Collectif On Dort Au Chaud

samedi 7 janvier 2017 à 14:34

Depuis cinq semaines environ, un collectif de citoyens s’est créé sur Bourges afin de rappeler à la commune et à la préfecture ses obligations en matière d’hébergement d’urgence face au manque de places pour les sans-abris : le Codac. Vous pouvez retrouver ses communiqués de presse et ses coordonnées sur le site de Ki 6 Col : http://www.ki6col.com/actualites/le-collectif-codac/

Il existe également la Coordination du Berry qui veille plus particulièrement à l’accueil des migrants et aux manques de places pour les loger : http://www.leberry.fr/bourges/social/vie-associative/2016/12/21/un-manque-d-hebergements-d-urgence-dans-le-cher_12217154.html
Son site internet : https://sites.google.com/site/coordinationduberry/home

Le 115 de Bourges se trouve au 52 rue Marx Dormoy, géré par l’Association le Relais, au foyer St François et à la Cité Jean-Baptiste Caillaud qui sont tous les trois des CHRS (Centre d’Hégergement et de Réinsertion sociale : http://annuaire.action-sociale.org/etablissements/readaptation-sociale/centre-hebergement---reinsertion-sociale--c-h-r-s---214/rgn-centre.html)

Le Collectif national Les Morts de la Rue a publié son dernier rapport 2015 "Dénombrer et décrire" : http://www.mortsdelarue.org/IMG/pdf/rapport_Denombrer_et_Decrire_la_Mortalite_des_personnes__SDF__2015_14_decembre_2016.pdf


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
Collectif On Dort Au Chaud - epujsv - 20 février 2017 à 17:45

Le Secours catholique, la Coordination du Berry pour le droit d’asile et le Codac ont fait paraitre le 16/02/17 sur le site Ki 6 Col un article qui indique le nombre de nuitées de réfugié-e-s que ces organisations ont pris en charge en 2016 face aux carences de l’Etat : http://www.ki6col.com/news/chiffres-des-laisses-pour-compte-connus-de-l-hebergement-dans-le-cher-accueillis-par-des-associations-et-des-citoyens-en-2016/

Les 3 premiers communiqués du Codac ( 23/12/2016, 04/01/17 , 05/01/17) ne permettaient pas de comprendre, à ce moment là, que ce collectif de citoyens ciblait en particulier les carences d’hébergements de réfugié-e-s :
- http://www.ki6col.com/news/dehors-par-5/
- http://www.ki6col.com/news/communique-de-presse-du-codac-hebergement-durgence-non-assure-le-soir-du-02-janvier-2017/
- http://www.ki6col.com/news/communique-de-presse-du-codac-no2-carences-de-lhebergement-durgence-a-bourges/

Il n’y a que dans ce dernier document du 16/02/17 sur le nombre de nuitées non assurées par l’Etat que ce collectif se présente distinctement : " Le CODAC a été activé le 29 novembre 2016 par un groupe de citoyens en dehors de toute structure associative, sur la base du constat de la persistance de plusieurs réfugiés à la rue et à l’occasion d’une brusque baisse des températures (- 5°C)."

L’article du Berry Républicain du 16/01/17 ne laissait pas non plus entendre qu’il s’agissait d’un collectif qui se consacrait au non hébergement des réfugié-e-s par l’ Etat : http://www.leberry.fr/bourges/politique/2017/01/16/un-collectif-d-habitants-aide-ceux-qui-nont-pas-de-solution-de-logement_12243739.html

Et la brève ci-dessus (du 07/01/17) non plus, puisqu’elle s’était basée sur les 3 premiers communiqués du Codac qui laissaient comprendre que ce collectif s’adressait à toute personne refusée par le 115.

Voilà qui est beaucoup plus clair 3 mois après.


Collectif On Dort Au Chaud /Rapport annuel de la Cour des Comptes : l’hébergement des personnes sans domicile - epujsv - 15 février 2017 à 10:47

Un article d’un blog de Médiapart (Social en question) revient sur l’utilisation des sans-abris et des migrants faite par l’extrême-droite en s’appuyant notamment sur le dernier rapport général de la Cour des Comptes paru en février 2017, chapïtre " L’hébergement des personnes sans domicile : des résultats en progrès, une stratégie à préciser." : https://blogs.mediapart.fr/yves-faucoup/blog/140217/sans-abri-tous-des-immigres


Collectif On Dort Au Chaud - epujsv - 16 janvier 2017 à 12:46
Collectif On Dort Au Chaud - epujsv - 16 janvier 2017 à  15:49

France Bleue Berry du 15/01 : "L’état a confié la charge des maraudes et de l’hébergement d’urgence au Relais, et le foyer St-François doit commencer 2017 avec un manque d’environ 400.000 euros de subventions. L’association pourrait licencier une quinzaine de personnes. Un conseil d’administration a lieu ce lundi 16 janvier à 19H00."
https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/bourges-le-foyer-saint-francois-denonce-le-comportement-irresponsable-de-la-prefecture-1484300682

Répondre à ce message #42907 | Répond au message #42906
Codac/SIAO unique dans le Cher - epujsv - 17 janvier 2017 à  13:15

dans le document de la DDCSPP de juillet 2016 faisant appel à candidature d’un SIAO unique pour le Cher (plus bas dans les posts) on peut lire à la fin :

"3. Personnels et apects financiers
3.1 Personnels
Pour ce qui concerne les personnels actuellement employés par l’Association St François et l’ACSC (c’est à dire l’association catholique Jean Baptiste Caillaud) affectés aux missions SIAO, 115 et équipe mobile, l’opérateur devra proposer en lien avec ces 2 associations qui portent le fonctionnement actuel de ces dispositifs dans le Cher, soit une reprise de ce personnel soit une mise à disposition contractualisée avec contrepartie financière.

Dans tous les cas, les contraintes juridiques attachées à l’hypothèse de reprise des personnels devront être évaluées.

3.2 Cadrage budgétaire :
Afin de répondre aux prescriptions du CASF (Code de l’action sociale et des familles), l’opérateur retenu sera l’unique destinataire des financements des lignes budgétaires allouées par la DDCSP du Cher au titre du fonctionnement du SIAO incluant le 115 et l’équipe mobile.

Les dépenses liées au fonctionnement de ces dispositifs seront versées sous forme de subvention dont le montant sera décidé par le représentant de l’Etat. Le budget prévisionnel ne devra pas excéder 156000 euros"

La mise en place du SIAO unique dans le Cher ( je suppose que c’est finalement l’association le Relais qui a été retenue comme opérateur unique suite à cet appel à candidature mais le site internet de la Préfecture est plutôt taiseux sur le sujet : http://www.cher.gouv.fr/Outils/Glossaire/SIAO ) ne semble pas se faire dans les meilleures conditions ni pour les travailleurs sociaux et donc ni pour les personnes en besoin d’hébergement d’urgence, de logement, de nuits au chaud, de jours au chaud, etc...

Et en effet, est-ce bien aux habitants de faire des maraudes le soir et accueillir chez eux des personnes sans hébergement, sans logement, sans accueil de nuit, de jour, pour compenser les dysfonctionnements (pour ne pas dire un bordel organisé ) de cette mise en place ? Les habitants volontaires et le bénévolat seraient là pour compenser une politique locale et/ou nationale complètement merdique ?

En 2017, à Bourges et dans le Cher on ne sait toujours pas où accueillir des gens qui se les pèlent la nuit, le jour dehors et certainement particulièrement en ce moment ainsi que toute l’année ? Est-ce que ça interesse les politiciens locaux : conseillers municipaux, départementaux tout bords confondus ? ont-ils quelque chose à dire sur le sujet et à faire ?

Répondre à ce message #42908 | Répond au message #42907
Codac/SIAO unique dans le Cher - epujsv - 17 janvier 2017 à  20:40

Sur France 3 région, le 16/01/17 un très court reportage sur le Foyer St François. Un salarié s’exprime ainsi que Franck Thomas Richard, le Président : http://france3-regions.francetvinfo.fr/centre/loiret/au-relais-orleanais-on-accueille-150-personnes-jour-1176325.html

Ce qui fait notamment plaisir dans tous ça, c’est de constater que les associations locales agissant en faveur des plus démunis s’unissent pour dénoncer les manques de moyens (financiers, salariés, structurels) attribués par l’Etat ; au lieu de se diviser les unes, les autres, d’être en concurrence pour les menues subventions, elles se rassemblent, discutent, montrent les incohérences des dispositifs étatiques, les foutages de gueule étatiques, politiques, politiciens vis-à-vis du travail social de terrain et du public dont il est en charge. En cela, ces associations locales ne sont pas des exceptions : elles sont ce que nous sommes. Pas mieux, pas pire.
Dommage. Mais en période de necessité le premier réflexe, instinct n’est-il pas d’abord de tirer la couverture à soi ? Puis tout est à réapprendre, ou apprendre. Mais pas la charité.

Répondre à ce message #42909 | Répond au message #42908
Collectif On Dort Au Chaud / Des licienciements au Foyer St François ? - epujsv - 20 février 2017 à  18:10

Depuis cette annonce du 15/01/17 faite par le Président du Foyer St François, Franck Thomas-Richard, par la seule voie journalistique de France Bleue Berry, pas une seule suite donnée dans aucun journal sur d’éventuels licenciements de ce Foyer.

Répondre à ce message #42924 | Répond au message #42907
Collectif On Dort Au Chaud - epujsv - 9 janvier 2017 à 14:45

Selon un document de la Direction départementale du territoire (Cher) de mars 2015 "Le parc de Logements et les structures d’hébergement dans le Cher", p. 15 :

L’hébergement d’urgence est surtout situé à Bourges.

L’hébergement d’urgence est composé de 56 places, réparties comme suit :

– 27 places à Bourges (association des cités du secours catholique),
– 28 places à Bourges (association Saint-François, dont 18 places destinées aux déboutés du droit
d’asile),
– 1 place à saint-Amand-Montrond (Foyer de jeunes travailleurs).

Les Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) : la région Centre compte 29 centres, dont 3 dans le Cher. 122 places sont réparties à Bourges entre :

– l’association Saint-François, avec 39 places

– la Cité Jean-Baptiste Caillaud (CHRS Les Lucioles) avec 63 places

– l’association le Relais (Centre d’hébergement et de réadaptation sociale) avec 20 places.

L’accueil de nuit : en période hivernale, le dispositif d’hébergement d’urgence est complété par un accueil de nuit, à destination des publics ne pouvant pas intégrer l’hébergement d’urgence.

Le service intégré d’accueil et d’orientation (SIAO) :
Le SIAO, mis en œuvre par l’association des cités du secours catholique, coordonne le dispositif
départemental d’accueil, d’hébergement et d’insertion. À ce titre, le SIAO oriente les publics en demande
d’hébergement vers les dispositifs adaptés, et tient un observatoire de ce dispositif.

Logements et chambres conventionnés à l’ALT (aide au logement temporaire) :
100 places (gérées par l’association le Relais, l’ACEP, , le relais enfance famille, ADOMA, les CCAS
d’Aubigny-sur-Nère et de Vierzon, le Secours catholique, le foyer de jeunes travailleurs de Saint-Amand-
Montrond et Tivoli initiatives) sont réparties sur 69 logements.

Résidences sociales :
- ADOMA dispose de 129 logements pour 129 personnes (Bourges et Vierzon).
- Tivoli initiatives gère 93 logements pour 108 personnes (Bourges).
- Le foyer de jeunes travailleurs de Saint-Amand-Montrond dispose de 60 logements pour 75 personnes.

Foyers de travailleurs migrants non transformés en résidence sociale (FTM) :
31 chambres à Vierzon et 13 à Bourges gérées par ADOMA.

L’hébergement se distingue du logement, dans le sens où il est destiné aux personnes sans domicile ou contraintes de le quitter en urgence, aux personnes en situation de précarité et connaissant des difficultés sociales.

Accueil complet ou de nuit, pour les personnes sans abri ou en détresse.

Pensions de famille : Le Cher compte 80 places en pensions de famille
- 25 places (ADOMA)

– 16 places (le Relais)

– 9 places (Espoir 18, résidence accueil),
– 15 places (association Saint-François),
– 15 places (association Cher accueil -Vierzon).

Les résidences sociales et les pensions de famille ne sont pas de l’hébergement mais du logement
intermédiaire pour les premières, et adapté pour les secondes.

L’accueil des demandeurs d’asile : le dispositif départemental des demandeurs d’asile est composé de

– 16 places d’hébergement d’urgence (ADOMA)
– 22 places d’hébergement d’urgence (association Saint-François),
– 60 places de Centres d’accueil pour demandeurs d’asile (association Saint-François à Bourges),
–110 places de Centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) à Vierzon (ADOMA),
– 35 places de CADA (ADOMA) à Bourges.

Notes de bas de page :
- Les CHRS (Centres d’hébergement et de réinsertion sociale) assurent l’accueil, l’hébergement, l’accompagnement, l’insertion sociale des personnes à la recherche d’un hébergement ou d’un logement. Ils les accompagnent vers l’autonomie personnelle ou sociale. Ils concernent surtout un public confronté à la violence, à la toxicomanie, à l’alcoolisme ou sortant de prison.

- ALT : aide au logement temporaire qui permet l’accueil à titre temporaire de personnes défavorisées dans logement et qui ne peuvent pas être hébergées en CHRS. L’aide est versée à des organismes conventionnés par la DDCSPP qui mobilisent des chambres et des logements.

- ACEP : : Association Clubs Équipe de Prévention (association humanitaire, entraide et action sociale).

- Les résidences sociales sont des catégories de foyers-logements, dont la vocation est de trouver une solution temporaire de quelques mois qui devrait déboucher sur l’accès à un logement ordinaire de droit commun.

- Les pensions de famille accueillent des personnes qui ont un faible niveau de ressources, et qui se trouvent dans une situation
d’isolement voire d’exclusion.

http://www.cher.gouv.fr/content/download/10229/67817/file/Portrait_Logement_Hebergement_Octobre2014.pdf


Collectif On Dort Au Chaud - epujsv - 9 janvier 2017 à  18:46

Les plans départementaux d’accueil, d’hébergement et d’insertion des personnes sans domicile ou mal logées sont normalement établis et suivis par les Directions Départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) :
http://www.cher.gouv.fr/Services-de-l-Etat/Presentation-des-services/DDCSPP
http://www.cher.gouv.fr/content/download/5403/31714/file/OrganigrammeDDCSPP_092016.pdf

En juillet 2016, la DDCSPP du Cher faisait un appel à candidatures afin de désigner un SIAO (service intégré d’accueil et d’orientation) unique (qui était donc la cité des Secours Catholiques jusque-là - voir le post ci-dessus sur l’hébergement d’urgence, le logement, etc.... des personnes en difficultés - c’est- à -dire la Cité Jean Baptiste Caillaud) : http://www.cher.gouv.fr/content/download/14957/112205/file/recueil-18-2016-07-004-recueil-des-actes-administratifs-special.pdf
" Contexte : actuellement deux opérateurs sont en charge l’un du SIAO, l’autre du 115. Afin de permettre un pilotage unifié et une meilleure intégration des activités de l’urgence à l’accès au logement les missions du SIAO doivent être désormais exercées par une personne morale unique à l’échelle du département compétente dans les domaines de l’urgence et de l’insertion
[...]
Le département du Cher compte actuellement :
122 place de CHRS
56 places d’hébergement d’urgence
92 places ALT
80 places de pensions de famille dont 9 résidences accueil
326 places de résidences sociales
259 places de cada
10 places d’Huda
"

Mais l’histoire ne dit pas quelle association est finalement devenu SIAO unique pour le Cher.

Répondre à ce message #42901 | Répond au message #42900