Éditorial Mai 2019

L’important, c’est de participer...

lundi 6 mai 2019 à 08:28, par Mister K

On va "fêter" les deux ans d’Emmanuel Macron au pouvoir. Lui, le gouvernement Philippe et son cortège de députés sortis de nulle part représentaient un espoir de renouvellement des idées et des pratiques. Deux ans après, qu’en dire ?

Pour le renouvellement des idées, on repassera. Macron, c’est finalement la continuité de Sarkozy et Hollande, en plus à droite, plus méprisant et moins marrant. Macron va souvent plus loin que la droite en matière économique et sociale, dans le sens de la casse bien sûr. Fillon n’aurait certainement pas fait mieux. Pire, alors que beaucoup au second tour de l’élection présidentielle ont voté Macron pour faire barrage à Marine Le Pen et ses idées rances, Macron s’en rapproche régulièrement par petites touches, lentement mais sûrement.

Au niveau des pratiques, l’enfumage continue. Déjà lors de la campagne, Macron avait, via sa grande marche, soit disant consulté les français. Surtout du benchmarking et marketing a priori. On a en effet constaté jusqu’en novembre 2018 que le rouleau compresseur "En Marche !" écrasait tout sur son passage : élus locaux, corps intermédiaires et citoyens. La crise des gilets aunes aurait pu être un tournant. Las, "le grand débat" a été, comme attendu, une vaste blague. On va rendre aux retraités ce qu’on leur avait pris, les plus bas salaires y ont gagné des miettes financés par les impôts plutôt que par les entreprises...qui continuent à se plaindre de payer trop d’impôts. La boucle est bouclée. Les gilets jaunes comme l’ensemble des français sont les cocus de l’histoire. Le beau parleur Macron a beaucoup parlé pour pouvoir continuer sa marche vers toujours plus d’individualisme, de libéralisme et de casse du peu de collectif qu’il nous reste. Tout cela au nom de la modernité et de la compétition économique internationale. Mais est-ce vraiment moderne de faire bosser des gens au-delà de 65 ans et plus comme on peut s’y attendre ? Un sacré recul qui ne semble pas contrarier grand monde chez LREM. 

Dans le Cher, il y a environ un an, on a bénéficié d’une délocalisation temporaire de Matignon. Un an après, il serait intéressant de savoir ce qu’il en reste. Vraisemblablement rien. Si ce n’est un adoubement du maire de Bourges Pascal Blanc qui, pour les élections européennes, soutiendra la liste LREM. En attendant d’être soutenu par LREM pour les prochaines élections municipales à Bourges ? Rien n’est moins sûr mais une chose est certaine, depuis l’année dernière, Pascal Blanc et François Cormier-Bouligeon se font plus ou moins les yeux doux. Qui sera le cocu de l’affaire ? L’histoire le dira mais il est bien possible qu’au final, ce soit les Berruyers. Des Berruyers qui constatent jour après jour que les rues de Bourges s’embellissent. Comprenez qu’à l’approche des élections municipales, on refait certains trottoirs. Ben ouais, du grand classique. Peut-être cela fera t-il oublier tous les mensonges et manquements de la municipalité actuelle. Ou pas.

Sinon, quelqu’un a des nouvelles de la gauche, à Bourges, dans le Cher, en France ou ailleurs dans le système solaire ? Il parait que divers éléments de gauche vont participer aux prochaines élections européennes. Au final, comme les gilets jaunes, ils pourront toujours se consoler en se disant que l’important c’est de participer...


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
L’important, c’est de participer... - epujsv - 9 mai 2019 à 14:34

"Lui, le gouvernement Philippe et son cortège de députés sortis de nulle part représentaient un espoir de renouvellement des idées et des pratiques."

représentait un espoir ? pour qui ? pour les faux naïfs et les fortunés.

Ah tiens, dans la série des cocus, de l’important c’est de participer, etc... bref, tout ce merdier innommable, j’apprends aujourd’hui par Mediapart que je vais financer la campagne du RN (et légalement en plus) par le biais des impôts pour rembourser les taux d’intérêt (l’emprunt patriotique) de ses sympathisants. C’est un article pour abonnés. Mais manifestement le Parisien avait déjà fait un article dessus.


L’important, c’est de participer... - epujsv - 9 mai 2019 à  14:59

Extraits Médiapart du 9 mai :

"il s’agit d’un arrêt du Conseil d’État du 26 juillet 2018 qui permet, si le prêt est remboursé sous 18 mois, de proposer un taux d’intérêt au-dessus du taux légal (qui est de 3,4 % ce semestre)." Celui du RN est à 5%.

« C’est un acte de militantisme que l’on rétribue nous, au même taux qu’on aurait eu au niveau d’une banque », ajoute-t-il. [Jean-Michel Dubois, le trésorier]

"En réalité, cet « acte de militantisme » ne sera pas rétribué par le parti, mais par l’État, puisque le Rassemblement national compte déclarer ces intérêts dans la catégorie « frais financiers » de ses dépenses de campagne, remboursables au titre du financement public."

"Mais par cette astuce, le Rassemblement national enrichit ses sympathisants grâce à l’argent public. Sauf accident électoral, les quelque 4 millions d’euros prêtés dans le cadre de cet « emprunt patriotique » seront remboursés par l’État, qui déboursera aussi 200 000 euros pour payer les intérêts. Une bonne affaire pour le parti et ses sympathisants, mais pas pour les contribuables, donc. "

Voilà voilà.

Répondre à ce message #43514 | Répond au message #43513
L’important, c’est de participer... - bombix - 6 mai 2019 à 08:31

Sur les prochaines municipales, ça grenouille à droite. cf : http://bourges-bazar.overblog.com/2019/04/pascal-blanc-sanctionne-son-futur-adversaire.html

Pour la gauche, Irène Félix, dont personne ne veut, se dit prête. Prête à prendre son énième taule ?