Éditorial Février 2019

Trompe le monde...

mercredi 6 février 2019 à 10:00, par Mister K

Bouh ! On a eu peur pour Bourges. Pendant quelques jours, on a cru qu’une horde de gilets jaunes allait détruire en une journée ce qui avait mis des siècles à être construit. Bon, le maire de Bourges, Pascal Blanc, et bien d’autres avaient réussi à dramatiser cette journée du 12 janvier 2019. Au final, quelques feux de poubelles, quelques mini-barricades, mais pas grand-chose. Une manifestation de 6000 personnes qui s’est déroulée très majoritairement dans le calme.

Mais alors, pourquoi Pascal Blanc a-t-il tweeté "J’ai mal à ma ville" le 12 janvier au soir vers 22H ? [1]. La maire de Bourges parle carrément de berruyers "en état de choc". Une cellule psychologique a t-elle été mise en place ? Sérieusement, après le pataquès avant manif, il fallait que le maire donne le change. On est là dans du théâtre plus qu’autre chose. Pascal Blanc n’a t-il pas eu mal à sa ville lorsque le bâtiment de Maison de la Culture a été détruit ? Peut-être pas. Mais beaucoup de berruyers, oui.

Alors, bon, Bourges va pouvoir passer à autre chose. Mais à quoi ? L’embellissement des trottoirs. Voilà qui est bien. D’autant que par endroit, il y en a vraiment besoin. Et surtout, on se rapproche des élections municipales 2020 ce qui explique cette motivation. Et Pascal Blanc dont le bilan sera assez maigre va devoir compter sur les trottoirs, les travaux de la nouvelle Maison de Culture pour embellir son bilan, le maquiller, le rendre plus beau qu’il n’est. Est-ce que cela trompera grand-monde ? Pas sûr. Mais l’ambiance est tellement morose qu’au final, sur un nouveau malentendu, tout est possible.

En parlant de tromper son monde, notre Président de la République n’est pas mal. Celui qui se fait passer pour un grand démocrate a lancé, en réponse aux revendications des Gilets Jaunes qui demandaient un RIC [2], un grand débat. Autant dire que les militants de La République en Marche (LREM) y participent. Et que notre président joue sur du velours. Vu les contradictions des revendications et la difficulté de réaliser une synthèse objective des débats, il pourra au final faire ce qu’il veut. Si le RIC est vraisemblablement un leurre qui ne changerait en rien la situation des français les plus modestes, le débouché du grand débat risque d’être particulièrement frustrant pour tous les français. La grande tromperie risque de mal se terminer pour tout le monde.

Trompe le monde fait référence à un titre d’un album des Pixies qui fait lui même référence à l’expression française "Trompe la mort".

[1Tweet complet "J’ai mal à ma ville Après la manif des GJ j’exprime ma plus grande solidarité aux Berruyers qui sont en état de choc Je condamne fermement ces violences et dégradations Hommage et remerciements aux FDO, services de santé et agents municipaux Non #Bourges ne méritait pas cela"

[2Référendum d’Initiative Citoyenne


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?