Expérimenter les usages ou les technologies ?

lundi 5 octobre 2009 à 08:25, par edan

Dans son dernier plan « Bourges, ville numérique », la municipalité révélait la grande ambition de nous « mettre à la norme Web 3.0 », d’expérimenter le wi-fi ou encore le bluetooth, des normes qui ne nécessitent plus aucune expérimentation à ce jour. De l’autre coté de l’Atlantique, la ville de Boston a lancé une application pour l’iPhone pour être à l’écoute de ses citoyens.

Cette application disponible sur le téléphone mobile d’Apple permet aux habitants de faire remonter aux autorités municipales les problèmes rencontrés au quotidien.

« Chaussée abîmée, ampoule grillée, graffiti, dégradation quelconque...à la moindre constatation, les habitants de Boston peuvent désormais prendre une photo, qui grâce à cette application sera datée, géolocalisée puis envoyée, accompagnée d’un commentaire, aux services municipaux. Mais ce n’est pas tout, les habitants pourrons suivre l’état d’avancement de la plainte qu’ils auront ainsi fait remonter à l’hôtel de ville, et voir comment la municipalité à traité le problème : derrière le coté hype, c’est un véritable exercice de transparence auquel se livre la municipalité » [1].

Voilà un exemple d’une municipalité qui se concentre sur les usages que la technologie peut apporter et non sur la technologie elle-même.

Financer une application iPhone est très faible par rapport à un investissement matériel qui sera dépassé dans un an. Mais c’est surtout la puissance sociale d’Internet qui se met en action aux yeux de la municipalité. Le web est un espace public qu’elle ne maîtrise pas et c’est par ce biais, à mon avis, qu’elle découvrira son aspect démocratique.

De plus, les possesseurs d’iPhone, jeunes généralement, sans aucune présence politique et sans intérêt locaux vont se réapproprier une ville qu’ils délaissent progressivement…et tenter, peut-être, de la faire évoluer différemment.

En ce concentrant sur les usages, les institutions devraient financer des applications et non du matériel. Mais ce défi nécessite une autre organisation et une autre mentalité. Expérimenter, se corriger, analyser et évoluer ne sont pas des actions prisés des hommes politiques et pourtant ces actions sont indispensables à la vie de tout organisme vivant.

[1A lire sur ReadWriteWeb France l’article de Fabrice Epelboin

commentaires
Expérimenter les usages ou les technologies ? - bombix - 5 octobre 2009 à 19:56

M’ouais ...

Bel enthousiasme technophile ... Cependant quelques questions

- Peut-on si facilement que cela séparer "la technologie" et son "usage" ; dans les faits, on invente souvent d’abord un système technique (pour faire consommer les gens ; eh oui il faut bien faire tourner la machine économique), puis on cherche quel usage on pourrait en faire. Et de l’usage on passe au besoin. C’est ainsi que le fameux téléphone portable dont personne n’avait besoin lorsqu’il n’existait pas est devenu d’une nécessité absolue pour nombre de nos concitoyens, et d’abord les plus jeunes.

- Le problème des sociétés de contrôle (je renvoie au texte classique de Gilles Deleuze sur la question ; à lire, relire, diffuser sans modération) est aussi le problème des outils de contrôle. On peut ironiser sur "l’innocence" du couteau, reste que la société de contrôle n’est possible qu’à un certain stade de développement des technologies de l’information (miniaturisation des périphériques qui autorise leur prolifération, augmentation des capacités de stockage, multiplication de la puissance de traitement et pour ces trois paramètres diminution des coûts de production selon la fameuse loi de Moore) ; un portable sert à téléphoner à sa copine en faisant les courses le soir à la sortie du boulot pour lui demander si elle préfère des nems au crabe ou des rouleaux de printemps pour le dîner, mais il sert aussi (sans détournement d’usage, comme le couteau. Raison pour laquelle on doit s’interroger sur son "innocence") aux flics pour vous surveiller au besoin. A tel point que si vous n’avez pas de portable, c’est que vous êtes sûrement un terroriste ! C’était un argument employé par la police contre les jeunes de Tarnac que nos médias aux ordres ont bien oublié pour l’instant.
Et les pingouins pour une fois n’y feront rien. Le fichage et la surveillance généralisée de la population, même avec des logiciels libres, ça m’inquiète un peu, beaucoup ... (après tout, ce sont les gendarmes qui ont adopté les premiers OpenOffice.org ;-) )

- Il y a le problème de l’objet portable en lui-même. Je recommande la lecture de l’excellent article publié sur l’excellent site PMO : Le portable, gadget de destruction massive.

Et pour en revenir à l’actualité locale, je rappelle que les déchets nucléaires qu’on se proposait gentiment d’enfouir dans le sud du Cher provenait en partie de l’industrie électronique ...


#24019
Expérimenter les usages ou les technologies ? - bombix - 5 octobre 2009 à  20:20

Un exemple d’une machine pas du tout innocente.

Les nouvelles photocopieuses gardent en mémoire un certain temps (paramétrable) un exemplaire des originaux dupliqués, sous forme de fichier numérique, sur un disque dur. Ainsi votre patron peut savoir si vous utilisez la photocopieuse du boulot pour reproduire des documents de travail, ou la super recette de cuisine dont nénette dans le bureau d’en face vous a parlé la semaine dernière au café.
Vous allez me dire : comment il sait que c’est vous la recette du lapin à la moutarde ? Parce que le fichier est associé à l’adresse IP de votre machine depuis laquelle vous avez envoyé votre demande de photocopie après avoir scanné depuis votre poste de travail l’exemplaire du Ginette Mathiot original de 1955 ! Il n’y a plus qu’une seule photocopieuse dans la boite. Super grosse, super performante et tout et tout. Mais pas uniquement pour reproduire des documents. Pour vous fliquer aussi. Et notez bien que dans ce cas là, il n’y a pas détournement d’usage comme pour le couteau. La photocopieuse est faite pour photocopier et pour fliquer. L’un ne va plus sans l’autre. Et là ou ça devient très intéressant pour celui qui a investi dans cette machine géniale et vraiment très performante, c’est dans le cas où ses employés utilisent parfois la photocopieuse dans le cadre de leurs activités syndicales. Sans savoir qu’ils sont observés et tracés de surcroît ...

#24020 | Répond au message #24019
Expérimenter les usages ou les technologies ? - Mister K - 6 octobre 2009 à  11:03

Globalement, comme les progrès scientifiques, les progrès techniques doivent être réfléchis. C’est une banalité. Mais bien sûr, ce n’est généralement pas le cas, le bien du commerce faisant office de loi, malheureusement.

Il faut comprendre le cycle : Recherche Fondamentale, puis Recherche & Développement. Souvent, les gens confondent les deux. Mais la R&D cherche avant tout une application à des progrès de la recherche fondamentale, application qui doit aboutir à un débouché commercial. En informatique, au niveau matériel et logiciel, nous sommes dans le domaine du légo. Chaque pièce est susceptible d’être améliorée en permanence. L’amélioration d’une pièce améliorant la performance ou l’usage de l’ensemble.

Et désormais, l’informatique s’incruste partout. Et un des gros défaut de l’informatique, à cause de cette logique de légo, c’est d’avoir une très faible pérennité, en tout cas pour tout ce qui touche au grand public (mais pas uniquement !). Pourquoi ? Parce que, pour des raisons commerciales, on n’hésite pas à mettre sur le marché des choses non abouties, pas matures. Du coup, régulièrement, à une vitesse impressionnante, son remis sur le marché des équipements, logiciels, réseaux plus performants. Et là, on est bien dans le gachis. Au niveau réseau grand public par exemple, on est passé du modem RTC 28K au modem RTC 56K, puis les modems ADSL avec plusieurs versions eux-aussi puis le trés grand débit, et tout cela en moins de 10 ans ! Le modèle économique est simple : les techniques ou produits peu aboutis financent les suivantes plus aboutis.
On peut trouver plein d’exemples :
- l’audio / Vidéo : vinyle, K7, CD, CD Vidéo, DVD, Blue-Ray
- le téléphone portable : combien de téléphone portable avez-vous eu depuis la fin des années 1990 ?
- l’informatique / bureautique : combien de PC, de système d’exploitations avez-vous eu, chez vous ou a votre bureau depuis le début des années 1990 ?

Évidemment, tout cela fait des ravages. Quand Apple met en vente plusieurs versions de son iPhone en quelques mois, cela participe à un gâchis monumental. Mais les utilisateurs voient seulement les évolutions et les nouvelles possibilités d’utilisation.

Ensuite, sur le coté flicage, je dirai que, malheureusement, c’est l’occasion qui fait le larron. Souvent, en informatique, on implémente des choses qui sont possibles, et si ce n’est pas cher, pourquoi ne pas le faire, on sait jamais, cela pourrait servir voir être un argument de vente. Là, ce n’est clairement pas la technologie qui est en cause mais bien les hommes et la mentalité de l’époque : l’époque est au sécuritaire, donc tout ce qui va dans ce sens est implémenté. Utile ou pas utile, dangereux ou pas. L’éthique n’existe pas ou peu en informatique au niveau global (au niveau individuel, c’est autre chose). Nous ne sommes pas en biologie moléculaire. Peu de gens se posent de questions dans un domaine qui est pourtant aussi crucial. Se poser des questions, ce serait clairement "ralentir le marché". Il y a bien des tentatives autour des données personnelles par exemple...mais quand on regarde le pouvoir de la CNIL en France, on est un peu abasourdi ! Et, malheureusement, la France est l’un des pays les plus avancé au monde dans le domaine...ce qui donne une bonne excuse aux gouvernements français de tous poils pour ne pas chercher à améliorer les choses.

Je précise, je suis informaticien et pas du tout rétif "au progrès". Mais il encore faut-il définir ce qu’est le progrès...vaste question.

Maintenant, dans le cas présenté dans l’article, "le mal" est fait. Les iPhone se vendent comme des petits pains dans les pays développés. Ce n’est pas l’application supplémentaire mis en place par la municipalité de Boston qui va changer grand chose. Sauf si cela devient un argument de vente supplémentaire pour l’iPhone du genre : devenez un bon citoyen, achetez un iPhone ;-)

#24025 | Répond au message #24020
Expérimenter les usages ou les technologies ? - edan - 6 octobre 2009 à  13:15

Je comprends tous ces questionnements ...

- En faite, "expérimenter le wi-fi et le bluetooth" était une formule écrite dans le plan numérique de la ville de Bourges. Évidemment que les deux aspects techno/usage sont liés. Ce que je soulignais, était le fait qu’une municipalité parle de technologie pour "impressionner" le citoyen alors qu’elle devrait ce préoccuper de l’usage qu’elle va en faire ( ex : boston ).

- Inventons un droit à la déconnexion ? : http://www.internetactu.net/2009/01/26/place-de-la-toile-et-si-on-se-deconnectait/

#24027 | Répond au message #24019
Expérimenter les usages ou les technologies ? - Mister K - 6 octobre 2009 à  16:02

Ce que je soulignais, était le fait qu’une municipalité parle de technologie pour "impressionner" le citoyen alors qu’elle devrait ce préoccuper de l’usage qu’elle va en faire ( ex : boston ).

C’est vrai que l’on a dévié un peu du sujet. C’est vrai que les municipalités mettent souvent leurs actions autour de l’informatique comme une preuve de modernité. Certains hommes politiques comme André Santini en font leur fond de commerce...

Si on prend le cas de Bourges, on est effectivement plus dans la communication qu’autre chose. Il ne faut pas que l’informatique soit un gadget mais véritablement utile à la vie des habitants. Par exemple, dans le cas du plan numérique de la ville de Bourges il serait utile qu’on nous explique à quoi va servir la fibre optique concrètement. Le communiqué est très vague sur le sujet...

Tiens, d’ailleurs, le communiqué semble avoir été mis à jour (?), on y trouve désormais un semblant de définition du Web 3.0 : "Les usages du WEB 3.0 sont définis par la convergence entre communications fixes et mobiles, matériels, menus intuitifs « sémantiques », bases de données, logiciels, moteurs de recherche, navigateurs, opérateurs, ondes électromagnétiques… Le récent équipement de deux écoles avec des ordinateurs portables (classe mobile) va dans le sens de cette convergence.". Du grand art ! Du grand n’importe quoi...mais qui fait sérieux. Le gars qui a pondu le texte mérite vraiment une médaille...le jour où le monde de l’informatique sera débarrassé des pipoteurs, on aura fait un grand pas. Malheureusement, ce n’est pas demain la veille. Ce qui m’attriste le plus, c’est que de nombreuses personnes dont des décideurs se laissent abuser par tout cela...

#24028 | Répond au message #24027
Expérimenter les usages ou les technologies ? - 5 octobre 2009 à 10:32

En voila une idée qu’elle devrait plaire à notre zéro au sourire si doux ! Completement ringardes les 37 cameras de surveillance ! Vous faites une appli à 3 balles pour iPhone, et hop, vous avez 75000 cameras potentielles et gratos !

  • - Le chien du voisin ne fait pas dans le caniveau : dénoncé avec photo de l’étron !
  • - La voiture devant vous passe à l’orange : dénoncée avec heure, immatriculation et tout et tout !
  • - Les poubelles ont un quart d’heure de retard ? dénoncés ces faignants !
  • - Un gamin monte dans le bus sans ticket ? dénoncé lui aussi !

La délation, c’est simple comme un coup de fil


#24004
Expérimenter les usages ou les technologies ? - Mister K - 5 octobre 2009 à  11:01

Oui, ce serait à mon avis un détournement de l’esprit de cette initiative.

Dans de très nombreuses villes de France, il existe un système de numéro vert afin que les habitants signalent les problèmes où les services municipaux devraient intervenir... Vos quatre exemples n’en font manifestement pas partie. L’appli Iphone est juste une évolution de ce système.

Moi, ce qui me dérange plus, c’est que par une telle démarche, on fait comme si tout le monde avait ou devait avoir un iphone qui est un système propriétaire. Cela, c’est vraiment critiquable. Un peu comme si on vous obligeait à avoir une Renault pour rouler dans les rues de Bourges... Parce que sérieusement, il n’y a pas 75000 possesseurs d’iPhone à Bourges !

#24007 | Répond au message #24004
Expérimenter les usages ou les technologies ? - edan - 5 octobre 2009 à  13:54

Certes, 5% de la population possède un iPhone ( je me trompe sans doute, je n’ai pas de chiffres hormis celui ci : L’iPhone d’Apple devient le numéro deux des mobiles en France devant Nokia avec 25% de part de marché. )

Democratiquement, c’ets pas le top... Mais l’assemblé nationale, la mairie, le conseil municipale est il démocratique ? Pour le coté propriétaire, le marché du mobile n’est pas encore très "open source" ( peut être Androîd de Google) mais ça arrive progressivement.

L’initiative est bonne je trouve et il faut poursuivre toutes ces démarches qui s’orientent vers l’inconnu. L’innovation viendra de là.

#24009 | Répond au message #24007
Expérimenter les usages ou les technologies ? - edan - 5 octobre 2009 à  13:44

C’est une des premières idée qui nous viendrait à l’esprit .... je me dis la même chose quand je coupe une pomme avec un couteau, je pourrai très bien tuer mon chat ou ma sœur avec. Le détournement d’usage par le coté négatif est assez facile ....

Il faut se dire que les possesseurs d’iPhone n’ont peut être pas ces valeurs archaïques citoyennes consistant à penser qu’a soi-même et à critiquer et porter sa mauvaise humeur sur les autres et la société. Le possesseur d’iphone est connecté et LA différence se situe ici.

#24008 | Répond au message #24004