L’était chouette ma centrale du bord de mer !

mardi 21 août 2012 à 10:59, par bombix

L'était chouette ma centrale du bord de mer ! Ça ne fait pas le "buzz" sur fesse-bouc, et ça passionne moins les foules que les exploits sudoripares de nos basketteuses aux jeux olympiques : nos amis belges ont de sérieux ennuis avec leurs centrales nucléaires. À la suite de banals contrôles, on vient de s’apercevoir que les cuves de plusieurs centrales nucléaires, qui abritent leurs réacteurs, sont affectées de défauts graves. La révélation vient de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire belge le 7 aout 2012. Ces constatations ont été faites sur la centrale de Doel, près d’Anvers. Mais d’autres centrales sont sur la sellette, comme celle de Tihange. Par ailleurs, comme il s’agirait d’un défaut de fabrication, toutes les centrales nucléaires équipées de ce type de cuves — 22 dans le monde au total, dont 10 aux USA — sont potentiellement concernées.
On apprenait ainsi, dans La Libre Belgique du 18 aout, que Willy de Roovere, directeur général de l’AFCN, portait des soupçons sérieux sur Tihange 3 : "Il y a plus de 50% de chance que l’on découvre les mêmes écarts à Tihange. Je serais surpris que ce ne soit pas le cas", a-t-il déclaré à De Morgen. "Il craint les pires conséquences et estime donc que les 20 centrales ayant le même constructeur, le Hollandais Rotterdam Drydocks, réparties dans le monde, doivent absolument être fermées si des fissures y sont découvertes." Le 20 aout, c’est Eric van Walle, du Centre d’étude de l’énergie nucléaire (CEN), qui en remet une couche : "En réalité, tous les réacteurs de cette génération, dans le monde entier, peuvent présenter des anomalies."
Du côté du gouvernement belge, on s’agace et on peste contre ces Cassandre qu’on accuse de créer la panique. Des fissures par milliers dans les cuves qui protègent les réacteurs des centrales nucléaires, y a t-il de quoi s’affoler, j’vous l’demande ! D’ailleurs, au fait, à qui s’adresser pour le service après vente ? Rotterdam Drydocks a mis la clé sous la porte en 1996. Et maintenant : « Demerdeden sie sich ! » De toutes façons, une cuve de réacteur nucléaire n’est ni réparable, ni remplaçable. Pour l’instant, Doel 3 est arrêté.

Et chez nous ? Bah, il y a bien quelques petites fissures qui traînent par-ci, par-là, comme révélé par Greenpeace, à Tricastin par exemple. L’origine ne semble pas être la même, et le constructeur est différent. Du point de vue des conséquences, ça ne change pourtant rien : une cuve d’acier de réacteur nucléaire fissurée, c’est pas terrible pour la sécurité. Mais ce qui inquiète les Belges nous laisse de marbre. Le Français ne sait certes pas davantage réparer les fissures des cuves de ses centrales nucléaires que le Belge, mais il sait rester digne. Y a bien un Denis Baupin (EELV) qui s’interroge. S’il a cinq minutes, il pourrait en causer à Cécile Duflot. La cheftaine des Verts français n’est certes pas en charge du ministère de l’environnement, mais elle a quand même quelques responsabilités dans l’actuel gouvernement Ayrault.

Sources :

Soupçons sur les cuves de 22 réacteurs nucléaires, Le Monde, 09.08.2012.

Doel passera-t-elle l’hiver, La libre Belgique, 17.08.212.

"Plus de 50% de chance de fissures à Tihange", La libre Belgique, 18.08.2012.

van Walle : "Tous les réacteurs de Doel et Tihange sont potentiellement à risque", La libre Belgique, 20.08.2012.

Alerte de Greenpeace sur des fissures à Gravelines, site de France 3.

Nucléaire belge : les doutes d’un élu EELV sur les cuves françaises, L’usine nouvelle, 17.08.2012.


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
ASN, presse française et langue de bois - bombix - 23 août 2012 à 12:56

On a dit la presse française silencieuse sur l’affaire des centrales nucléaires belges. C’est exagéré. L’ASN vient de sortir un communiqué pour préciser que les « défauts » français ne sont pas comparables avec les « fissures » belges. Information immédiatement relayée par plusieurs sites d’information grand public, dont 20mn.fr : http://goo.gl/QSN6h La différence terminologique est importante. Dans un rapport remis en 2000, l’ASN précisait qu’en fonctionnement normal, la cuve se dégrade lentement sous l’effet du rayonnement neutronique issu du cœur fissile du réacteur (au droit du combustible). Cette fragilisation rend en particulier la cuve plus sensible aux chocs thermiques sous pression ou aux montées brutales de pression à froid. Pour l’Autorité de sûreté en 2000, toujours en termes feutrés : « la présence d’une fissure serait alors potentiellement dommageable » (Ah ! Qu’en termes galants ces choses-là sont mises !) En clair, ça peut nous péter à la gueule. Tandis que des « défauts », on maîtrise … source : http://goo.gl/wMIqD

Même rassurante, l’ASN inquiète : « les raisons de leur apparition [les fissures] sont connues, ajoute l’ASN, qui juge qu’ils ne sont donc « pas comparables » aux milliers de défauts potentiels observés sur une large zone dans la cuve belge. » Ah ben, si on sait pourquoi les fissures sont là, on peut être rassurés. C’est normal ! comme chantait Brigitte Fontaine et Areski Belkacem.


Le feuilleton continue ... - bombix - 23 août 2012 à 11:43

Deux articles intéressants à lire à nouveau dans La libre Belgique. Toujours rien dans la presse française qui ignore superbement cette affaire. Le premier, qui est une critique des systèmes de contrôles nucléaires belges : un expert, Mycle Schneider, estime qu’il est "inquiétant que cela n’ait pas été remarqué ces dernières années". Selon lui, ces problèmes de matériaux ne sont pas innocents et "peuvent conduire à ce que la cuve se brise" et que cela provoque même "des explosions". http://goo.gl/hJPkS Un autre article, plus inquiétant encore peut-être, fait état d’une constatation de fuites sur les deux sites incriminés, dès 1979 : « En 1979, déjà, des fuites étaient découvertes dans les réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2, soit 3 ans avant la mise en fonctionnement de ces deux centrales nucléaires […] Willy De Roovere, cité par De Morgen, a dit ne plus avoir de souvenirs clairs de ces constatations. "Étrange, puisque De Roovere était en charge de la construction et de la mise en fonctionnement de Doel 3 pour Electrabel à la fin des années 1970", constate le journal. » http://goo.gl/dyCVB


Le feuilleton continue … complément - bombix - 23 août 2012 à  12:02

Lu sur le journal de Lutte Ouvrière : « Une difficulté supplémentaire, pour comprendre la nature de ces défauts, est que la société hollandaise qui a fabriqué ces cuves dans les années 1970 a fait faillite depuis trente ans. Les experts en sont réduits à fouiller les archives de la ville de Rotterdam, dans l’espoir de mettre la main sur les plans détaillés et les processus de fabrication. »

Tout va bien ! …

Mais aussi : « Alors que les problèmes de Doel étaient connus depuis juin, l’AFCN a sorti en juillet un rapport « sur l’état de sécurité satisfaisant » du parc nucléaire belge. Mais l’agence doit traiter ce problème avec un groupe privé, Electrabel (filiale de GDF Suez), groupe engagé dans un bras de fer complexe avec le gouvernement belge autour du montant de la rente électrique que la Belgique doit acquitter aux actionnaires.
Une mise à l’arrêt de Doel 3, et peut-être de la centrale de Tihange 2, susceptible de connaître les mêmes problèmes, remettrait en cause les profits attendus par Electrabel, ce qui, en régime capitaliste, ne peut aller sans compensation de la part de l’État, c’est-à-dire avec l’argent public.
Les directeurs de l’Agence fédérale en sont donc réduits à attendre qu’Electrabel fasse « ses propres contrôles et estimations des risques », estimations qui seront établies... par négociation entre les directeurs financiers d’Electrabel et les conseillers du ministre « compétent ». »

Tout va très bien ! … http://goo.gl/MXtXb

Répondre à ce message #36579 | Répond au message #36578
Le feuilleton continue ... - Mister K - 23 août 2012 à  12:50

Deux articles intéressants à lire à nouveau dans La libre Belgique. Toujours rien dans la presse française qui ignore superbement cette affaire.

Il faut noter que Electrabel, c’est le groupe GDF SUEZ. Bref, ce n’est peut-être pas tant que cela une histoire belge...

Répondre à ce message #36580 | Répond au message #36578
L’était chouette ma centrale du bord de mer ! - Mister K - 22 août 2012 à 13:05

Apporter les mauvaises nouvelles (et tenir le public informé) n’est pas une activité d’avenir semble-t-il : http://www.levif.be/info/belga-politique/nucleaire-ecolo-denonce-le-remplacement-accelere-du-patron-de-l-afcn/article-4000165549520.htm

Bon, au moins un qui a trouvé comment partir en retraite plus rapidement que prévu...


Retraite d’office en Belgique, démissions en série en Suisse - bombix - 22 août 2012 à  16:01

Du côté de la Suisse, c’est pas mal non plus. « Il est impensable de songer à conditionner des déchets hautement radioactifs au-dessus de nappes phréatiques. » Walter Wildi, professeur de géologie à l’Université de Genève, explique pourquoi il a démissionné la semaine dernière de la Commission fédérale de la sécurité nucléaire (CSN). http://goo.gl/9tUcY
Un autre géologue, Marcos Buser, avait quitté la CSN en juin. Il protestait parce que les contrôlés contrôlaient les contrôleurs. « Ce que je dénonce, c’est le fait que l’Etat, la communauté nationale, abandonne aux intérêts privés les moyens de contrôler une telle dose de risques à très long terme. C’est en fait ce qui est arrivé au Japon avec Fukushima, où les intérêts privés, le népotisme, ont empêché l’Etat d’assurer son rôle de contrôleur. Or, en Suisse, le « Filz », le copinage, ça existe aussi. » http://goo.gl/chP1j

Finalement, y a qu’en France qu’il n’y a pas de problèmes avec le nucléaire. La preuve, c’est qu’on n’en parle ni dans Le Monde, ni à Libération, ni au Figaro, ni dans Marianne, ni dans l’Humanité. Si on parle pas, c’est qu’il n’y a pas de problèmes. C’est surtout pas parce qu’il y a du copinage.

Répondre à ce message #36573 | Répond au message #36572
L’était chouette ma centrale du bord de mer ! - Belgique - Ukraine : 0-1 à la mi temps - 21 août 2012 à 21:29

Sympa la photo des singes...
Avec un vent d’ouest aucune chance d’avoir le nuage....celui ira chez le constructeur en Hollandie, l’autre pays de la centrale.....