Éditorial Janvier 2021

Vagues à lames...

vendredi 8 janvier 2021 à 22:31, par Mister K

Il y a un peu plus d’un an, les premiers cas de ce que l’on appelle maintenant la COVID-19 arrivaient en Chine. Les autorités chinoises ont officialisé le premier cas le 27 décembre 2019. Mais la Chine, c’est loin. Pourtant, quelques mois plus tard, en Mars 2020 en France, nos vies ont basculé en mode COVID. Depuis, plus rien ne se passe normalement.

Nous avons eu la première vague de COVID. Une première vague tranchante qui a emporté environ 30000 personnes en France. La France a alors démontré son impréparation à ce type de pandémie. Cette première vague a mis en lumière les faiblesses de son système de santé, résultat malheureux de trente bonnes années de rigueur budgétaire souvent mal placée. On manquait de masques, de respirateurs mais surtout de personnel. Mais promis, tout allait changer, car on allait retenir la leçon : des économies de bouts de chandelles allaient au final nous coûter des centaines de milliards à travers un confinement hyper strict, seul moyen d’éviter de propager le virus en l’absence de masques en nombre suffisant.

Suite à cette première vague, le déconfinement de fin mai 2020 sentait la libération. Une libération de courte durée puisque dès la première quinzaine de juillet, les premières contraintes sanitaires s’imposaient dans les grandes villes. Il fallait éviter la deuxième vague. De juillet à fin octobre, l’empilage de mesures sanitaires n’a pas cessé. Pourtant, la deuxième vague est arrivée et le deuxième confinement avec. Un peu moins strict que le premier, nous étions tous équipés de masques. Cette deuxième vague a été encore plus tranchante que la première puisqu’on se rapproche tranquillement des 40000 décès au moment où l’on écrit ses lignes. Question : pourquoi malgré toutes précautions prises le virus se propage-t-il encore ? À l’évidence, le virus se propage surtout à l’intérieur des foyers, là où le masque n’est pas utilisé. Et manque de bol, la COVID mute et une des souches est encore plus contagieuse que les précédentes. Bonne nouvelle, un vaccin, a priori efficace est arrivé fin 2020. Mais la France, dans toute sa grandeur, oscille entre une lenteur extrême à le déployer et une partie de sa population qui s’avère - a priori - hostile à la vaccination. Alors on continue d’empiler les mesures sanitaires. Le couvre-feu dans le Cher commencera à 18h à partir du 10 janvier 2021 au lieu de 20h dans une bonne partie de la France. Et cela n’empêchera peut-être pas une troisième vague et un troisième confinement.

Bon, quand tout cela sera fini, car cela finira forcément un jour, on espère au moins que l’on ne nous fera plus chier avec le déficit budgétaire...mais ça non plus, ce n’est pas gagné. Car désormais, la vie, c’est bosser et rentrer à la maison...ou pire, bosser à la maison et rester à la maison pour ceux qui sont en télétravail. Autant dire qu’il va falloir former un paquet de psychologues de toute urgence, les dégâts risquent d’être importants dans les têtes. Car si la COVID a mis une chose en évidence, c’est bien notre besoin de relations sociales, de moments conviviaux, de culture, de sport, de voyages. Bref, la vie, cela ne peut pas être que le travail. Pourtant, pour ceux qui en ont un, le travail est le seul véritable horizon depuis près d’un an. Et pour ceux qui n’ont pas de travail, l’horizon est encore plus noir. De quoi avoir un peu plus que du vague à l’âme, ce que Baudelaire appelait le spleen. Et pour tout cela, on ne nous fera pas de fleurs, il n’y aura pas de vaccin mais cela risque de faire mal.


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
Vagues à lames... - epujsv - 12 avril 2021 à 11:58

Elle est Pfizer de Les Goguettes


Vagues à lames... - epujsv - 6 mars 2021 à 13:33

26 scientifiques contestent les résultats et les méthodes de l’enquête menée en Chine par une équipe de l’OMS sur les origines du virus. Ils s’en expliquent ici (par exemple) : "Origines du Covid-19 : 26 scientifiques appellent à une enquête "complète et sans restriction". L’Echo (Belgique) du 5 mars 2021. (le rapport de cette enquête prétendue indépendante devrait être rendu public le 15 mars)


Vagues à lames... - epujsv - 1er mars 2021 à 13:03

"Etats de Choc : Primum Non Nocere " (En premier, ne pas nuire)
Un documentaire en immersion sur la crise sanitaire de la Covid-19 et son impact scientifique, médical et social.
Appel à soutien participatif sur Kickstarter

C’est

Extraits :

"A travers ses deux modules, l’immersion et l’intervention, "Etats de Choc" nous questionnera sur la confiance que nous accordons aux références que nous nous choisissons, ainsi que sur nos propres biais intellectuels."
[...]

"L’immersion permet de montrer, de manière brute et directe les faits, la réalité d’une situation, avec un biais minimum. Si l’on considère qu’un documentaire doit poser les questions "qui", "quand", "où", "pourquoi" et "comment", l’immersion ne permet de répondre qu’aux trois premières. Elle n’est donc pas une fin en soi, mais l’illustration d’un contexte. Nous lèverons le voile sur un milieu qui nous concerne et nous impacte tous, mais dont les réalités restent souvent méconnues."
[...]

"L’idée de ce film tient dans l’absence actuelle d’un support documentaire accompagnant le public dans une démarche de renseignement et de prise d’information. Bien sûr, les chaînes de télévision produisent des reportages, mais ceux-là ne suffisent pas à mettre en lumière le travail quotidien des personnels soignants, ou les tenants et aboutissants de la démarche scientifique. Beaucoup de médecins, soignants, scientifiques ont profité du premier confinement pour partager leurs connaissances sur les réseaux sociaux. Mais, c’est sur ce même support que la désinformation est également la plus présente."


"Etats de Choc : Primum Non Nocere " (En premier, ne pas nuire) de Kevin Einhart - epujsv - 1er mars 2021 à  14:16

La date limite de financement (36 000 €) est fixée au 28 mars 2021. Sans quoi le projet tombe à l’eau. La livraison du documentaire est prévue pour octobre 2021. Dans la rubrique " Risques", on peut lire : " Les auteurs sont des professionnels du cinéma avec une expérience du film documentaire. La participation des intervenants est d’ores et déjà sécurisée. Toutefois, nous souhaitons tous une sortie rapide de la crise sanitaire. Si l’épidémie venait à prendre fin durant la campagne, ou avant le tournage, le film pourrait radicalement changer de forme, voire ne plus nous apparaître comme nécessaire. Dans ce dernier cas, la campagne serait annulée, et les contributions seraient non prélevées, ou remboursées, selon ce qui est prévu aux conditions générales du site ."

Pour le moment, y’a pas de risque.

Le twitter du projet de documentaire.

Répondre à ce message #44046 | Répond au message #44045
"Etats de Choc : Primum Non Nocere " (En premier, ne pas nuire) de Kevin Einhart - epujsv - 10 mars 2021 à  00:24

Interview de Kevin Einhart sur le site Esanum (réseau social de médecins) .

"Les querelles d’experts, les analyses de courbes à la TV, c’est une chose. Mais derrière ces courbes il y a des gens qui meurent, des proches à prévenir, une charge émotionnelle permanente pour les soignants, sans compter leur angoisse d’être contaminés. En ce moment, nous parlons de « plateau » de l’épidémie. Alors que chaque jour c’est l’équivalent d’un avion de ligne qui s’écrase en France. Parfois un A340, parfois un A380. Comment une partie de la population en est-elle venue à discréditer la parole de celles et ceux qui tentent d’empêcher ça ? "

Je ne sais pas si ça fera partie du projet documentaire s’il se réalise, mais comment le gouvernement lui-même en est-il parvenu à la même chose ? Pour 2022 ? En espérant que cette partie de la population sera une base de son électorat ? En tous cas, ils se ressemblent sur cette doctrine.

Répondre à ce message #44056 | Répond au message #44046
"Etats de Choc : Primum Non Nocere " (En premier, ne pas nuire) de Kevin Einhart - epujsv - 12 mars 2021 à  18:56

Mediapart a donné la possibilité à Kevin Einhart de tenir unblog. Je n’ai jamais compris s’il faut être abonné ou non pour pouvoir les lire. J’aimerais vraiment qu’il réussisse avec ses coauteurs à réaliser son documentaire. Parce que ça fait des mois que je l’attends, l’espère, en ai viscéralement besoin, sans savoir que quelqu’un avait pensé à le faire.

"Ce documentaire est un projet indépendant, et ne pourra se faire sans aide, sans finances, et les projets de ce type sont bien moins "porteurs" qu’un projet qui tournerait au sein d’un groupuscule conspirationniste.

Il ne faut pas que "Hold Up" devienne le témoignage de la pandémie, ni de l’humanité."

Répondre à ce message #44058 | Répond au message #44046
"Etats de Choc : Primum Non Nocere " (En premier, ne pas nuire) de Kevin Einhart - epujsv - 13 mars 2021 à  10:34

Le teaser :

Twitter du projet

Répondre à ce message #44059 | Répond au message #44046
"Etats de Choc : Primum Non Nocere " (En premier, ne pas nuire) de Kevin Einhart - epujsv - 22 mars 2021 à  14:19

1er palier de financement atteint ; un deuxième est engagé pour atteindre 46000 euros :

"Pourquoi ce second palier ? Comme expliqué plus tôt, j’ai réduis les budgets au minimum pour le premier, plus facile à atteindre.

Petit tour des changements :

- Un salaire complet pour votre serviteur (les salaires des autres sont indexés sur la moyenne dans l’audiovisuel, charges incluses).

- L’ajout d’un monteur, pour une estimation d’un mois de travail (ce qui est peu, mais nous le prolongerons autant que possible).

Un studio mieux équipé : éclairages, décor...

- Un budget "repas" plus élevé.

- Un budget communication doublé : la possibilité d’un site internet, etc.

- Enfin : hausse du budget des récompenses Kickstarter (plus de monde à participer), et ajustement de la commission de 8% du site de la campagne.

C’est encore serré au maximum, mais ce palier nous offre plus de confort.

Voilà. Un meilleur confort, donc, pour travailler et produire un film de meilleure qualité.

Et pour le stretch goal ?

Facile : les interviews des intervenants en intégralité, disponibles en téléchargement HD pour toutes et tous à partir du pack "Remerciements" (40€), et en bonus sur le Blu-Ray pour les packs concernés (ce qui peut aussi vouloir dire un second disque, parce que ça risque d’être long).

Merci encore à toutes et à tous ! "

Le "site" Etats de Choc

Répondre à ce message #44070 | Répond au message #44046
"Etats de Choc : Primum Non Nocere " (En premier, ne pas nuire) de Kevin Einhart - epujsv - 28 mars 2021 à  20:14

Deuxième palier de financement atteint à la limite du 28 mars. C’est parti, il peut, ils peuvent réaliser leur projet documentaire. Cela fait plaisir, ce n’est pas si souvent en ce moment.

Répondre à ce message #44074 | Répond au message #44046
Vagues à lames... - epujsv - 4 mars 2021 à  13:39

Encore un mème utilisant La Chute. La chute du Pas-de-Calais. :-)
"Le seul résultat positif que j’ai eu en un an, c’est ma PCR en décembre".

Répondre à ce message #44049 | Répond au message #44045
Vagues à lames... - epujsv - 14 février 2021 à 14:16

C’est bien, le gouvernement continue à ne rien faire. Et à en s’auto-statisfaire. C’est bien, c’est bien tout ça. Ce n’est plus du stop and go, c’est du go and go. Un seul homme qui dirige le pays se prend pour un épidémiologiste. Il se prend pour un tout. Une superpuissance à lui tout seul. Le maItre des horloges. Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac....


Vagues à lames... - epujsv - 15 février 2021 à  19:19

Plusieurs graphiques sur le nombre de décès pour remettre les pendules à l’heure. Mais comme le césar en chef se moque du nombre de décès par jour comme d’une guigne, tout le monde (ou presque) se moque du nombre de décès par jour comme d’une guigne. Eugéniste France qui a trouvé son maïtre.

Répondre à ce message #44038 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 16 février 2021 à  19:00

Les propositions du collectif Du Côté de la Science, évoluant au fur et mesure, et parues dans le Monde d’aujourd’hui sous le titre " Covid-19 : « La menace accrue impose de durcir la riposte » (pour abonnés)

Répondre à ce message #44039 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 17 février 2021 à  12:56

Et ce n’est pas ce qui manque comme propositions de scientifiques :
Zéro Covid : pour une stratégie sanitaire d’élimination du coronavirus
Tribune du 17 février 2021, Libération. (accessible aux non abonnés)

Répondre à ce message #44040 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 19 février 2021 à  21:58

"ça va aller " un twitter anonyme d’une femme qui travaille en ehpad.

Répondre à ce message #44041 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 27 février 2021 à  13:21

"Ce qu’on me demande d’accepter, c’est que ma santé, celle de mes élèves, celle de leur famille, celle de mes enfants, ne compte pas. Ce qu’on me demande, c’est de participer à un mensonge d’Etat. 15/"

Thread twitter d’une enseignante en IDF

Répondre à ce message #44042 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 27 février 2021 à  13:42

Nouveau communiqué de presse de Du Côté de la Science, du 26 février :

Nous devons changer de cap pour en finir avec le Covid-19 et préciser le chemin pour y parvenir

Répondre à ce message #44043 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 1er mars 2021 à  11:31

Covid à l’hôpital :

Sept.2020 + Oct.2020 + Nov.2020

nouvelles hospi. : 120 151
nouvelles admi. en réa. : 19 087
nouveaux décès hospi. : 16 371

vs

Déc.2020 + Janv. 2021 + Fév. 2021

nouvelles hospi. : 122 082
nouvelles admi. en réa. : 19 464
nouveaux décès hospi. : 25 468

Voir twitter Germain Forestier

Répondre à ce message #44044 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 3 mars 2021 à  12:03

Ah ? un nouveau geste barrière : croiser les doigts.

Répondre à ce message #44047 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 5 mars 2021 à  15:31

Interview de Dominique Castagliola par 2 journalistes (dont S. July) sur LCI le 4.03.2021 qui porte sur une analyse de la situation de la deuxième vague. Toujours dans le vif du sujet, la scientifique continue à présenter ses arguments. J’en ai relevé un extrait. Mais il ne s’agit pas de l’ensemble de l’entretien qui est à écouter, je crois fermement. Si j’ai relevé cet extrait, c’est bien parce que moi aussi j’ai le "sentiment" que de cercles privés en cercles collectifs, politiques, sociaux, c’est ce qui infuse principalement chez les français. Depuis déjà un bon moment. Et, vu les discours gouvernementaux d’hier, avant-hier, avant-avant hier, etc.... il est notoire que c’est bien leur angle de pensée politique, sanitaire, social, économique. (et pas seulement gouvernementaux, puisqu’aucun parti, organisation d’opposition, n’a démontré qu’ils pensent le contraire.
Tout ce petit monde glauque est bien unanime sur : " il faut savoir vivre avec le virus. Ce qui signifie dans les faits : il faut savoir en être malade, longtemps pour beaucoup de personnes, en souffrir, en mourir pour les personnes vulnérables, agées.". "Il faut savoir". Est-ce bien cela le sens de "savoir" ?

S. July : " on a l’impression quand même que les morts d’il y a huit mois étaient plus importants que les morts d’aujourd’hui"
D. Castagliola : " c’est le sentiment que ça donne. C’est un peu comme dans le scenario du film Soleil Vert : ils sont vieux, on va les euthanasier".

Répondre à ce message #44050 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 6 mars 2021 à  14:01

"Covid-19 : la hausse des cas n’est pas seulement due aux variants" Sciences et avenir du 4/03/21

"Or ce n’est pas forcément dans les régions avec la plus haute fréquence de variants que le R (nombre effectif de reproductions ) est le plus élevé. En effet, les régions avec les plus hautes fréquences des variants sont Normandie, Centre Val de Loire, Ile de France et Occitanie. Alors que le R est bien plus élevé dans les Hauts de France (1,21), qu’en Occitanie (O,89), Centre Val de Loire (1,01) ou Normandie (1,06). "

Répondre à ce message #44052 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 6 mars 2021 à  16:46

Pour mieux se rendre compte des effectifs de chaque classe d’âges à vacciner contre le COVID-19 et l’état d’avancement : Twitter germain Forestier 6 mars 2021

Répondre à ce message #44053 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 6 mars 2021 à  20:38

"Coronavirus : Et si on arrêtait de s’indigner à propos des gens dehors ?" 20 minutes du 6/03/21

"Dès lors, comment expliquer que la plupart des nouvelles mesures concernent exclusivement le dehors ? Deux hypothèses dominent. Premièrement, une mauvaise compréhension de la maladie, [...] Deuxièmement, « parce qu’il est plus simple d’interdire une plage ou un parc que d’identifier les clusters et prendre les mesures nécessaires. C’est plus de la communication pour avoir l’illusion d’avancer », se désespère un peu Yvon le Flohic.

"Tout cela n’est pas sans conséquence. En plus de faire diversion, cette surattention pour l’extérieur « brouille la communication sur l’importance de l’aération des lieux clos, comme les salles de classe », appuie le médecin. Difficile d’à la fois plaider en faveur d’un renouvellement de l’air venant de l’extérieur en présentant en même temps le dehors comme une zone de haute transmission du virus."

Répondre à ce message #44054 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 9 mars 2021 à  23:31
Répondre à ce message #44055 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 11 mars 2021 à  15:28

Bien résumé :
"Quels sont les lieux où l’on risque le plus d’être contaminé au Covid-19 ?" Slate du 11 mars 2021.

C’est marrant parce que ça fait au moins la 1500 e fois que la question est posée dans un journal, quel qu’il soit.
Et non, ce n’est pas le conseil de défense qui répond dedans. Mais des scientifiques. Boooouuuh, des scientifiques. C’est moche, ça. Et ça fait au moins la 1500e fois qu’on le sait. Sauf le gouvernement. Gouvernement sait pas. Gouvernement gouverne.

Répondre à ce message #44057 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 15 mars 2021 à  14:50

La gerbe : sur le taux d’incidence on est passés de 50, à 150, 250, puis maintenant 400 en seuil d’alerte, ou vigilance ou hyper vigilance ou hyper hyper vigilance, etc...

"C’est un point de vigilance très fort, mais il ne s’agit pas d’un seuil de confinement" Jean Castex à propos de l’Ile-de-France.

Rien, rien n’est sous contrôle, ils improvisent, ils parient, ils jouent, ils sont désastreux, catastrophiques, faisandés. tarés. Et ils persistent indéfiniment pour que Macron ne perde pas la face. Pour un seul homme, un seul, pour sa "gloire", ils laissent une épidémie continuer à se répandre toujours et toujours.

Pendant ce temps là, l’opposition dite "de gauche" organise des manifestations pour la culture. C’est vrai, c’est essentiel : pour les régionales et pour les présidentielles.

Tous obscènes.

Répondre à ce message #44060 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 15 mars 2021 à  23:43

Mémoire courte : avant le "confinement" du mois d’octobre des régions (7/13) avaient largement dépassé les 400 en taux d’incidence. Plus du double pour la région Auvergne Rhône Alpes. Voir graphique de Germain Forestier.
(combien y avait-ils de décès à cette période, de réas, je ne sais plus, j’ai perdu la mémoire aussi là dessus).

Donc en effet, pour le gouvernement, certainement qu’"un peu plus de 400" de taux d’incidence, c’est du pipi de chat pour 3 régions l’ approchant au 11/03.

Par contre, par département, c’est une autre histoire.

Enfin toujours est-il qu’il court, il court le virus. Et que les seuils d’alerte, etc.... sont tombées aux oubliettes depuis des mois. Qu’on se demande à quoi leur servent les indicateurs épidémiologiques, les taux d’hospitalisations, de réanimations, de décès, de long covids, les études sur les séquelles des personnes passées en réanimation, et les malades d’autres maladies qui ne peuvent être soignés. En somme on se demande si ça les intéresse. Si tout ce qui est du domaine de la santé des français les intéresse. En fait non, ça ne doit pas du tout, mais alors pas du tout être, leur préoccupation.

Le virus les emmerde, mais c’est tout. Ils traitent ça comme on traite un caillou dans une chaussure. Ce n’est pas un sujet primordial. C’est secondaire. Voire quasi insignifiant.
Et il en va de même pour "l’opposition de gauche".

Répondre à ce message #44062 | Répond au message #44060
Vagues à lames... - epujsv - 16 mars 2021 à  01:46

Seuil d’alerte très fort (mais pas suffisant pour réagir). Après les graduations d’ alertes successives, on surveille. Mais pas l’inverse. Ben non. A quoi ça sert la surveillance épidémiologique ? A rien. Ca rapporte pas assez. Pis c’est chiant.

Répondre à ce message #44063 | Répond au message #44060
Vagues à lames... - epujsv - 15 mars 2021 à  15:54

"Ils ferment les lieux de Culture ? Qu’on la propulse dehors !
Sinon on va faire quoi, contre la dépression qui ronge le pays ? Tous prendre des cachetons ? Non, de la culture partout, dehors, dans les quartiers et les campagnes ! A l’offensive, pour un printemps de joie
"
François Ruffin à l’Odéon le 9 mars 2021.

Un printemps de joie ? Même d’allégresse, allez, soyons ridicules jusqu’au bout.

Quand les bouffons du roi l’accompagnent dans sa célébration.

Répondre à ce message #44061 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 16 mars 2021 à  19:55

Wauquiez : "Les purificateurs d’air anti-Covid dans les écoles, ça marche, jure Laurent Wauquiez"

Je peux avoir la mémoire courte aussi de ce côté là, mais il me semble que c’est seulement à droite (pas des masses non plus) que des politiciens ont réagi à certaines situations de contaminations avant le gouvernement : les distributions gratuite de masques à Nice par Estrosi lors du premier confinement, et maintenant Wauquiez qui s’occupe de l’air des écoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes . Je n’ai pas souvenir qu’un seul, qu’une seule, élu-e de région, département, ville, "de gauche" ait pris une heureuse initiative contraire aux blocages sanitaires du gouvernement.

Répondre à ce message #44064 | Répond au message #44061
Vagues à lames... - epujsv - 21 mars 2021 à  13:05

François Ruffin s’éclate avec ses camarades de joie printanière, c’est la saison des amours :
"Sortez les popcorn, les amplis, les ballons et les drapeaux, Attal nous encourage à projeter les films, danser, jouer au foot et manifester en extérieur !

Répondre à ce message #44069 | Répond au message #44061
Vagues à lames... - epujsv - 18 mars 2021 à  10:05

Autotests salivaires payants pour les profs : Libé 18/03/21

Printemps de joie.

Répondre à ce message #44065 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 21 mars 2021 à  12:51

En fait, l’Education Nationale fait payer 2€ par test salivaire aux enseignants : 1€ pour le prélèvement et 1€ pour l’analyse. L’employeur fait payer aux employés les dispositions sanitaires de prévention . Et dans l’Education nationale il n’y a pas que les enseignants qui travaillent directement avec les enfants. Qu’en est-il pour les autres agents de la fonction publique qu’elle soit d’Etat ou territoriale si tests salivaires pour éviter les clusters ? Est-ce une façon pour le gouvernement de ne pas inciter les agents à se faire tester pour limiter les taux réels de contaminations dans l’Education nationale dans l’ensemble du personnel ? Et d’influencer tous les autres agents de la fonction publique qui seraient (seront ? sont ? ) amenés se faire tester : " tu veux un test ? tu payes. Moi patron étatique, toi payer la santé au travail". Il a payé son test Macron ? et Roselyne ?

Répondre à ce message #44068 | Répond au message #44065
Vagues à lames... - epujsv - 19 mars 2021 à  23:02

Nouveau communiqué du collectif " Du côté de la science", du 18 mars :
Nouvelles mesures : durcir, mais pas trop

Répondre à ce message #44066 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 19 mars 2021 à  23:20

Angleterre : 5000 cas/jour
Allemagne : 7000 cas/jour
Belgique : 5000/jour
Espagne : 2800
France : 30 000
(dont 60 000 enfants contaminés/semaine)

Répondre à ce message #44067 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 24 mars 2021 à  13:48

Le collectif Du côté de la science a décidé de publier un bulletin épidémiologique hebdomadaire clair, concis et commenté. A l’attention du public et des soignants.
Le premier : Bulletin Épidémiologique semaine 11 du 15-21 Mars 2021
A retrouver dans la rubrique "Infos Médicales" du site.

Répondre à ce message #44071 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 24 mars 2021 à  20:45

Le politique contre le savant, ou l’ignorance au pouvoir qui fait perdre du temps David Simard, 24 mars 2021, dans la rubrique Agora (Du côté de la science)

Répondre à ce message #44072 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 27 mars 2021 à  10:19
Répondre à ce message #44073 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 9 avril 2021 à  19:42

On a les "bonnes nouvelles" qu’on peut . Dixit le Berry Republicain dans son article du vendredi soir (aujourd’hui) suite au bulletin épidémiologique de l’ARS (du vendredi soir) : " Outre l’absence de décès dans les dernières 24 heures, le bulletin d’information quotidien de l’Agence régionale de santé (ARS) est pourvoyeur de bonnes nouvelles." + "La dynamique s’inverse : . Le taux d’incidence (le nombre de personnes positives pour 100.000 habitants) est à la baisse à la fois à l’échelle régionale (279,10) et à l’échelle départementale (275) sur la période allant du 30 mars au 5 avril, comparativement à la semaine comprise entre le 28 mars et le 3 avril (335,40 pour la région Centre-Val de Loire et 317,10 pour le Cher).

Comment peut-on considérer qu’un taux d’incidence (même en baisse sur une semaine seulement) de 275 est une bonne nouvelle ? Et qu’il n’y a pas eu un seul décès dans les dernières 24h seulement. A l’échelle du département. Et qu’est-ce qui permet au Berry republicain d’annoncer carrément " la dynamique s’inverse". Ce n’est pas de l’inversion, c’est une légère baisse. Et pour combien de temps ? Qu’en sait-il le Berry rep que ça va continuer à baisser ? et baisser jusqu’à combien ? Quand-est-ce qu’on peut considérer qu’une dynamique s’inverse réellement ? N’est-ce pas un peu tôt pour l’affirmer ? à quel niveau d’acceptation du taux d’incidence, du nombre de décès, hospitalisations, réanimations. Quel est donc le seuil d’acceptation du journalisme du quotidien local ?

Bref, c’est juste une information sur le taux d’incidence (et les autres indicateurs) , qui est toujours aussi mauvais. Ce n’est pas en soi ce qu’on appelle habituellement une "bonne nouvelle". C’est comme si Macron disait : " bonne nouvelle, je remonte dans les sondages".

Répondre à ce message #44075 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 10 avril 2021 à  13:34

Le taux d’incidence (et taux positivités) apparaît comme en baisse dans tous les départements (à peu près) : mais c’est artificiel puisqu’il y a eu le lundi de pâques. Le bulletin de l’ars du vendredi 9 avril présente les données du mardi 30 mars au lundi 5 avril, pâques.

Et je ne voudrais pas plomber l’ambiance de la good news dans laquelle certains journaux locaux tentent de plonger leurs lecteurs (France bleue Cher aujourd’hui : "Bourges espère une bonne saison estivale") mais faudrait vraiment arrêter de raconter n’importe quoi. Bourges hors du monde. Bourges, le Cher une exoplanète.

"Face à une épidémie mondiale, il faut réfléchir à une vaccination à l’échelle de la planète. "C’est pour ça que le problème est gravement épineux et ne concerne pas que la France, explique Mircea Sofonea. Évidemment en accélérant la vaccination en France, cela permettrait d’éviter l’émergence d’un variant préoccupant sur notre sol. Si un variant apparaissait sur un autre continent, il ne faudrait pas longtemps avant qu’il arrive en France. De plus, ce n’est pas dit qu’on les détecte facilement là où ils émergent." France Info 9/04/21 Covid-19 : la vaccination à l’échelle de la planète, l’arme fatale contre le virus et ses variants

"Il reste beaucoup d’inconnues. Si le vaccin se mettait à ne plus couvrir certains variants, si on le considérerait comme plus dangereux qu’efficace et qu’on n’en voulait plus, si la production ne parvenait finalement pas à tenir assez vite ses promesses, si les formes pédiatriques tardaient à arriver... Tout cela fragilise une stratégie uniquement vaccinale. " L’Express 9/04/21 :Antoine Flahault : "En France, la vaccination est une stratégie de sauve-qui-peut"

"Depuis cet échec, des objectifs chiffrés, il n’y en a plus. Les niveaux d’incidence (et les niveaux d’alerte correspondant) n’entraînent pas de mesure automatique. Aucun chiffre n’est requis pour prendre ou revenir sur une décision. La mortalité ou la saturation des hôpitaux ne sont commentées qu’en termes de hausse ou de baisse, jamais comme des paliers à ne pas dépasser. Seule la vaccination garde des objectifs fixes et indiqués : 10 millions de personnes vaccinées à la mi-avril, 20 millions à la mi-mai, et 30 millions fin juin. Cette politique sanitaire, sans limites précises, peut-elle au final être efficace ?"
Coronavirus : Peut-on gérer une crise sanitaire sans objectifs chiffrés ? Emmanuel Macron et le gouvernement ne donnent plus d’objectifs chiffrés après l’annonce de nouvelles mesures, ce qui n’est pas sans poser problème 20 minutes du 7/04/21

Répondre à ce message #44076 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 16 avril 2021 à  23:31

Comment lui dire ?

La semaine dernière (le vendredi soir 9 avril ) le BR annonçait sans vergogne qu’il voyait des bonnes nouvelles dans le bulletin épidémiologique de l’ARS à propos du taux d’incidence (et donc des cas+ et taux de positivités) sur la semaine glissante du mardi 30 mars au lundi 5 avril : il y interprétait une baisse du taux d’incidence par rapport aux semaine d’avant comme la manifestation d’un mieux. Mais le BR ne tenait pas compte du fait que le lundi 5 était le lundi de pâques, donc pas de tests. Donc baisse artificielle du taux d’incidence. Jamais il n’aura corrigé par la suite son interprétation. Même il poursuivra toute la semaine sur cette ligne en commentant favorablement les données des bulletins de l’ars qui allaient successivement du 3 au 9 avril (donc toujours avec un dimanche et lundi de pâques) puis du 4 au 10 avril. (idem)

Hier soir, jeudi 15, toujours aussi guilleret, toujours basé sur le bulletin de l’ars donnant les taux d’incidence (positivités, etc..) du 4 au 10 avril, il titrait : "La situation épidémiologique n’a pas évolué depuis mercredi, dans le Cher. En une semaine, la situation sanitaire s’est même améliorée. "

Et bing, le lendemain, c’est à dire ce soir, vendredi , le voilà qu’il titre, toujours sans vergogne : Covid-19 : deux décès supplémentaires dans le Cher où le taux d’incidence repart nettement à la hausse. Ca ne le dérange visiblement pas de se contredire du jour au lendemain. Evidemment que le taux d’incidence a brusquement augmenté puisque le précédent était artificiellement baissé : cette augmentation soudaine basée sur la semaine du 6 au 12 avril est tout autant artificielle puisque il s’agit de la sortie de la semaine du lundi de Päques.

Or, il est surtout recommandé dans cette situation où il y a eu un jour férié, de ne pas interpréter les indicateurs qui suivent. Il faut attendre encore quelques jours pour voir ce que cela donne. Peut-être même voire une semaine. Je ne suis pas journaliste, ni scientifique, ni savante en traduction des taux, mais depuis le temps, tout de même, il suffit de lire d’autres journaux, d’autres sources d’indicateurs et bulletins épidémiologiques pour faire attention à ne pas raconter toujours n’importe quoi. C’est à la portée d’un.e journaliste du Berry Republicain normalement. Donc, qu’est-ce-ce que c’est ? de la paresse ? de l’indifférence ? Je ne comprends pas. Et qu’est-ce que les lecteurs (s’il y en a encore) vont-y comprendre ? La veille on leur raconte que ça s’améliore, et paf, le lendemain, on leur raconte que ça se dégrade subitement. Ca ne peut pas être du jour au lendemain comme ça de toutes façons. D’ailleurs l’ARS s’abstient de faire tout commentaire sur les indicateurs qu’elle produit. C’est assez pénible d’ailleurs, on aimerait qu’elle puisse les interpréter. Mais ce n’est manifestement pas sa spécialité. Ou plutôt ça lui serait même interdit ? Ou disons fortement déconseillé ? Ca aussi c’est assez incompréhensible. Il semblerait que ce soit donc délégué au journal local de le faire. Mais à quel prix ? Dire n’importe quoi, n’importe quand ? Pour donner quelle visibilité aux lecteurs ? à la population du département. C’est curieux cette façon de faire. Ne pas chercher à faire attention. A être prudent. Comme avoir pris le parti pris de faire du journalisme négligeant. Comme si c’était par définition le but et l’objet du Berry Républicain.

Répondre à ce message #44096 | Répond au message #44076
Vagues à lames... - epujsv - 21 avril 2021 à  12:06

Le BR du jour est terrifiant de manipulation mentale : il publie une cartede l’évolution des taux d’incidence par département sur les 15 derniers jours. En rose et vert. Ce n’est pas de la négligence, et ce n’est pas anodin. C’est volontaire. C’est vouloir faire croire aux lecteurs qu’avec un taux d’incidence de 497, par exemple, en vert, tout va bien. En rose, 186, par exemple. C’est vraiment détestable d’être à ce point mensonger sur ce que signifie réellement ces taux d’incidence. Utiliser des couleurs qui représentent plutôt la douceur de vivre, la nature, etc....dans un contexte toujours aussi mortel et contagieux, dangereux. A ce stade, ce n’est plus de l’infantilisation des lecteurs. C’est pire. Bien pire. C’est verser dans la publication d’articles qui ont plus à voir avec la croyance, la religion, le fantasme que l’information. Tout comme le gouvernement qui ne fixe plus aucune limite en taux de baisse maximale de tous les indicateurs pour parvenir à une réelle très forte diminution de la circulation du virus et de ses variants (et ne fixe aucun moyen). Et c’est parti pour de longues semaines, mois, de matraquage, d’intoxication, de propagande. Enfin, ça ne fait que continuer encore et encore. Dans son sillage, pas uniquement le BR, les médias. Toute une flopée d’institutions, dont médicales, qui entretiennent les artifices mortifères du gouvernement.

Répondre à ce message #44099 | Répond au message #44076
Vagues à lames... - epujsv - 23 avril 2021 à  08:55

Article d’hier soir, lors de son compte-rendu quotidien reprenant les données de l’ARS. On appréciera le titre :
"Covid-19 : douze patients en réanimation dans le Cher et un nombre record en région" Record ? vraiment ? record signifie exploit. Pour le BR c’est donc un concours, un match, une réussite. " Ce n’est pas un échec"....

"Mais en une semaine, le taux d’incidence (nombre de personnes positives pour 100.000 habitants) est reparti à la hausse passant de 236,50 au 15 avril à 262,10, jeudi. [...] "Cette légère dégradation de la situation sanitaire sur une semaine est à tempérer puisque le 8 avril, le taux d’incidence avait bondi à 317,10 dans le Cher." Légère dégradation ? Alors qu’on est dans une situation toujours aussi catastrophique, le BR s’emploie consciemment à euphémiser les taux d’incidences fluctuants d’une semaine à l’autre mais toujours de 5 à 6 fois supérieurs au seuil d’alerte initial. (50). Et 2 à 3 fois supérieurs au seuil d’alerte renforcée (150), initial. Et en plein dans le seuil d’alerte maximale initial. (250). Comme pour la majorité des départements.

Le gouvernement, lors de ses allocutions quasi hebdomadaires, quotidiennes, met graduellement en place tout un système discursif qui n’a plus rien à voir avec la raison, mais avec la divagation, - la démence ?- pour inlassablement répandre la cécité générale. Le BR et bien d’autres avec. Ca s’appelle la barbarie.

Répondre à ce message #44100 | Répond au message #44076
Vagues à lames... - epujsv - 23 avril 2021 à  10:29

Comme dans tous les départements : je remets le lien qui ne fonctionnait pas. (site Visualisation Covid de Germain Forestier )

Répondre à ce message #44101 | Répond au message #44076
Vagues à lames... - epujsv - 25 avril 2021 à  12:08

Mahmoud Zureik : "Le déconfinement va se dérouler dans de mauvaises conditions"
L’épidémiologiste estime que le déconfinement est prématuré et regrette qu’il ne soit pas adossé à un objectif, ce qui rend la situation floue pour les Français. Interview. L’Express du 25/04/21

Répondre à ce message #44102 | Répond au message #44076
Vagues à lames... - epujsv - 10 avril 2021 à  14:22

Pour le Cher, le nombre de décès dans les hôpitaux seulement : 454 morts au 8 avril depuis le début de la crise sanitaire.

• 30 morts en mars " on va durablement vivre avec le virus"
• 44 morts en février "on va durablement vivre avec le virus "
• 77 morts en janvier "on va durablement vivre avec le virus "
• 73 morts en décembre "on va durablement vivre avec le virus"
• 90 morts en novembre "on va durablement vivre avec le virus "
• 23 morts en octobre " on va durablement vivre avec le virus"
• 8 morts en septembre
• 0 mort en août
• 3 morts en juillet
• 7 morts en juin
• 15 morts en mai
• 52 morts en avril
• 8 morts en mars

L’Echo du Berry du 9 avril dans " Du léger mieux en Centre-Val-de Loire", qui reprend des données ARS et SPF. Mais qui ne tient pas compte non plus du lundi de Pâques pour ses commentaires sur "un léger mieux" concernant les taux d’incidences et cas + détectés.

Répondre à ce message #44077 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 14 avril 2021 à  10:43

"Le taux d’incidence en semaine glissante au 08/04 est de 346. Le taux de positivité s’élève à 8,4%. L’interprétation de ces indicateurs calculés à partir des résultats des tests virologiques est devenue délicate. Ces dernières semaines ont vu une modification significative du profil des populations testées, avec en particulier la multiplication des tests salivaires dans les écoles avant leur fermeture, ce qui a accru le nombre de personnes non symptomatiques ni cas contact dans les populations testées. Le nombre de tests a, dans le même temps et en partie du fait des tests dans les écoles, considérablement augmenté, entraînant des retards et des rattrapages multiples dans le traitement des résultats portant sur plusieurs centaines de milliers de tests. Enfin, la semaine 14 compte un jour férié suivi de la fermeture des écoles, ce qui modifie de nouveau l’activité de tests. Les séries sur 7 jours sont alors hétérogènes dans leurs déterminants, ce qui doit conduire à la prudence dans l’interprétation des données et l’analyse de la circulation virale."

"Les variations décrites concernant les tests et se répercutant sur les taux de positivité affectent également le calcul des taux d’incidence par tranches d’âges et par département. La plupart des taux d’incidence sont orientés à la baisse, mais restent très élevés, à 346 au niveau national, et à plus de 600 dans le Val-d’Oise, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne. Avec la baisse du nombre de personnes testées, en particulier parmi les enfants, le nombre de personnes testées positives baisse dans la plupart des départements, à l’exception notable de la Creuse en métropole et de la Guyane en outre-mer. La hausse du nombre de personnes testées positives est également notable en Charente-Maritime, dans le Puy-de-Dôme et en Ardèche"

"Au niveau national, la part du variant dit britannique continue de progresser parmi les tests positifs criblés pour se rapprocher des 83% sur 7 jours (à J-3). La part des variants dit sud-africain et brésilien, non distingués dans les données ouvertes, est en léger retrait à 4%. Les évolutions sont cependant différenciées au niveau départemental, et entre la métropole et l’outre-mer. Les variants brésilien et sud-africain sont logiquement beaucoup plus présents en Guyane, à la Réunion et à Mayotte. Ces mêmes variants progressent en outre dans certains départements de la métropole, notamment en Île-de-France, tandis qu’ils régressent en Moselle, où ils représentent toutefois près de 30% des tests positifs criblés. Signalons par ailleurs que la part des tests positifs criblés est en recul depuis plusieurs semaines, et qu’elle est passée d’environ 60% début mars à 55% fin mars et 52% début avril. Les taux de variants du SARS-CoV-2 portent donc sur environ la moitié des tests positifs détectés."

Bulletin épidémiologique hebdomadaire de Côté Science : du 4 au 11 avril

Répondre à ce message #44081 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 14 avril 2021 à  11:38

"Les capteurs de CO2, condition des réouvertures

La transmission par aérosols a un impact important sur la réouverture des lieux fermés aujourd’hui au public. On voit bien que les systèmes de jauges, s’ils ont une logique qui découle de ce que nous venons d’expliquer, ne sont pas toujours très faisables et parfois même faussement rassurants. Le protocole de réouverture des restaurants prévoit que, fin mai, toutes les terrasses et 50% de la jauge en intérieur seront autorisés .

Autant l’ouverture des terrasses se justifie aisément – elles pourraient déjà d’ailleurs être ouvertes–, autant la réouverture des salles en intérieur est plus problématique, à moitié remplies ou non. En effet, le restaurant est par définition un lieu où l’on retire son masque pour manger. Et, le plus souvent, on y va accompagné et l’on parle, d’où d’importantes émissions d’aérosols sans que l’air ne soit toujours suffisamment renouvelé. La réouverture des restaurants devrait être conditionnelle à la vérification d’une ventilation efficace mesurée en permanence par des capteurs de CO2 correctement installés. En cas d’impossibilité d’obtenir un niveau de renouvellement d’air suffisant, des ventilistes pourront conseiller l’installation de purificateurs d’air qui fonctionnent aussi très bien.

Le plan de réouverture des cinémas et des salles de spectacles fait aussi l’impasse sur la question des aérosols. On parle encore volontiers de jauges, parfois de distance, mais jamais d’aération, ni d’ailleurs de port du masque.

Et, alors que l’Éducation nationale aurait pu profiter des semaines de cours à distance et de vacances pour renforcer ses protocoles, promettre des capteurs de CO2 dans chaque salle de classe et dans les cantines, promouvoir les activités extérieures, rien n’est encore annoncé pour la rentrée."

Slate du 14/04/21 : Laure Dasinières et Antoine Flahaut

Répondre à ce message #44082 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 14 avril 2021 à  11:48

Covid-19. En Espagne, des élèves ont classe sur la plage
En Espagne, une école située dans la région de Murcie organise désormais ses cours sur la plage. Les élèves, âgés de 3 à 12 ans, suivent des cours d’une vingtaine de minutes les pieds dans le sable, dans le cadre d’un programme visant à offrir une meilleure qualité de l’air aux enfants en pleine pandémie de Covid-19.
Ouest-France, 13/04/21

Répondre à ce message #44083 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 14 avril 2021 à  12:05
Répondre à ce message #44084 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 14 avril 2021 à  12:10

Le variant P1 du Brésil : charge virale 10 fois supérieure à la celle de la souche classique.

Répondre à ce message #44085 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 15 avril 2021 à  16:08

Covid-19 : ce qu’il faut savoir sur le variant brésilien P.1Marc Gozlan, Blog Réalités biomédicales, 15 avril 2021

Répondre à ce message #44093 | Répond au message #44085
Vagues à lames... - epujsv - 16 avril 2021 à  12:34

Pourquoi les variants changent la donne : Usbek et Rica 15/04/21. Entretien avec Samuel Alizon, spécialiste des maladies infectieuses, CNRS, Montpellier

"L’efficacité des vaccins est-elle menacée  ?

Tout dépend de quel vaccin on parle. D’après les premières études parues sur le sujet, les vaccins à ARN messager Moderna et Pfizer resteraient suffisamment efficaces pour avoir des effets notables en population générale sur les variants V2 et V3. S’agissant du nouveau vaccin Janssen, si les premiers essais cliniques laissent suggérer une efficacité équivalente, le faible nombre de cas recensés « ne permet pas un comparatif statistique pertinent », comme le résume Libération dans un article de décryptage datant du 31 mars.

C’est surtout l’efficacité du vaccin d’AstraZeneca face aux variants V2 et V3 qui semble remise en cause. Le 9 avril, la Haute Autorité de Santé (HAS) a ainsi réalisé une revue des données disponibles sur le sujet, « afin d’évaluer, pour le mois d’avril, la nécessité d’une adaptation de la stratégie vaccinale ». Résultat : les autorités sanitaires recommandent d’utiliser exclusivement des vaccins à ARN messager en Outre-Mer (Guyane, Mayotte et La Réunion) et en Moselle, les territoires les plus concernés par la propagation des variants sud-africain et brésilien. « Dans le reste du territoire national, la proportion du variant sud-africain reste systématiquement inférieure à 20 %, indique la HAS. Cela ne justifie pas d’y mettre en place, à ce stade, une stratégie différenciée de recours aux vaccins. »

À noter qu’en Moselle, l’ARS et la préfecture n’ont pour le moment pas suivi les recommandations de la HAS. Mercredi 14 avril, le département continuait à vacciner avec AstraZeneca. L’Ordre des médecins de Moselle a exprimé son « incompréhension » face à cette décision. « Les gens n’arrêtent pas d’appeler leur médecin » et « nous, on est assaillis par les praticiens mosellans qui ne savent que faire », a indiqué à l’AFP le président du conseil de l’Ordre des médecins en Moselle, Laurent Dap.

Le calendrier de la campagne vaccinale est-il compromis  ?

À ce stade, la France compte toujours ouvrir la vaccination à tous au milieu du mois de juin, mais beaucoup d’inconnues demeurent. « Tout dépend des gestes barrières et des mesures de contrôle de l’épidémie, avance Samuel Alizon. À ce stade, il y a beaucoup d’inconnues, car on sait que V2 et V3 contournent facilement l’immunité naturelle, et sans doute aussi le vaccin AstraZeneca, au moins pour le variant V2 ». Or, selon ce spécialiste des maladies infectieuses, une augmentation du nombre de cas des variants V2 et V3 dans toute la France n’est pas à exclure « en cas de relâchement fort des gestes barrières ou de réouverture trop rapide ». Ce qui pourrait alors inciter, selon toute logique, la Haute Autorité de Santé à généraliser sa recommandation de ne plus utiliser le vaccin AstraZeneca… à tout le territoire.

«  Il faut vacciner tout en maintenant un contrôle épidémique à bas niveau et en articulant cette campagne à toute une palette de mesures, préconise donc Samuel Alizon. Plus vous avez une épidémie qui circule, plus vous avez une évolution virale, plus vous fragilisez l’efficacité des vaccins. » Et de trancher : « Vacciner et tout relâcher n’est pas une option satisfaisante. »

Répondre à ce message #44094 | Répond au message #44085
Vagues à lames... - epujsv - 16 avril 2021 à  14:57
Répondre à ce message #44095 | Répond au message #44085
Vagues à lames... - epujsv - 19 avril 2021 à  11:51

Sur la part des variants détectée au niveau national :

" Au niveau national, la part du variant dit britannique parmi les tests positifs criblés est stable à près de 83% sur 7 jours (à J-3). La part des variants dit sud-africain et brésilien, toujours non distingués dans les données ouvertes, est également stable à 4%. Les évolutions restent logiquement différenciées entre la métropole et l’outre-mer. Signalons ce qui semble être une anomalie concernant Mayotte, avec une disparition du variant sud-africain, alors qu’il représentait plus de la moitié des tests positifs criblés. Les variants sud-africain et/ou brésilien continuent de progresser en Île-de-France, et continuent de régresser en Moselle. Ils augmentent fortement en Creuse, passant de 9,8% à 29%. La part des tests positifs criblés continue de reculer, et est passée d’environ 60% début mars à 55% fin mars, 52% début avril, et moins de 50% (48,4%) au 15 avril. Les taux de variants du SARS-CoV-2 portent donc sur moins de la moitié des tests positifs détectés."

Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 12 au 18 avril : Du côté de la Science

Répondre à ce message #44098 | Répond au message #44085
Vagues à lames... - epujsv - 14 avril 2021 à  13:35

"Tandis qu’on s’affaire sur le décor, les lumières et les problèmes techniques inhérents à un spectacle vivant, le hall du théâtre Jacques-Cœur grouille. Un atelier langage s’y déroule. Objectif : trouver les mots justes pour d’être aussi clair que possible face au gouvernement et face à la population."

Ben vu la photo, c’est clair : Berry Républicain du 14/04/21 Des résidences se déroulent dans le théâtre Jacques-Cœur de Bourges, occupé depuis trois semaines. Pas besoin de mots, de langage. Atelier sans masque. Le monde de la culture est décidément bien ce qu’il est. : snob et stupide.

Répondre à ce message #44086 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 14 avril 2021 à  14:52

Pourquoi l’épidémie de Covid stagne, voire repart, au Chili et aux Etats-Unis malgré une large vaccination ? L’Obs du 13/04/21

"La bio statisticienne Dominique Costagliola suggère, elle, à l’AFP que les mesures anti Covid-19 ont été trop vite retirées : « Si on les enlève complètement trop rapidement, on va se retrouver dans la situation d’un pays comme le Chili, qui a vacciné une grande proportion de sa population mais qui a relâché les mesures trop tôt et qui fait face à une vague pratiquement supérieure à celles qu’il avait connues jusque-là. »

"Dans « Ouest-France », le généticien Philippe Froguel, estime également que lorsque les variants se propagent très activement, « une couverture de 30 % de la population pour la première dose de vaccin ne change pas grand-chose. » Les deux doses de vaccin sont davantage efficaces, d’où le souhait de Joe Biden d’accélérer encore davantage la vaccination et de la rendre accessible à tous les adultes dès le 19 avril."

En France : Les 1e injections restent privilégiées et représentent près du triple des 2e injections. Seulement 16% de la population ont reçu au moins une 1e injection, et seulement 5,5% sont complètement vaccinés.

Répondre à ce message #44087 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 14 avril 2021 à  15:33

6 résidents d’ehpad décédés et enregistrés en 24 h dans le Cher. Berry Republicaind’hier soir. Pour quelles raisons ? C’est beaucoup d’un seul coup pour des lieux qui sont normalement devenus sécurisés grâce aux vaccinations. S’agissait-il de personnes non vaccinées ? ou vaccinées à seulement 1 dose ? y a t-il à nouveau un ou des clusters d’ehpad ? L’enregistrement de ces décès à été faits en 24h : mais s’agit-il de décès cumulés sur les derniers jours ? d’avant ? Merci pour l’info du B.R et sa préférence pour l’investigation et la précision.

Répondre à ce message #44088 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 14 avril 2021 à  21:11

Cela fait deux soirs de suite que le BR emploie les termes déconcertants de "indicateurs épistémologiques" pour ses compte-rendus quotidiens. Ca ne va pas en s’arrangeant.

Répondre à ce message #44090 | Répond au message #44088
Vagues à lames... - epujsv - 15 avril 2021 à  01:59

Les personnes de plus de 80 ans sont en fait moins vaccinées (ayant reçu au moins une première injection) que la tranche d’âge des personnes de 70-79 ans. En terme de pourcentage de couverture vaccinale (et non en nombre) par tranche d’âge. Dans à peu près tous les départements. Voir les tableaux départementaux du site de Germain Forestier : Évolution du pourcentage de la population ayant reçu au moins une dose de vaccin par classe d’âge. . Quelles peuvent en être les raisons ? Toutes les personnes de plus de 80 ans ne sont pas forcément en ehpad ou résidence, foyers, et ne peuvent pas se déplacer dans les centres de vaccination ? Et/ou dans les ehpad, résidences, foyers, les vaccinations des personnes agées ne sont pas encore terminées Ceci explique donc certainement que les décès des personnes très agées continuent. Et que ça continue à faire tristement l’objet des titres du BR (mais sans plus d’explications) de façon encore beaucoup trop régulière. Ceci dit, ce n’est pas non plus la gagne pour les personnes de 75 à 79 ans. Au niveau national, 64,8% de cette tranche d’age a reçu une dose ( une dose pour 58,2 % des personnes de plus de 80 ans), 32,6 % deux doses ( deux doses pour 31,1 % des personnes de plus 80 ans). De 70 à 74 ans : 43,1% ont reçu une dose. 7,1 % 2 doses. 65-69 ans : 24,7 % ont reçu une première injection. 3,9% la deuxième. 60-64 ans : 20,9% pour la première dose. 3,9 % la seconde.
Comme on ne parle plus des morts, on ne parle plus des vieux. Ou le nombre total de morts ne parle plus des vieux. Ce sont pourtant les mêmes. Toujours les mêmes qui sont le plus frappés violemment par le virus. Et lorsqu’on reparlera des "100 000 morts de la nation" on annoncera qu’il faut lever le confinement. "100 000 morts de la nation" qui feront oublier les prochains, toujours les mêmes, toujours les vieux.

Répondre à ce message #44091 | Répond au message #44088
Vagues à lames... - epujsv - 18 avril 2021 à  14:01

Pour la région Centre Val de Loire, nombre d’hospitalisations par classe d’âge aux dates du confinement (3/04/21) et au 17/04/21 hier samedi + nombre de décès cumulés depuis le début de la crise (hors Epahd et domiciles), en établissements de santé et médico-sociaux

9o ans et +
3/04 : 128 personnes hospitalisées
17/04 : 136
Décès cumulés : 639

80-89 ans
3/04/21 : 284
17/04 : 303
Décès cumulés : 961

70-79 ans
3/04/21 : 278
17/04/21 : 271
Décès cumulés : 465

60-69 ans :
3/04/21 : 186
17/04/21 203
Décès cumulés : 213

50-59 ans :
3/04/21 : 87
17/04/21 : 117
Décès cumulés : 59

40-49 ans :
3/04/21 : 41
17/04/21 : 45
Décès cumulés : 14

30-39 ans :
3/04/21 : 24
17/04 : 26
Décès cumulés : 2

20-29 ans :
3/04/21 : 11
17/04/21 : 9
Décès : 1

10-19 ans :
3/04/21 : 2
17/04/ : 0
Décès : 0

0-9 ans
3/04/21 : 2
17/04/21 : 1
Décès : 0

Outil collaboratif utilisé d’après les datas de Santé Publique France : ES-IODE - Covid 19 Données hospitalières et répartition par classe d’âge en France

Répondre à ce message #44097 | Répond au message #44088
Vagues à lames... - epujsv - 14 avril 2021 à  16:04

Covid-19 : la barre des 100 000 morts en France est déjà franchie depuis des semaines
"Les données du centre d’épidémiologie sur les causes de décès de l’Inserm, plus fiables car établies à partir des certificats de décès, confirment que le bilan officiel de Santé publique France est largement sous-estimé."
Le Monde du 14/04/21

Répondre à ce message #44089 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 28 avril 2021 à  11:23

À quand une stratégie mondiale contre le Covid ? Chacun dans nos replis nationalistes, dans nos pensées locales et souvent étriquées pour résoudre un problème global, nous avons loupé le coche de l’universalité.
Laure Dasnières et Antoine Flahaut, Slate, 28/04/21

Répondre à ce message #44103 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 3 mai 2021 à  10:13

"Mais voilà, le Gentil Organisateur en chef du grand club Med que tend à devenir notre pays, organise les festivités, siffle les récréations, gronde les récalcitrants, n’écoute plus les experts et, intronisé lui-même grand expert en chef, décide d’un retour progressif à ce que, du même coup est défini comme étant la vie normale, la vie d’avant..! "
[...]

"A bas les grincheux et les empêcheurs de vivre joyeusement, même s’il faut se forcer et rire jaune, l’avenir radieux est devant nous, même jonché de cimetières."
[....]
" Mes chers concitoyens, si nous avions encore un peu de dignité, de sens commun et d’esprit collectif, nous refuserions d’avancer aveuglés par cette carotte que l’on nous tend au bout de cet horizon grotesque d’un joyeux et pépère déconfinement, nous refuserions de nous laissés ainsi marionnettisés et instrumentalisés par de mirifiques promesses de dupes, qu’on nous repeigne en rose et à l’envie les jours à venir, nous ferions ainsi acte véritable d’humanité et de citoyenneté, de solidarité vivante !"

C’est rarissime de lire ou d’entendre ça. Beaucoup trop. Et du coup les "chers concitoyens" se comptent sur les doigts de la main.
Désobéissons : restons confinés ! Blog Mediapart 1/05/21

Répondre à ce message #44104 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 3 mai 2021 à  12:53

Covid-19 : comment Emmanuel Macron a tout raté par Sylvestre Huet, Regards, 27 avril 2021
"La crise sanitaire a souligné la nécessaire mobilisation des scientifiques pour conseiller les pouvoirs publics et les citoyens quant aux actions à conduire. Mais l’échec de la plupart des gouvernements européens, dont la France d’Emmanuel Macron, à gérer « au mieux » la menace du Sars-Cov-2 a également montré que cette mobilisation de l’expertise peut faillir. La faute à qui ?"

Répondre à ce message #44105 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 3 mai 2021 à  13:34

"Résumé de la situation actuelle :

La situation hospitalière a amorcé une décrue. Au 02/05, les hospitalisations en cours s’élèvent à 28 818 (-4,9% par rapport au 25/04). Les soins critiques s’élèvent à 5 585 (-6,6% par rapport au 25/04). Ces niveaux sont équivalents ou supérieurs à ceux observés à la fermeture des écoles le 02/04 (28 729 hospitalisations et 5 254 soins critiques en cours), mais dans une dynamique descendante, qui demande à être confirmée dans les prochaines semaines.

Encore 2 004 nouveaux décès ont été enregistrés sur la semaine. C’est moins que la semaine précédente (-6,4%), mais plus que la semaine 15. Les nouveaux décès en EPHAD ont cessé de baisser, et se maintiennent à plus de 40.

Le niveau global de circulation virale détecté continue d’être en baisse tout en se situant toujours à un niveau élevé. Le taux d’incidence en semaine glissante au 29/04 est de 256. Le taux de positivité s’élève à 8,3%, et est le plus élevé chez les 10-19 ans, à 10,1%.

Chez les plus jeunes, l’incidence et le taux de positivité repartent à la hausse chez les 3-5 ans dans la plupart des régions. Pour les autres tranches d’âges jusqu’à 17 ans, les évolutions sont plus contrastées selon les régions.

Au 29/04, 60 départements ont une incidence sur 7 jours supérieure à 200, 3 supérieure à 400, 0 supérieure à 500. Aucun département n’a une incidence supérieure à 600.

Au cours de la semaine, 1 749 861 personnes ont reçu au moins une première dose de vaccin, soit 14,8% de plus que la semaine précédente. 1 324 742 ont été complètement vaccinées, soit 32,9% de plus que la semaine précédente.

Depuis le début de la vaccination, 23,5% de la population ont reçu au moins une dose et 10,2% ont été complètement vaccinés. 73,4% des 70 ans et plus ont reçu au moins une dose, 45,3% sont complètement vaccinés.

Au niveau national, le variant dit britannique du SARS-CoV-2 est en léger recul, à 81,9% des tests positifs criblés. Les variants dit sud-africain et brésilien continuent d’augmenter, à 5,3%. La part de variants indéterminés reste élevée, à 9,4%. La part des tests positifs criblés se stabilise à 51,1%."

Plus de détails dans le bulletin épidémiologique hebdo (26 avril au 2 mai) de Du Côté de la Science

Répondre à ce message #44106 | Répond au message #44037
Vagues à lames... - epujsv - 8 février 2021 à 12:19
Vagues à lames... - epujsv - 6 février 2021 à 19:53

Du côté de la science :
"Allocution de Jean Castex, une inaction irresponsable" 4/02/21


Vagues à lames... - epujsv - 6 février 2021 à 19:22

Pour faire comme le Berry Rep : une bonne nouvelle. Dans la rubrique : youpi covid.
La pandémie de coronavirus dope le marché des sextoys. Fr. Bleue du 4/02/21


Vagues à lames... - epujsv - 27 janvier 2021 à 20:58

Quatrième séance exceptionnelle sur la maladie à coronavirus COVID-19 de l’Academie des Sciences : du 27 janvier 2021. Avec trois experts de la covid 19.

- point sur les données épidémiologiques : Dominique Costagliola
- point sur les nouveaux variants : Etienne Simon-Loriere
- point sur les traitements et soins : Karine Lacombe
+ Questions et participation d’internautes,

Bien faire attention parce que c’est qualité, intelligent, et qu’on n’a pas l’habitude. Certains pourraient même trouver ça suspect.