poster message en reponse
Rythmes and blues - Eulalie - 25 mai 2013 à 21:04

non, moi non plus je ne crois pas que ce soit pour se débarasser de son enfant.
C’est pour les raisons que vous décrivez.

Je trouve qu’il y a quelque chose de très grave là-dedans. Quelle journée pour un gamin.... Toutes les "thèses" sur le rythme de l’enfant tombent à l’eau. 11h par jour dans une même structure.

Je ne crois pas que le periscolaire soit le recours indispensable unique. Au contraire, il faudrait pouvoir fournir la possibilité aux parents, aux enfants, de pouvoir sortir de la structure institutionnelle quand les parents ne peuvent pas faire autrement que de confier les enfants à quelqu’un d’autre pendant leur journée de travail. Ces enfants sont 11h par jour dans un même système, celui de l’Etat, de la collectivité. Je crois que pouvoir aller chez la "nounou" aussi ne serait pas un mal : l’enfant se retrouve dans un endroit familier, autre que l’institution, le service public, dans une autre ambiance plus privée. Avec le périscolaire en unique solution, je trouve que ça conditionne les enfants à vivre toujours dans l’esprit d’Etat. Il y a quelque chose d’Urssien là dedans.....

C’est comme si l’enfant était récupéré par l’Etat, comme si, presque il "n’appartenait" plus à ses parents, comme si il ne pouvait pas aller en "zone privée", chez quelqu’un, chez qui ont fait autre chose que les activités dictées comme incontournables par l’Etat.

Il y a quelque chose d’absolu là dedans. Mais bon, le meilleur serait que les parents puissent récupérer leurs enfants le plus tôt possible et faire des activités artistiques, culturelles, sportives avec eux dans la semaine (avec certes bien sûr, des moments dans la collectivité où l’enfant n’est pas avec ses parents). Mais cela suppose que les parents aient le temps. Or, ils ne l’ont pas. Ca signifie que le rythme de l’enfant est organisé tout autour de l’employeur, du travail tel qu’il est conçu. C’est vraiment moche.


#37827



Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?