Attentat à la Poste : la piste de l’hyper droite privilégiée

jeudi 18 décembre 2008 à 20:24

Les agences de presse ont reçu aujourd’hui un message revendiquant la privatisation de la Poste. Son contenu indique qu’il est plus que probable qu’il s’agisse d’un attentat de l’hyper droite.

Signé d’un groupuscule jusque là inconnu, la « commission Ailleret », le texte est cependant caractéristique de la phraséologie de l’hyper droite.

Extraits :

« La Poste, actuellement entreprise publique, n’est pas concurrentielle (…) La Poste est l’une des postes les plus endettées au monde. (…) L’Europe impose la concurrence libre et non faussée sur le marché du service postal. (…) Pour affronter cette concurrence, la Poste a besoin de 3 milliards d’euros. (…) Les caisses de l’Etat sont vides, celui-ci ne peut apporter son financement. (…) Il est donc indispensable de mettre fin au service public postal, source de gabegie financière.(…) Seul capable de dégager des bénéfices, le service postal sera transféré au privé par la création d’une Société Anonyme. (…) Des économies pourront alors être réalisées par la suppression des guichets non rentables, et par des réductions de personnel. (…) La rentabilité de la future entreprise sera alors assurée et permettra de correctement rémunérer les actionnaires. »

La « commission Ailleret » a fixé son ultimatum au premier semestre 2009.


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
Attentat à la Poste : la piste de l’hyper droite privilégiée - anatole - 11 janvier 2009 à 15:59

La privatisation tue les postes.
Ce constat, déjà évident à la lumière des « expériences » britannique, suédoise et néo-zélandaise, devient aveuglant avec la crise économique. La poste autrichienne, cotée en bourse depuis 2006, avait déjà fermé 1 000 bureaux. Elle vient d’annoncer la fermeture d’un tiers de ses guichets et la suppression de 9 000 emplois, soit plus d’un tiers de ses effectifs.
Quant au contre-modèle allemand, il continue de démontrer sa nocivité. L’expansionnisme international de la Deutsche Post se solde par de lourds revers, notamment aux Etats-Unis. Les postiers allemands paieront la facture à hauteur de 20 000 emplois. Malgré la dure leçon des faits, quelques voix s’obstinent encore, en France, à prôner la transformation de La Poste en société anonyme. Il est grand temps que la raison l’emporte sur la cécité intellectuelle et le déni des réalités.
Le constat qu’on peut faire en lisant cela c’est que si on voulait "tuer" la Poste , on ne s’y prendrait pas autrement.
Cordialement.


Attentat à la Poste : la piste de l’hyper droite privilégiée - B. Javerliat - 19 décembre 2008 à 09:42

On soupçonne aussi la « droite cassoulet » (vous savez celle de la petite saucisse avec plein de fayots autour) !

Mais cela aurait tout à fait pu émaner de la « gauche caviar »