poster message en reponse
Rythmes and blues - Eulalie - 26 mai 2013 à 20:50

Je n’ai pas dit qu’il n’en fallait pas et que ce n’était pas à l’école de l’assurer aussi. J’ai du mal m’exprimer. Non, c’est juste que j’imagine un enfant rester tous les soirs à l’accueil et faire toutes les activités proposées et là, je trouve que ça commence à devenir un peu dingo, sans sens, surtout après la classe : genre, la culture pour la culture, l’activité pour l’activité. Mais bon, j’ose espèrer que c’est fait avec modération par les parents. Que la plupart des enfants ne vont pas à l’accueil tous les soirs genre : lundi soir cuisine, mardi soir théatre, mercredi soir arts plastiques, jeudi soir judo, vendredi soir musique.
Disons que le langage des spécialistes du style "développement cognitif de l’enfant" est légèrement pisse-froid et c’est à se demander s’ils conçoivent qu’un enfant a besoin de plaisirs aussi.

Sinon, je ne dis pas qu’il ne faut pas d’apprentissages en collectivité, mais que la collectivité n’est pas que dans le service public qui garde les enfants : la collectivité est chez la nounou aussi et sur le terrain de jeux inventés par les enfants et non prémâchés par la municipalité (même s’il faut des zones de jeux aussi construits par la ville). L’imaginaire quoi.... Je crois que les enfants ont besoin d’imaginaires inventés par eux-mêmes, chaque jour, et de se crééer leurs propres règles ou absences de règles, pour voir ce que ça fait ou pas. Et j’en oublie.... Je ne suis pas spécialiste. Mais je crois que c’est juste du bon sens et peut-être des souvenris d’enfance où on nous prenait moins notre temps du soir (vu que le péri n’existait pas) et qu’on ne s’ennuyait pas pour autant et qu’on faisait nos jeux dans un environnement qu’on réinventait, avec un adulte pas loin en général. Mais pas accrochés à nos baskettes pour nous dire "ce soir, c’est Ionesco".


#37832



Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?