-de-Loire pour vous faire une idée, vous avez perdu environ 40 minutes de votre temps. De débat, il n’y a pas eu. Aucun des deux projets n’a vraiment été présenté. Les deux candidats étaient d’accord sur tellement de sujets qu’ils ont certainement dû finir autour d’une bière après le débat. Ils semblaient surtout être d’accord implicitement sur un sujet, l’élection se jouera sur le choix d’une personnalité et pas sur le projet qu’ils ont chacun très peu présenté. Si cette stratégie peut paraître logique de la part de Yann Galut [1] très connu sur Bourges puisque élu député du Cher dès 1997, c’est plus étonnant de la part de Philippe Mousny [2] qui, s’il fait parler de lui depuis quelques années, a certainement un déficit net de notoriété. Autre avantage de Yann Galut, il peut facilement se targuer de représenter un changement pour Bourges alors que Philippe Mousny, même s’il s’en défend, marche dans les pas de la droite locale et de Pascal Blanc qui gère la ville depuis 1995 (25 ans !) avec le "succès" que l’on connaît malheureusement...

Un nouveau maire pour Bourges
Yann Galut
Photo prise avant le confinement
Philippe Mousny
Il a un peu changé Pascal Blanc, non ?

Lequel des deux candidats peut permettre à la ville de Bourges de remonter une pente dont la descente infernale de Bourges n’est qu’une amusante allégorie ? "De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace" voilà ce qui manque certainement le plus à Bourges et à la région. Le projet de premier tour des deux candidats en manque beaucoup. Le projet de Philippe Mousny est triste comme un programme de droite qui promet surtout de ne pas augmenter les impôts, le graal à droite. Le projet de Yann Galut et de sa liste est légèrement plus audacieux en proposant des transports en commun gratuits à partir de 2022. Oui, pas fou mais faudra se contenter de cela comme grand projet. Si les deux candidats sont d’accord pour rendre la ville de Bourges plus attractive, les solutions manquent un peu. Pourtant pour "stabiliser la baisse de population" (sic) comme l’indique Philippe Mousny, il va falloir certainement plus d’audace. À Bourges, on semble s’accrocher à n’importe quel sondage bidon qui pourrait donner un espoir face au cercle vicieux du déclin dans lequel se trouve la ville. Comme Pascal Blanc, Philippe Mousny et Yann Galut s’accrochent à l’espoir que des cadres de grandes métropoles viennent télétravailler dans des villes moyennes comme Bourges. Notez qu’on ne se fait pas trop d’illusion sur le développement économique de la ville, les cadres en question n’auront que peu de chances de trouver du travail dans la région. Mais là où c’est drôle, c’est que personne ne se pose la question du réalisme d’un tel sondage. Qui connaît des Parisiens ou des Lyonnais qui penseraient à des villes comme Bourges, Châteauroux ou Nevers pour s’installer ? Peut-être des personnes qui sont d’origine des ces villes...ou des dépressifs ? Sérieusement, avant que cela soit possible, il faudra que Bourges change vraiment. On ne passe pas comme cela d’une métropole hyperactive à une ville qui bouge une semaine par an et qui s’endort à partir de 19h30. Bourges, la belle endormie comme l’avait dit Irène Félix il y a quelques années doit se bouger plus. Et pour cela, le prochain maire devra se montrer volontariste et persuasif pour changer les mentalités locales. Là encore, la personnalité de Yann Galut, si ce n’est le projet de sa liste, peut faire la différence. Philippe Mousny, enkysté dans sa logique de droite ne pourra, tout comme Pascal Blanc, qu’insister sur la propreté et l’entretien des trottoirs et la sécurité...voilà qui n’est ni audacieux, ni ambitieux et ne changera pas grand-chose à la situation de la ville.

Un avocat pour Bourges ? C’est ce que vend Yann Galut qui semble vouloir marcher dans les pas de Jacques Rimbault. Il est certainement mûr pour la fonction de maire de Bourges. Reste à savoir si les électeurs berruyers feront ce pari ou se retrancheront tranquillement sur une gestion pépère de droite du projet Philippe Mousny. Réponse dans quelques jours...

[1ex-PS sans étiquette à la tête d’une liste d’union de la gauche avec Irène Félix, le PS, EELV et LFI

[2Les Républicains, soutenu par LREM et le centre


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
Un nouveau maire pour Bourges - Fred - 27 juin 2020 à 10:21

Cette élection ne concerne pas uniquement la mairie de Bourges mais aussi la présidence de la communauté de communes ...


Un nouveau maire pour Bourges - Mister K - 28 juin 2020 à  10:47

Oui, c’est vrai. Mais dans Bourges Plus, on a parfois du mal à prononcer le "s" de "Plus". Du coup plus rien ne Bourges... ;-)

Et effectivement, le président de Bourges Plus pourrait rester Pascal Blanc en cas d’élection de Mousny...si ce dernier respecte sa promesse. Et ce pourrait être Irène Félix en cas d’élection de Galut.

Répondre à ce message #43829 | Répond au message #43828