« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges

vendredi 27 mars 2009 à 17:59

On apprend par le journal Libération que différentes personnalités, dont Marie-Georges BUFFET, secrétaire générale du PCF, sont intervenues auprès de D. Colling, directeur du PdB, pour que la chanson "Sale Pute" — particulièrement violente à l’égard des femmes — du chanteur de rap Orelsan, ne soit pas interprétée lors de son concert prévu à Bourges le 25 avril 2009.
L’équipe du Festival dit "avoir été choquée par le texte". Pour autant, aucune déprogrammation du chanteur lui-même n’est prévue. Le site du Printemps présente Orelsan comme un artiste « revendiquant ses quatorze ans d’âge mental, ses humeurs de cancre assis au fond de la classe et son mental de puceau frustré », qui « a tout pour agacer les bien-pensants ».
Et on sait bien que pour « agacer les bien-pensants », il faut choquer.
Au risque de dire des grosses conneries et de tenir des propos totalement irresponsables. Rappelons au passage que les violences conjugales ont causé la mort de 166 femmes en 2007, soit une hausse de 30 pour 100 par rapport à 2006. Que 410.000 femmes ont déclaré avoir été victimes de violences en 2005-2006, et qu’on comptabilise 130.000 viols déclarés sur les mêmes années...

La polémique fait rage autour de Sale Pute

Femmes battues, les chiffres qui font mal


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
la LDH au secours de celui qui rend nos oreilles sales - jmp - 10 juillet 2009 à 10:27

On marche sur la tête. Après la décision de déprogrammation de ce guignol aux Francofolies de La Rochelle et après la décision des Bibliothèque et médiathèque de Paris de ne pas acheter l’album d’orelsan pour le mettre dans les bacs par choix culturel, voici que la Ligue des Droit de l’Homme s’insurge et hurle officiellement à la censure. Franchement, ils n’ont pas des causes un peu plus sérieuses à défendre la ligue des droits de l’homme !? Cet espèce de Mickaël young débile fait de la provoque à deux balle, il n’a qu’à assumer ses conneries, c’est tout ! Défendre le pipi caca bite couille moule d’un gamin sans cervelle qui est toujours dans sa phase sadique anale alors qu’il y a tant de censure et tant de mensonges dans ce pays, c’est un peu sombrer dans la facilité et dans la démagogie. Du coup avec cette publicité gratuite, la LDH se ridiculise totalement en entrant dans le jeu de cette polémique à chier qui n’est faite que pour relancer les ventes de disque de cet "artiste" de pacotille qui ne peut se faire remarquer que de cette façon tant son talent est immensément petit.


#23464
Lettre ouverte de la LDH - 10 juillet 2009 à  12:20

Lettre ouverte à l’attention de M. Christophe Girard

Cher Monsieur,

Le 6 juin dernier, l’Observatoire de la liberté de création apprenait grâce à un communiqué du SUPAP- FSU que vous aviez discrètement retiré l’album Perdu d’avance, d’Orelsan, des médiathèques municipales.

Le syndicat SUPAP-FSU a demandé à la Mairie de Paris de revenir sur sa décision et de « reconnaître aux professionnels et au public une liberté de choix et d’expression ».

Depuis, la Mairie justifie, par votre voix, la censure de ce CD par une atteinte aux droits de l’Homme. Il y a donc lieu pour l’Observatoire de la liberté de création de vous demander des explications.

Pourquoi le disque a-t-il été sélectionné puis déprogrammé, ce qui caractérise bien un acte de censure ?

Pourquoi utilisez-vous le critère de la protection de l’enfance comme argument, lequel devrait vous conduire à priver les mineurs de nombreux autres livres, disques et films librement disponibles dans les bibliothèques et médiathèques de la Ville de Paris ? Qui apprécie la dangerosité à l’égard des mineurs, et selon quels critères ? Comment définir la bonne et la mauvaise violence ?

Sur quels critères vous fondez-vous pour affirmer que vous n’avez « pas senti le deuxième degré » ?

Comment proposez-vous de respecter la liberté de la création des artistes et auteurs contemporains, dès lors que vous faites vous-même une lecture littérale et univoque des œuvres, ce qui est votre droit le plus strict, mais que vous imposez à tous en prenant ce type de décision ? Comment proposez-vous de résister aux demandes de censure qui viennent des associations de défense de l’enfance (La Mouette contre Présumés Innocents au CAPC de Bordeaux) ou d’associations d’extrême droite (Promouvoir contre Plateforme de Houellebecq), demandes qui sont fondées sur le même type de lectures littérales et univoques des œuvres ?

Face aux œuvres qui choquent, qu’il s’agisse des chansons d’Orelsan, dont la violence misogyne et homophobe doit être interrogée, ou de l’exposition Zucca de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, que, déjà, vous avez voulu interdire, et qui nous semble plus problématique encore, l’Observatoire a toujours promu le débat.

La Ville de Paris jouit d’un prestige culturel qui lui impose d’être exemplaire. Ce CD reçu par la médiathèque n’enfreint aucune loi et aucun juge n’a été saisi de son contenu. Il ne peut donc être retiré : la censure des textes évoque irrésistiblement les pratiques de municipalités d’une toute autre couleur politique. Chacun d’entre nous a ses convictions, ses goûts, et juger pour les autres est toujours particulièrement dangereux.

C’est pourquoi l’Observatoire vous demande de revenir sur cette décision regrettable, et demande à la Ville de mettre sur pied une campagne de sensibilisation aux violences faites aux femmes et aux homosexuels, plutôt que de s’attaquer à leur représentation symbolique.

Vous comprendrez, au vu de l’importance de cette question, que nous rendions cette lettre publique.

Nous vous prions de croire, cher Monsieur, en l’expression de notre considération distinguée.

Agnès Tricoire
Pour l’observatoire de la liberté de création

Paris, le 24 juin 2009

Signataires de la lettre :

Acid
Aica France
FRAAP
Groupe 25 images
LDH
Société des réalisateurs de films
UGS

Vous pouvez télécharger cette lettre ouverte ici

#23465 | Répond au message #23464
Lettre ouverte de la LDH - jmp - 10 juillet 2009 à  13:17

oh la la, tout ceci nécécite au moins l’intervention de l’ONU !

RI DI CU LE !

#23466 | Répond au message #23465
Lettre ouverte de la LDH - 10 juillet 2009 à  16:13

A ridicule, ridicule et demi !

#23467 | Répond au message #23466
Lettre ouverte de la LDH - jmp - 10 juillet 2009 à  18:51

A ridicule, ridicule et demi !

je vois pas l’ntéret de polluer le forum pour dire ça.

#23468 | Répond au message #23467
Lettre ouverte de la LDH - Jsp - 10 juillet 2009 à  20:35

Interdisons toutes les chansons et les chanteurs dégradant la personne humaine ! D’accord avec jmp : blacklistons pour que les jeunes n’aient pas de mauvaises pensées !

Commençons par celles ci :

http://www.ecrans.fr/Affaire-Orelsan-le-top-6-des,6858.html

Jsp

#23469 | Répond au message #23468
Lettre ouverte de la LDH - jmp - 10 juillet 2009 à  21:41

Interdisons toutes les chansons et les chanteurs dégradant la personne humaine ! D’accord avec jmp : blacklistons pour que les jeunes n’aient pas de mauvaises pensées !

Pas la peine de me faire dire ce que je ne dis pas. Je n’appelle à aucun blacklistage ou aucune censure. Je dis qu’orelsan c’est de la merde et que le porter en étendard pour sauver la liberté d’expression et la démocratie en France, c’est particulièrement crétin. Un peu comme Libé en quelque sorte (je plaisante, c’est du scond degré bien sûr !!!)

#23470 | Répond au message #23469
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Eulalie - 7 avril 2009 à 12:15

Tout ce bruit autour de cette chanson par la classe politique de tous bords est affligeant. Qui veut faire sa comm dans cette histoire ? Orelsan ou les politiques ?

En tous cas, chacun y va de sa petite hypocrisie : le PDB qui déclare que les paroles de cette chanson sont "inacceptables" et qu’elle ne sera pas chantée lors du PDB, Orelsan qui accepte, s’aut-censure,(ou doit accepter) et Bonneau qui menace de sucrer des subventions sur le dos de ce rappeur. Bref, personne n’assume ce que chacun prétend faire. Et c’est de la censure.

Et faire un lien entre la chanson d’Orelsan et le nombre de femmes battues est une erreur. Je ne connaissais pas dutout l’artiste, ses chansons etc. M’enfin bon, à l’écoute de cette chanson et en visionnant le clip, il est évident que c’est du 2e degré. Il n’y a aucune confusion, aucune ambiguité : soit nos politiques sont vraiment bêtes et ne comprennent rien à rien à cette chanson, soit ils ont une petite idée derrière la tête avec la médiatisation de leur " choc unanime".

Dommage qu’ils ne s’indignent pas autant sur le dernier rapport d’Amesty International sur les violences policières en France qui fait beaucoup moins de "bruit" : encore une censure.

Quant à la passion...


#22708
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Eulalie - 7 avril 2009 à  14:37

Tiens, une chanson bien misogyne et bien violente aussi, mais plus élégante. "La grippe" de Brigitte Fontaine et Higelin. Et on a jamais recherché à la censurer, personne ne s’est indigné, et c’est tant mieux. (faut dire qu’à l’époque on n’ avait pas "ni pute ni soumise", ni MGBuffet, ni Bonneau, ni Lagarde et j’en oublie pour nous indiquer le bon chemin, la bonne parole...)

LA GRIPPE

Ma grippe vous va trés bien
me dit mon amant ce soir
Ca vous donne un joli teint
Ca vous va mieux que le noir
Ma grippe vous va trés bien

Souffrez que je tousse un peu
Lui ai je dit d’un air doux
Souffrez que je souffre un peu
J’ai parfois trés mauvais goût
Souffrez que je souffre un peu

Quand vous souffrez mon amie
Me répondit mon amant
Vous ressemblez à la pluie
Je trouve ça trés seyant
Quand vous souffrez mon amie

J’ai un peu peur, ai-je dit
Que les larmes me vieillissent
J’ai un peu peur aussi
Que la fièvre m’enlaidisse
J’ai un peu peur, ai-je dit

Elles vous vont comme un gant
Vous savez bien que vos larmes
Me plaisent beaucoup vraiment
Votre fièvre a bien du charme
Elles vous vont comme un gant

Ah vraiment je suis trop maigre
Je sens que je m’affaiblis
N’avez vous pas de vinaigre ?
Voyez mais bras ai-je dit
Ah vraiment je suis trop maigre

Mais ces os vous vont trés bien
Me répondit mon amant
Ne vous inquiétez de rien
Ca vous donne un air troublant

La mort vous ira trés bien....

#22713 | Répond au message #22708
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Léonard - 7 avril 2009 à  23:03

Bravo Eulalie et vive la Grande Brigitte et le Grand Jacques...Attention cependant, tous les politiques de tous bords n’ont pas pris position ! Je pense que beaucoup, attachés à la liberté d’expression et de création sont un peu emmerdés par ce sujet.

#22719 | Répond au message #22713
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Eulalie - 8 avril 2009 à  12:58

C’est sûr que quand Indochine est passé je ne sais plus quelle année, bref, quand Indochine est ressorti de sous les fagots, personne n’a crié à l’incitation à la violence, à la mysoginie, au risque de destabilisation mentale de toute une génération, et à la haine de Candy, à l’incitation au terrorisme Visez plutôt les paroles* de "Candy prend un fusil". Bon, mais Indochine, c’est des intellectuels et ils chantent vachement bien, et la musique est recherchée, comme chacun le sait. Y’en a même un qui a écrit un livre, alors...

J’admire la persévérence de Monsieur Pinon à vouloir défendre la culture et l’argent du contribuable (il a raison, notre fric est injecté dans la production de merde, Orelsan c’est de la merde, ou de la soupe, comme on dit poliment, mais ça ne va pas au delà, c’est seulement ça, et donc, il n’est pas le premier en la matière) mais les gens y vont.... Ca marche.... ça leur plait, alors, à quoi bon défendre des imbéciles.

Bon aller, maintenant tremblez, moi je dis qu’Alliot Marie et Rachida Dati devraient faire quelquechose ! :-)

"tututu.... tututu
tututu.... tututu

Candy a pris son fusil
elle rêve d’un grand incendie
toutes les nuits terroriste
elle dynamite les couleurs interdites

attention elle va tirer
dans un grand tas de gens charmants
sans concession elle va jeter
des bombes sur tout ce qu’elle trouve
immonde

tututu....tututu
tututu ....tututu

je la regarde s’endormir
je sais qu’ils ont oublié
ce n’est pas la même chose pour une fille
et qu’elle va revenir
touché

Bonnie prends son fusil
et là je crois qu’elle a trouvé sa sortie

elle n’aime pas trop les gens pervers
et tout ce qui est terre à terre
sans concession elle va tirer
dans un grand tas de gens méchants

tututu.... tututu
tututu....tututu

je la regarde s’endormir
je sais qu’ils ont oublié
la fureur qui les consumait
et qu’elle va revenir
tire

regardez ce qu’elle a fait
sur un grand tas de gens charmants
sans concession elle a jeté
des bombes sur tout ce qu’elle trouvait
immonde

tututu....tututu
tututu....tututu"

#22733 | Répond au message #22719
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - jmp - 8 avril 2009 à  13:05

Indochine, c’est des intellectuels et ils chantent vachement bien,

euh... bon, je sais pas si c’est des intellectuels.... d’ailleurs, les critiques de magazines rock intello les ont pas mal descendus en flêche, surtout quand le chanteur à écrit une chanson sur Stalinger sans savour pronnoncer son nom correctement dans la chanson.

#22734 | Répond au message #22733
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Eulalie - 8 avril 2009 à  17:53

Non, Indochine n’est pas un groupe intello, ne fait pas de la bonne musique, et chante des niaiseries. Ce que je voulais dire, c’est que ça fait longtemps que le PDB nous met de la soupe en têtes d’affiches. Et que je mettrais Orelsan dans le même panier qu’Indochine (et j’en oublie ), version rap.
Cela dit, les méditations sur " Suce ma bite pour la Saint Valentin", donne aux échanges dans le forum d’à côté ( sous votre edito) un côté plutôt drôle, surréaliste même. Rien que pour ça, je ne regrette pas d’avoir "découvert" le jeune Orelsan. Au moins à la St Valentin, je penserai à Orelsan (et quand je verrai certains politiques, je penserai à "Sale pute" aussi) Ensuite, je suis allée lire plusieurs textes de lui, et je ne comprends pas toujours ce qu’il raconte. C’est pas bon, non c’est pas bon. Mais ça ne fait pas de mal, contrairement à ce que prétendent certains politiques.

#22747 | Répond au message #22734
le Printemps de Bourges ne déprogrammera pas Orelsan - 6 avril 2009 à 19:23

Le Printemps de Bourges a annoncé qu’il ne déprogrammerait pas Orelsan et s’est dit "perplexe" de constater qu’un président de région puisse "conditionner une subvention à une sanction envers un artiste".


Voir en ligne : Dépêche AFP
#22707
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - don diego de la vega - 5 avril 2009 à 02:01

et dire que l’on en a parlé à l’assemblé nationale...
ça craint !
le gars il se fait un délire avec des potes et il se fait lyncher.
à ma connaissance il n’a jamais voulu publier ou rendre public cette chanson que l’on trouve uniquement sur le net. c’est bien une preuve qu’il a voulu garder ça pour lui et se faire un petit délire.
après c’est sûr que les gens d’un certain milieu et d’un certain âge ont dû être choqué par ces paroles !

le pire c’est que les politiques montent au créneau, et même jusqu’à l’assemblée nationale !
pour sauter à pied joint sur un mec y’a du monde !
mais pendant ce temps là des choses plus grave se passe, et là silence radio, on tourne la tête, baisse les yeux, fais le sourd !!
Israël adopte un gouvernement d’extrême droite et apparemment c’est normale !! aucune déclaration !!
je me rappel quand LePen est passé au second tour des présidentielles ! ça a été un scandale ! et là nos politiques à base de déclarations motivées ont haussé la voix.
Je me rappel de l’Autriche récemment encore où le parti d’extrême droite était majoritaire et l’Europe entière a crié sont mécontentement !
Aujourd’hui un gouvernement d’extrême droite est en place à Israël et là rien... c’est normale ! lol

aujourd’hui les politiques se réjouissent de tirer sur un rappeur !!! facile ! mais quand il faut s’exprimer sur des sujets de grandes personnes l’hémicycle se vide !


#22692
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Léonard - 4 avril 2009 à 18:14

Franchement cette polémique m’interroge. Y a-t-il dans l’oeuvre de ce rappeur d’autres titres qui montrent un positionnement franchement myso ou discriminatoire ? Si oui, on n’est donc pas obligé de croire ses déclarations concernant le second degré de sa chanson sale pute et il faut le virer. Sinon, je pense que ce n’est pas la bonne manière de traiter un artiste et la création.

Fallait-il interdire Salo de Pasolini pour incitation à la pédérastie, à la cruauté, aux mauvais traitements ? Fallait-il poursuivre Minister Hamer pour sa chanson Sacrifice de poulet ou la Rumeur pour leurs propos antiflics ? Les exemples sont nombreux qui montrent que cette position bien pensante a des limites et comportent des dangers.

Dans ce contexte d’ailleurs que fait la justice ? Oreslan est-il poursuivi pour cette chanson ? A ma connaissance non.

La Région se mouille en menaçant le PDB. Certains s’en réjouiront trop heureux de voir ainsi un festival honni prendre du plomb dans l’aile. Sale temps pour la création.

On aimerait que le PS soit plus regardant avec les entreprises qui touchent de l’argent public et qui licencient ; n’y a-t-il pas là atteinte à la dignité, de foutre au chômage des salariés à l’aide de subventions publiques. Mais non le PS regarde ailleurs... comme d’hab.


#22686
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - 4 avril 2009 à  20:37

J’ai en effet trouvé d’autres chansons du même type "saint valentin" "le pire". C’est un fou ce mec.

#22688 | Répond au message #22686
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Jean-Michel Pinon - 5 avril 2009 à  00:19

Le morceau s’intitule "suce ma bite pour la Saint Valentin". Le caractère de second degré parait beaucoup plus évident cependant. Il suffit de voir le clip.
Mais on voit bien que cet artiste n’aurait jamais dû dépasser l’audience du délire vidéo d’ado attardé puceau. Même les conneries de mickael young sont moins naze.
Quand on entend la direction dire qu’il s’agit de la révélation de l’année, franchement, ça fait peur. C’est là-dedans que va l’argent du contribuable au titre d’aide à la culture ??

#22689 | Répond au message #22688
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Léonard - 5 avril 2009 à  07:39

" Suce ma bite pour la Saint Claude" aurait été plus judicieux en effet... Pour le reste, vous avancez des critères de qualité pour juger de l’opportunité de la création. Vous dites qu’une institution peut conditionner ses aides à un festival en fonction de ses critères : c’est dangereux comme raisonnement parce qu’il peut s’appliquer à tout : à la programmation de la MCB, aux rencontres El qantara, à Emmetrop et j’en passe. La programmation doit être du seul ressort des responsables des structures concernées, pas des politiques (qui souvent n’y connaissent rien en création).

#22693 | Répond au message #22689
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Jean-Michel Pinon - 5 avril 2009 à  11:09

Vous dites qu’une institution peut conditionner ses aides à un festival en fonction de ses critères : c’est dangereux comme raisonnement parce qu’il peut s’appliquer à tout : à la programmation de la MCB, aux rencontres El qantara, à Emmetrop et j’en passe.

Excusez-moi, mais il me semble que c’est exactement ce qui se passe dans les structures associatives ou même à la maison de la culture avec la création d’un cadre juridique qui devrait permettre à la ville de Bourges d’avoir le total contrôle de la MCB. Nous ne vivons pas à Disneyland. Bien entendu que les collectivités portent un regard sur la programmation. Ils regardent les bilans, et disent "ce que vous faites est très bien mais nous avons des orientations pour développer davantage telle ou telle discipline artistique qui à nos yeux n’est pas assez mise en avant" etc... Pour les rencontres el Qantara, c’est par exemple exactement ce qui se passe, la ville prend le prétexte d’une classe de musique Arabo-Andalouse à l’école de musique (animée depuis plusieurs années par Rachid Guerbas, directeur de l’ensemble Albaycin à l’association El Qantara) pour dire que la musique arabo andalouse n’a pas besoin d’être davantage aidée (ce qui est ridicule car les rencontres El qantara ne comprennent chaque année qu’un concert de l’ensemble albaycin... en partenariat avec le conseil Général du Cher à la Salle du Duc Jean !!).

Donc évidement que les collectivités territoriales portent un regard sur la programmation. Ils n’interdisent la venue d’aucun artiste, mais ils sont libres d’accompagner ou pas telle ou telle orientation artistique. Et objectivement, concernant le cas concret qui est posé avec Orelsan, il y a de quoi se poser de sérieuses questions sur l’opportunité d’injecter autant d’argent public dans un festival qui a clairement des orientations artistiques commerciales et racoleuses.

pourquoi le PdB serait une sorte d’exception à ce niveau ? Je ne vois qu’une bonne raison : c’est l’image que donne le festival à la ville au niveau national. Dans ce cas, les aides ne doivent pas être attribuées au titre de la culture mais au titre de la communication ou du tourisme.

#22694 | Répond au message #22693
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Léonard - 5 avril 2009 à  13:55

Vous justifiez donc cela avec des exemples que vous dénoncez par ailleurs. Curieux mais bon. Perso, je suis pour une totale autonomie des structures, à chacun son rôle.

Par ailleurs, je surpris de vous voir d’accord avec le conseiller régional FN Jean Verdon ! Le consensus qui plane autour de cette affaire me semble douteux.

L’air n’est vraiment pas bon en France en ce moment...

Ps : Je vous propose de faire interdire de diffusion la chanson de Boris Vian, Fais moi mal Johnny pour incitation à la violence conjugale.
Rétablissons l’index nom de dieu !!!

Voyant qu’il ne s’excitait guère
Je l’ai insulté sauvagement
J’y ai donné tous les noms de la terre
Et encore d’autres bien moins courants
Ça l’a réveillé aussi sec
Et il m’a dit arrête ton charre
Tu me prends vraiment pour un pauvre mec
Je vais t’en refiler, de la série noire

Tu me fais mal, Johnny, Johnny, Johnny
Pas avec des pieds... zing !
Tu me fais mal, Johnny, Johnny, Johnny
J’aime pas l’amour qui fait bing !

Il a remis sa petite chemise
Son petit complet, ses petits souliers
Il est descendu l’escalier
En me laissant une épaule démise
Pour des voyous de cette espèce
C’est bien la peine de faire des frais
Maintenant, j’ai des bleus plein les fesses
Et plus jamais je ne dirai

#22695 | Répond au message #22694
La censure n’est pas la solution - Mister K - 5 avril 2009 à  15:41

Le consensus qui plane autour de cette affaire me semble douteux.

Je ne suis pas sûr qu’il y ait un consensus sur ce sujet. Je pense que pas mal de gens se sont exprimés un peu trop vite sans trop se renseigner ou réfléchir. C’est sûr que si l’on prend les textes comme une expression politique, c’est grave. Mais là, il ne s’agit clairement pas de cela. La chanson est une fiction et l’expression d’un artiste. Du coup, le président de la région centre menace un peu vite le Printemps de Bourges à mon goût et pour une mauvaise raison. Il n’y a aucune raison d’annuler le concert.

Après, il y aurait beaucoup à dire sur les subventions dont bénéficie le Printemps de Bourges. Sont-elles vraiment justifiées ? Sont-elles octroyées dans l’intérêt général ? Quels contrôles autour de ces subventions ? etc. Mais c’est un autre débat. Il mérite d’avoir lieu. Si l’affaire Orelsan est l’occasion d’ouvrir ce débat et de mettre fin au tabou PdB, tant mieux. Mais il ne faut pas que l’artiste, quelle que soit sa valeur, soit victime de ce débat. Sinon, ce sera clairement de la censure.

#22697 | Répond au message #22695
La censure n’est pas la solution - jmp - 5 avril 2009 à  20:21

Du coup, le président de la région centre menace un peu vite le Printemps de Bourges à mon goût et pour une mauvaise raison. Il n’y a aucune raison d’annuler le concert.

Moi non plus je ne pense pas qu’un élu peut se permettre de demander l’annulation d’un concert. En revanche, il a le droit de dire "j’ai vu votre programmation, je ne pense pas qu’elle cadre avec les valeurs et objectifs du Conseil Régional, et en conséquence, ce sera un élément à prendre en compte pour nous au moment de l’attribution des prochaines subventions".

Par contre, associations, et public ont tout à fait le droit de s’exprimer, de manifester leur indignation et leur mécontentement mais aussi de réclamer l’annulation de ce concert.

Dans cette affaire, on voit bien qu’orelsan a appliqué une méthode bien connue de Le Pen et Dieudonné (annulé d’ailleurs à Bourges à la demande de Lepeltier, Bedin et compagnie...) : faire une grosse provoque pour que l’on parle de lui. C’est celà qu’il a fait pour pouvoir signer dans une maison de disque. ESt-ce qu’il est digne qu’un festival comme le Pdb se retrouve à légitimer ce genre de pratiques ?.

#22700 | Répond au message #22697
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - jmp - 5 avril 2009 à  20:10

Vous justifiez donc cela avec des exemples que vous dénoncez par ailleurs. Curieux mais bon. Perso, je suis pour une totale autonomie des structures, à chacun son rôle.

Je ne justifie rien du tout, j’explique comment cela fonctionne. Jusqu’à présent il y a dans cette ville deux poids, deux mesures. Je suis pour davantage de cohérence. Moi aussi je suis pour une totale autonomie des structures. Mais cela implique qu’il n’y ait pas un centime d’argent public dedans. A l’agitateur, nous avons fait un choix. A chacun de faire le siens.

Par ailleurs, je surpris de vous voir d’accord avec le conseiller régional FN Jean Verdon ! Le consensus qui plane autour de cette affaire me semble douteux.

le beau troll. Je suis surtout d’accord avec moi-même. Je pose la question de savoir si l’argent du contribuable doit servir a financer un festival purement commercial, c’est tout.

Le consensus qui plane autour de cette affaire me semble douteux.

Je ne crois pas qu’il y a un consensus. Bien au contraire. Le consensus, c’était avant la polémique Orelsan, avec la quasi interdiction de critiquer le PdB. Aujourd’hui, on a simplement le droit de débatre. C’est, à l’échelle du Printemps de Bourges, tout simplement historique.

Quant au reste, comparer Orelsan à Boris Vian... quand même !!

#22699 | Répond au message #22695
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Léonard - 5 avril 2009 à  20:50

Votre pb c’est le PDB et Orelsan est un alibi pour l’attaquer une nouvelle fois. Oui c’est commercial, comme l’industrie du disque et du spectacle. C’est pas nouveau.

Plaidez aussi pour que El Qantara ne perçoive plus d’aide publique ? Curieux. Le rôle des politiques est de garantir la diversité artistique et culturelle, pas d’effectuer des choix de programmation. Oui Jean Verdon a mené la charge contre ce rappeur et je le redis, ce n’est pas rassurant, c’est tout. Continuez à exclure des jeunes qui s’expriment avec leurs mots, et qui nous renvoient aussi notre propre image. Les nationalistes ont demandé l’interdiction de concerts par le passé, en général de rap. Les cathos intégristes, l’interdiction d’affiches ou de films "blasphématoires", etc... Voir des progressistes rentrer dans cette logique me navre. Où va-t-on ? Je ne compare pas Oreslan à Vian, ni à Pasolini. Je trouve ce chanteur sans grand talent. Je n’irai pas juger si oui ou non il doit être programmé pour autant.

« La liberté ne peut et ne doit se défendre que par la liberté, et c’est un contresens dangereux que de vouloir y porter atteinte, sous le prétexte spécieux de la protéger. » Bakounine

#22701 | Répond au message #22699
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Jean-Michel Pinon - 5 avril 2009 à  21:33

Votre pb c’est le PDB et Orelsan est un alibi pour l’attaquer une nouvelle fois. Oui c’est commercial, comme l’industrie du disque et du spectacle. C’est pas nouveau.

Je précise d’abord, que je ne suis pas l’auteur de la brève. Ensuite, je ne dirais pas qu’il s’agit d’un alibi, mais d’une illustration de la manière dont fonctionne le Printemps de bourges et que je ne partage pas. Ai-je-le droit de le dire ? Si le PdB est commercial, alors il n’y a pas besoin que les collectivités aident à ce point ce festival.

Plaidez aussi pour que El Qantara ne perçoive plus d’aide publique ?

Ne mélangeons pas les torchos et les serviettes. el qantara n’est pas une structure commerciale. Cette asso intervient dans les quartiers pour des gens qui ne sont pas très fortunés pour la plupart. Sa programmation artistique n’est pas commerciale et le potentiel de public est beaucoup plus restreint à ce titre.

Cependant, - même dans cette situation - il est absolument normal qu’une structure percevant des fonds publics ait des comptes à rendre. C’est aux associations de convaincre les institutions du bien fondé de leurs projets. Certaines structures font l’inverse : elle regardent quelles sont les orientations des institutions et ensuite elles montent des projets en conséquence pour rafler les subventions avec un opportunisme qui ne me plait pas. Je préfère largement une asso qui a ses convictions et qui essaye de les faire partager : c’est la meilleure forme d’indépendance possible.

Le rôle des politiques est de garantir la diversité artistique et culturelle, pas d’effectuer des choix de programmation.

Je suis tout à fait d’accord avec ce point de vue. Mais jusqu’à présent, je ne pense pas que cette diversité est garantie. La programmation du Printemps de Bourges en est chaque année l’illustration.

Continuez à exclure des jeunes qui s’expriment avec leurs mots, et qui nous renvoient aussi notre propre image. Les nationalistes ont demandé l’interdiction de concerts par le passé, en général de rap. Les cathos intégristes, l’interdiction d’affiches ou de films "blasphématoires", etc...

Personnellement, je ne plaide AUCUNE interdiction (à part les concerts néo-nazis ou des artistes qui appellent explicitement à "brûler les pédés"). Simplement, ce genre d’artiste qui remplit suffisament les salles de concerts, qui est diffusé sur toutes les radios, télévisions etc... je ne pense pas qu’il y a besoin de les soutenir davantage avec de l’argent public§. Ils se soutiennent très bien eux même.

Il y a de nombeux artistes et genres musicaux qui sont exclus de tous les circuits. Ils ne sont soutenus ni par les radios, télé, ni par les aides des institutions. Et comme les budgets de la culture ne sont pas extensibles à l’infini, il faut faire des choix, accorder des priorités. Si l’on aide un peu moins des artistes du show bizz, cela ne leur portera pas trop préjudice, ils sauront se débrouiller. L’argent public doit, dans le secteur culturel, servir à aider les courants qui sont "exclus" comme vous dites. Et ce n’est pas le cas d’orlesan, loin de là, me semble-t-il.

#22703 | Répond au message #22701
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Jean-Michel Pinon - 5 avril 2009 à  00:53

Je suis relativement d’accord avec vous : je pense qu’il y a une forme de second degré. On n’est pas dans le registre de l’affaire Capleton qui appelait à "bruler les pédés" et qui a pour se défendre, avançé une théorie fumeuse de "la métaphore du feu".

par contre ,

Sale temps pour la création.

Ce qu’il fait est artistiquement d’une nullité affligeante. Certes, des créations comme celles d’Orelsan ont tout à fait le droit d’exister. mais les institutions ont tout à fait le droit de dire que cela ne correspond pas à ce qu’ils ont envie d’encourager en donnant des subventions (l’argent du contribuable).
je développe tout cela dans un édito à paraitre demain.

#22691 | Répond au message #22686
« Sale Pute » au PdB : le Conseil Régional menace de couper les vivres - jmp - 3 avril 2009 à 07:45

Dans le BR de ce jour :

Le Président du Conseil Régional du Centre a menacé hier de réduire les subventions allouées au Printemps de Bourges si la direction du festival ne déprogramme pas Orelsan, un rappeur aux textes controversés. (…) La direction du Printemps s’est dite surprise par cette position en précisant que cette chanson n’est plus chantée sur scène.


#22672
Orelsan, déprogrammé à Bruxelle et peut-être à La Rochelle - Jean-Michel Pinon - 30 mars 2009 à 13:34

Concertlive.fr :

"Quoiqu’il en soit, le tollé est loin d’être retombé. Tandis que les associations continuent de faire pression pour que le rappeur soit déprogrammé du Printemps de Bourges, le festival bruxellois Les Nuits Botaniques a décidé d’annuler le concert d’Orelsan prévu le 12 mai. Et la direction des Francofolies à La Rochelle réfléchit à en faire autant cet été."


#22629
Les élus locaux sous le régime de la terreur du PdB - Jean-Michel Pinon - 30 mars 2009 à 00:30

Le PS a réclamé officiellement la déprogrammation de cet artiste. Je précise qu’il s’agit de l’instance nationale. car à ce jour, pour ce qui est de nos élus locaux, c’est quasimment le silence radio (hormis le courageux thierry Poisle (UMP) et M. Camuzat (PCF).

Comment ce silence coupable est-il possible. Quand on sait les moyens considérables d’argent public qui sont injectés dans cette manifestation qui sert à programmer des trucs comme ça ???

On comprend, à voir la lâcheté des élus, que la gauche ne soit pas au pouvoir à Bourges. A la limite, tant mieux.


#22628
PdB : tout est possible pour faire du fric (avec de l’argent du contribuable) - jmp - 28 mars 2009 à 09:53

(...) l’association Ni Putes Ni Soumises, profondément choquée, qui n’imagine pas qu’Orelsan participe au Printemps de Bourges le 25 avril, comme c’était prévu initialement . « Le Printemps de Bourges ne peut entacher sa réputation de tremplin artistique en valorisant des artistes qui n’ont que de la haine et les violences envers les femmes comme fond de commerce » (...)

Ben si, c’est possible. Tout se vends. On se souvient de la programmation de l’artiste homophobe Capleton en 2007, de l’exploitation commerciale du KO social en plein mouvement des intermittents pour museler toutes les protestations et même exploiter un conflit social, et plus récemment, l’(affaire Dieudonné que la filialle du PdB a mis des mois à déprogrammer (il a fallu que le maire de bourges Serge Lepeltier intervienne personnellement ! Incroyable !), ou encore l’affiche pas très heureuse de cette année avec en toile de fond le drapeau de la marine japonaise... oui, tout est possible au pd. Le jour ou un groupe de rock néonazi sera capable de remplir des salles de plusieurs milliers de personnes, le pdb le programmera, assurément !


#22617
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - bombix - 28 mars 2009 à 09:41

Sur le site du Monde, on apprend que « Ni pute ni soumise » a demandé la déprogrammation du concert d’Orelsan, et appelle au boycott du festival si la direction du PdB persiste dans ses intentions de maintenir le concert. Autre indication intéressante. Le clip est diffusé sur le web depuis plus de deux ans, mais "le manager [d’Orelsan] précise "qu’elle n’a jamais été commercialisée et n’existe pas sur support audio".
Bel exemple d’hypocrisie : comme si le web n’était pas un support suffisant pour diffuser une idéologie nauséabonde ! Et comme si ce genre de provoc, accessible par tous et partout n’était pas un excellent produit d’appel pour vendre le reste de la production de "l’artiste". La direction du PdB ne pourra pas dire, en tous cas, qu’elle ne savait pas. On peut se demander d’ailleurs pourquoi les réactions sont si tardives. Parce que venir au PdB, c’est être consacré comme "artiste" ? Donc un rappeur parmi d’autres qui chantent des horreurs ("J’rêve de la pénétrer pour lui déchirer l’abdomen" "J’vais te mettre en cloque, sale pute, Et t’avorter à l’opinel" ...) c’est pas grave. Consacré par M. Colling "artiste de l’année", c’est la catastrophe ! Etonnante époque que la nôtre.


#22616
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - IE6. - 31 mars 2009 à  18:59

Faut voir le clip avant de parlé s’il vous plait... beaucoup se reconnaisse dans cette chanson (homme ou femme) qui n’est pas un appel la haine mais une fiction sur des sentiments que l’on ressent à un moment... bref vous parlez sans réfléchir, BRAVO, vla l’niveau intellectuel

#22637 | Répond au message #22616
PdB : Propos historiques de Thierry Poisle ! - jmp - 28 mars 2009 à 09:30

Dans le Berry Républicain de Samedi 28 mars.

(…) Thierry Poisle (UMP) a souhaité attirer l’attention de ses collègues sur « la virulence tout à fait odieuse » des paroles de la chanson du rappeur, invité du festival, OrelSan. Paroles pour le moins insultantes pour la gent féminine. Rappelant qu’il « fallait savoir aider mais aussi savoir s’arrêter », Thierry Poisle a demandé que soit pris un vœu pour la déprogrammation de ce chanteur. Propos repris par Maxime Camuzat (PCF) qui trouvait par ailleurs, que « la position de la direction du festival » sur ce sujet [NDLR : ils ont indiqué que la chanson incriminée n’était pas dans le répertoire du festival] « n’était pas suffisante ». Alain Tanton n’a pas souhaité prendre ce vœu tout en regrettant les propos du rappeur.

"Il faut savoir aider mais aussi savoir s’arrêter". Alain Tanton Président de l’agglo, lui, ne sait pas, de toute évidence. Mais peu importe. Dans un contexte de loi du silence interdit la moindre critique à l’égard du PdB par les élus, les responsables associatifs et les citoyens, cette phrase de Thierry Poisle -bien qu’un peu tardive car la polémique est partie de Paris, notament avec l’asso Ni Putes ni soumises qui réclament le boycott du PdB et les instances gouvernementales qui semblent aussi en émoi (d’après l’AFP) - est tout simplement historique !

Elle a été prononcée par un élu de l’UMP avant que le communiste Maxime Camuzat ne tente de rattrapper le train de retard de la gauche (toujours aussi idolatre et frileuse dès qu’il est question du PdB), ne s’exprime aussi.

Espérons que M. Thierry Poisle ne subisse pas de représailles, d’insultes ou de menaces.


#22615
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - Paule - 28 mars 2009 à 08:37

j’ai prévenu les élus locaux et les association féminines avant le journal libé mais je ne suis qu’une casse pied ... mais féministe depuis 1965... une vraie !!!
Donc on bouge pas et surtout pas de réponse .. et toujours le flou !
c’est aussi ça le Berry Féodale ..


#22614
« Sale Pute » déprogrammée du Printemps de Bourges - jmp - 28 mars 2009 à 00:28

le br et la nr s’en sont fait échoe dans leurs éditions de vendredi 27. Apparemment, la polémique est partie d’un reportage sur France Info. L’agitateur n’y est pour absolument rien. Je précise au cas où...

Très amusant aussi de constater que la "polémique" soit venue de Paris avec une intervention de MG Buffet. Car au niveau des élus locaux, on en est toujours à l’idolaterie, à l’omerta... bref au tabou. Il est formellement interdit de réfléchir ou d’être un minimum pragmatique dès qu’il est question du pdB ppour les élus.


#22613