Google : je réponds vite, donc je suis intéressant

mardi 17 novembre 2009 à 20:34

Le webzine Numerama annonce que Google pourrait changer ses critères de sélection pour afficher l’ordre des sites qu’il propose en fonction des requêtes des internautes. « Google songe à hierarchiser ses résultats de recherche, non plus seulement en fonction de la qualité du contenu proposé et de leur pertinence par rapport aux recherches, mais aussi en fonction de leur rapidité de chargement. »
Toujours plus de rapidité, toujours plus d’immédiateté, telle est la loi d’airain du développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, et donc d’internet naturellement.
Après tout, en quoi cette nouvelle est-elle importante ? « Pour parvenir à une grande vitesse d’affichage, les petits marchands ou les petits blogueurs ne disposeront pas des mêmes armes que les grands groupes, mieux équipés en ingénieurs et serveurs à forte capacité d’accueil. Pour eux, le monde ne sera plus plat. »
Décider de l’intérêt d’une information non sur le critère de la pertinence ou de la popularité, mais sur le critère technique de la puissance en terme de vitesse de réponse, c’est introduire une hiérarchie entre les gros et les petits, ceux qui ont les moyens, et ceux qui ne les ont pas. Une façon de discriminer dans un domaine où régnait auparavant une sorte d’égalité de traitement des sources.
Comme quoi, la censure — pardon la régulation — peut prendre des formes diverses et variées. Il va devenir urgent de casser le monopole de fait du moteur de recherche Google, et de trouver des portes d’accès aux ressources du net qui ne passent pas par le géant américain.

Voir en ligne : Google pourrait favoriser les sites les plus rapides à s’afficher


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?

commentaires
Google : je réponds vite, donc je suis intéressant - B. Javerliat - 20 novembre 2009 à 13:57

Pour compléter, cet intéressant article : « Tout le monde a intérêt à transformer Internet en Minitel »


#24565
Google : je réponds vite, donc je suis intéressant - Mister K - 20 novembre 2009 à  15:39

Oui, cet article est super intéressant. Benjamin Bayart est un gars bien ;-)
C’est désormais fameux concept du minitel 2.0...

#24566 | Répond au message #24565
Google : je réponds vite, donc je suis intéressant - bombix - 20 novembre 2009 à  16:43

Oui, très intéressant. On aurait pu en faire une brève. C’est plus visible et ça se retrouve mieux qu’un lien dans un forum. ;-)

#24567 | Répond au message #24565
Google est gentil - 18 novembre 2009 à 12:01

Suite à la fronde des éditeurs de livres européens, Google a réduit le champ d’application de son accord aux éditeurs anglo-saxons (États-Unis, Royaume-Uni, Canada et Australie). Google est gentil, il ne pirate plus les livres européens.

Les pays qui n’ont pas signé l’accord avec Google n’ont plus accès à la « class action ». « Si les éditeurs français veulent intenter une action contre Google, ils peuvent toujours le faire, mais individuellement », a précisé Philippe Colombet, directeur de Google Livres France. Faut pas faire chier Google, il est gentil.

Bibliothèque numérique : Google persiste et signe


#24528
Google : je réponds vite, donc je suis intéressant - B. Javerliat - 18 novembre 2009 à 10:33

Le vrai problème de Google est ailleurs
Le moteur de recherche, c’est le pot de miel.
Le vrai business, c’est les autres produits dérivés : Autres produits Google
Là, ils récoltent gros de données personnelles, seule vraie valeur marchande.

Et toutes ces données personnelles aux mains des Etats-Uniens soumis au Patriot Act, c’est une bombe potentielle.
Mais allez-donc faire comprendre ça aux ramollis du bulbe qui nous entourent et qui se ruent pour donner leurs données personnelles à FaceBook ou autres Twitter juste pour faire comme les autres mollusques.

Pas loin d’ici : le Café Repaire du Berry, qui dénonce les méfaits de la mondialisation et des OGM, a fait son blog sur Blogger... qui appartient à Google, symbole de la mondialisation s’il en est ! Comme quoi, être "anti" n’est pas suffisant pour réfléchir.

En France de toutes manières, Google est déjà filtré.
Essayez d’aller sur www.google.com et regardez la barre d’adresse. Si comme moi, vous avez désactivé les cookies, vous restez bloqué sur www.google.fr


#24526
Google : je réponds vite, donc je suis intéressant - Mister K - 18 novembre 2009 à  15:01

Là, ils récoltent gros de données personnelles, seule vraie valeur marchande.

Oui, enfin, depuis l’éclatement de la bulle internet en 2001, on en est revenu de cela, hein...
Non, ce n’est pas tant les données personnelles que le nombre d’utilisateurs qui est intéressant. Les réseaux sociaux ont cela de particulier qu’ils grossissent sans cesse et que ce sont les utilisateurs eux-mêmes qui réalisent le boulot de recrutement. Ce qui est intéressant, c’est d’avoir des millions d’utilisateurs dont on peut cibler un peu les centre d’intérêt pour afficher la bonne pub, c’est tout. Quand vous avez des millions d’utilisateurs chaque jour, vos revenus publicitaires sont assurés.

Et toutes ces données personnelles aux mains des Etats-Uniens soumis au Patriot Act, c’est une bombe potentielle.

Ouai... ;-) Si ce sont des français, c’est pas mieux, hein...

Mais allez-donc faire comprendre ça aux ramollis du bulbe qui nous entourent et qui se ruent pour donner leurs données personnelles à FaceBook ou autres Twitter juste pour faire comme les autres mollusques.

Des fois, il est bien de parler de ce que l’on connait. Pour Twitter par exemple, voici les informations obligatoires à fournir : un login, une adresse email, un mot de passe, votre nom ou pseudo (au choix).
Tout le reste est optionnel. Bon, les ramollis du bulbe et autres mollusques, ils prennent pas trop de risque avec Twitter. Mais les vieux renards, ils simplifient ou caricaturent beaucoup. Sur facebook, je ne sais pas, je n’utilise pas...

En France de toutes manières, Google est déjà filtré.
Essayez d’aller sur www.google.com et regardez la barre d’adresse. Si comme moi, vous avez désactivé les cookies, vous restez bloqué sur www.google.fr

Bon, faudrait arrêter de dire n’importe quoi de temps en temps. Que fait Google par défaut ? Il essaie de localiser votre interface en fonction de votre position géographique probable. Sur quoi se base-t-il pour cela ? Votre adresse ip (ou éventuellement sur la langue utilisée par votre navigateur). C’est censé vous rendre service avant tout (et accessoirement, vous afficher des publicités dans votre langue). Si vous voulez aller sur Google.com, vous le pouvez, il suffit d’activer les cookies... Donc, cela n’a rien à voir avec du filtrage comme on l’entend en Chine par exemple.
Être critique vis à vis de Google, c’est sain et même vitale. Être malhonnête et manipulateur dans sa critique du même Google, c’est contre-productif.

#24533 | Répond au message #24526
Google : pas de raccourcis - Mister K - 18 novembre 2009 à 01:35

Pour parvenir à une grande vitesse d’affichage, les petits marchands ou les petits blogueurs ne disposeront pas des mêmes armes que les grands groupes, mieux équipés en ingénieurs et serveurs à forte capacité d’accueil. Pour eux, le monde ne sera plus plat.

Oui, bof, cette distinction est très discutable. Bien souvent, les sites réalisés par des amateurs sont bien meilleurs, y compris techniquement, que les sites produits par des grands groupes.

A noter d’ailleurs, que, actuellement, les sites les plus rapides sont potentiellement mieux traités par Google que les autres puisque le robots Google en mettant moins de temps à les parcourir, en index éventuellement plus de pages... Et c’est certainement là le gain principal attendu par Google : si les sites sont globalement tous plus rapides, Google pourra les explorer plus souvent et donc globalement indexer plus de pages en moins de temps.

Comme quoi, la censure — pardon la régulation — peut prendre des formes diverses et variées.

Si cette règle est appliquée, parler de censure et même de régulation ne me parait pas approprié. A y regarder de près, Google, en appliquant un certain nombre de règles, classe forcément les sites entre eux, c’est déjà le cas. On ne peut pas pour autant parler de censure ou de régulation...sauf par exemple en Chine ou des critères politiques sont appliqués. A partir du moment où tout le monde sait que la rapidité d’un site sera un des multiples critères d’indexation, avec une importance forcément très relative, cela poussera vraisemblablement à une meilleure qualité des sites web...ce qui est plutôt dans l’intérêt des internautes. Mieux, je dirai que les sites sans publicité, qui n’utilisent pas des technologies propriétaires lourdes seront favorisés puisque forcément plus rapide à parcourir. Résultat, il est possible que des sites non commerciaux soient mieux traités sur ce plan que les sites commerciaux. Bref, cette objection ne me parait pas valable et pour tout dire, abusive.

Il va devenir urgent de casser le monopole de fait du moteur de recherche Google, et de trouver des portes d’accès aux ressources du net qui ne passent pas par le géant américain.

Oui, tous les monopoles sont mauvais et celui de Google l’est potentiellement plus que d’autres. Mais attention, à bien y regarder de près, Google est loin d’avoir un monopole dans le domaine des moteurs de recherche. Cette impression, on l’a car Google représente peut-être 70% (je donne un chiffre au pif...) des recherches sur internet. En réalité, il y a des alternatives...mais nettement moins bonnes au niveau du résultat fourni. Bref, Google est un leader écrasant parce qu’il est de loin le meilleur, ce n’est pas tout à fait la même chose quand même. Et malheureusement, le seul concurrent potentiel du géant google est bing qui appartient à un autre géant qui n’a pas vraiment fait ses preuves au niveau de l’éthique...j’ai nommé Microsoft. En France, il y a Exalead qui se defend. Mais bon, pas de quoi inquiéter Google...


#24523
Google : pas de raccourcis - bombix - 18 novembre 2009 à  08:03

J’ai voulu faire remarquer cet article pour plusieurs raisons.
1) Ça me semble un peu dingue de retenir la rapidité d’affichage d’un site comme un critère d’intérêt d’icelui. Perso, voilà bien longtemps, cad depuis que j’ai adsl, que je n’ai plus de problèmes de ce côté-là. Quand tu dis toi-même que site rapide=site confortable=aller dans l’intérêt de l’internaute, j’en reste pantois. Je maintiens que l’intérêt d’un site, ce n’est pas son habillage, mais son contenu. Pas le tuyau, mais ce qui passe dedans. Pas à quelle vitesse ça passe, mais ce qui passe.
Donc je crois qu’il faut lire entre les lignes. Parce qu’évidemment, paradoxalement, ce devrait être des sites très pauvres en multimédia, sans images, ni flash, ni vidéos ni quoi que ce soit, pourquoi pas en mode texte pur, qui devraient être favorisés, comme tu le fais remarquer. Ce qui n’est certainement pas l’intention de Google. Je vois plutôt l’intention ici de diriger l’attention sur des sites de facture professionnelle ; et alors la rapidité de la réponse, ce n’est jamais qu’un critère (parmi d’autres, celui là annoncé) de professionnalisme, un signe. Une façon de distinguer amateurs et professionnels. Ce que vise également Hadopi comme nous l’avons fait remarquer. J’ajouterai que d’un point de vue technique, si les types de contenus influent sur la rapidité du site, l’hébergement aussi. Rien à voir entre des serveurs mutualisés du type Ouvaton, et des serveurs dédiés par exemple. Rien à voir en terme de coût non plus.
2) Je continue de m’interroger sur cette course folle à la vitesse et à l’immédiateté dans notre monde et sur internet en particulier.
3) Le monopole de fait de Google est inquiétant. Tu as raison de dire que c’est par sa qualité que le moteur de recherche s’est imposé. C’est vrai, mais ça ne résout aucun problème. Dans la mesure où Google est devenu la porte d’accès à l’information sur le net — et on a pu encore le vérifier au moment de la panne Google, puisque bcp de gens ont préféré attendre que le portail soit réparé plutôt que d’utiliser un autre moteur ! — celui qui contrôle la porte contrôle ce qui y passe.
4) Tu dis qu’il n’y a pas de filtrage de Google comme en Chine. Je connais au moins un cas récent. Je n’en ai pas parlé ici, car je ne souhaite pas faire de la pub au bouquin en question. Mais voici l’affaire. Un livre, dont le contenu n’est pas politiquement correct (et pour cette raison n’a trouvé aucun éditeur ni diffuseur en France, ce qui est déjà fort), mais qui n’a fait l’objet d’aucune sanction au pénal (ni d’aucune plainte à ma connaissance), a été rétrogradé de 20 pages dans les résultats Google, après une intervention politique. A noter : il était en page 1 de Google, et pour la même requête, subitement, il se retrouve en page 20, après cette intervention. Ça se passe en Chine ? Pas du tout. Ça se passe en Europe, en France. Bon. Si ça s’est passé pour ce livre là, pourquoi pas pour d’autres ?

#24524 | Répond au message #24523
Google : pas de raccourcis - Mister K - 18 novembre 2009 à  09:05

Quand tu dis toi-même que site rapide=site confortable=aller dans l’intérêt de l’internaute, j’en reste pantois.Je maintiens que l’intérêt d’un site, ce n’est pas son habillage, mais son contenu.

Nous sommes d’accord sur le contenu. Mais, il suffit d’observer les sites qui utilisent à forte dose les technologies flash par exemple, notamment à coup de publicité pleine page qu’il faut fermer pour avoir accès au contenu (il n’y a que les sites professionnels qui font cela ou presque...), je suis désolé, mais ADSL ou pas, ça fait chier. Et si on peut se débarrasser de ce genre de trucs, et bien c’est du confort en plus...

En plus, il ne faut pas oublier qu’un nombre non négligeable d’internautes en France et dans le monde, pour l’instant, ont des accès internet assez limités. Avoir des sites lourds, c’est obliger les internautes à avoir des connexions internet haut débit et des configurations matérielles d’un bon niveau.

Je vois plutôt l’intention ici de diriger l’attention sur des sites de facture professionnelle ; et alors la rapidité de la réponse, ce n’est jamais qu’un critère (parmi d’autres, celui là annoncé) de professionnalisme, un signe. Une façon de distinguer amateurs et professionnels.

Je pense que cela est faux et je l’ai expliqué : les "amateurs" font en général des sites plus rapides que les professionnels.

J’ajouterai que d’un point de vue technique, si les types de contenus influent sur la rapidité du site, l’hébergement aussi. Rien à voir entre des serveurs mutualisés du type Ouvaton, et des serveurs dédiés par exemple. Rien à voir en terme de coût non plus.

Oui. Sauf qu’un site "amateur" n’a pas forcément les mêmes besoin qu’un site professionnel et surtout, n’attend pas le même nombre de visites. Il faut un hébergement dimensionné correctement selon les besoins. Souvent, les sites amateurs sont plus rapides que les sites professionnels malgré un hébergement nettement moins puissant sur papier. La plupart du temps, les professionnels paient beaucoup trop cher leur hébergement...

Je continue de m’interroger sur cette course folle à la vitesse et à l’immédiateté dans notre monde et sur internet en particulier.

En informatique, la course à la vitesse a toujours existé. La plupart du temps, cela est réglé par des infrastructures, du matériel toujours plus performantes et des logiciels toujours plus lourds et pas optimisés. Aller dans une logique d’optimisation des logiciels (donc, des sites web), me parait vraiment raisonnable...et aller dans le sens du développement durable. Maintenant, il ne faut pas confondre la rapidité à afficher un contenu et la rapidité à générer le contenu. C’est le deuxième point qui pose problème, pas le premier.

celui qui contrôle la porte contrôle ce qui y passe.

Oui, sauf que j’insiste, formellement, Google n’est pas la seule porte, c’est la meilleure, nuance.

Un livre, dont le contenu n’est pas politiquement correct (et pour cette raison n’a trouvé aucun éditeur ni diffuseur en France, ce qui est déjà fort), mais qui n’a fait l’objet d’aucune sanction au pénal (ni d’aucune plainte à ma connaissance), a été rétrogradé de 20 pages dans les résultats Google, après une intervention politique.

Et bien si on a les preuves de cela, il faut le dénoncer. Cela fait partie (la Chine n’était qu’un exemple, je ne doute pas qu’il y en ait d’autres dans le monde...et oui, pourquai pas en France) des manoeuvres obscures qui sont réellement dangereuses. Ce n’est quand même pas du même niveau que cette histoire de critère de vitesse du site qui est mis sur la place publique.

En conclusion, si je pensais que cette évolution de Google était mauvaise, je serai le premier à le dénoncer. Mais de mon point de vu, ce n’est pas forcément le cas. Il faut dénoncer Google sur les vrais abus (et se plier à la censure politique avérée en est un). Car, si on pouvait analyser l’algorithme d’indexation actuel de Google, il serait vraisemblablement déjà très discutable.

#24525 | Répond au message #24524
Google : pas de raccourcis - bombix - 18 novembre 2009 à  10:41

Ce n’est quand même pas du même niveau que cette histoire de critère de vitesse du site qui est mis sur la place publique.

Je crois qu’on n’est pas d’accord, mais c’est pas grave. Décider de la valeur d’un site sur des critères techniques (de vitesse, ou autre) et non sur des critères de contenu, juger le tuyau et non ce qui y passe, me semble inquiétant a priori. L’optimisation a bon dos. D’autant que, si je ne me trompe pas, les liens publicitaires qui arrivent en tête de page peuvent être bien pourris, pas grave, puisque le client a payé, n’est-ce pas ? Ne jamais oublier que Google est une entreprise commerciale : ce qui lui importe, c’est faire du profit. Ce n’est pas de favoriser le pluralisme, qui est un des fondements du fonctionnement démocratique. Quand Google peut faire du profit en servant le pluralisme, il le fait. Quand il pourra faire plus de profit encore en sacrifiant le pluralisme, il ne se posera pas la question une seconde sur le choix à faire. Parler même d’éthique avec ce genre de société est une aberration assez comique.

Oui, sauf que j’insiste, formellement, Google n’est pas la seule porte, c’est la meilleure, nuance.

Nuance, mais qui ne me semble pas pertinente. C’est la différence entre une liberté formelle et une liberté réelle. Ce qu’il faut regarder, c’est l’usage commun, pour le contrôle de l’opinion. Il existe d’autres portes, comme il existe une presse et une littérature alternative. Mais qu’importe, puisque 95 % des gens passent par la porte contrôlée, et les mêmes regardent la télé Bouygues et lisent la presse Lagardère ou Dassault. L’existence même d’autres portes sert d’alibi et laisse croire à un pluralisme effectif. La dictature : c’est ferme ta g..., la démocratie : cause toujours, comme on dit ;-) et ce n’est pas complètement faux.

Et bien si on a les preuves de cela, il faut le dénoncer.

Il y a des preuves. Je crois qu’il y a même une action en justice en cours. Qui a fort peu de chances d’aboutir. Mais je ne m’attarderai pas sur ce cas, car le contenu du bouquin me semble hélas assez nauséabond. Personnellement, je n’ai pas envie de lui faire de la pub. Reste que d’un point de vue du droit strict, ce cas est aberrant. Car soit ce que dit ce livre est condamnable au regard de la loi, et dans ce cas, il faut intenter une action en justice. Soit ce qu’il dit est inattaquable, et dans ce cas, exercer une pression politique pour le couvrir de silence est en contradiction avec la garantie reconnue de la liberté d’expression des idées et des opinions.

#24527 | Répond au message #24525
Google : pas de raccourcis - Mister K - 18 novembre 2009 à  12:21

Je crois qu’on n’est pas d’accord, mais c’est pas grave.

Oui, ce n’est pas bien grave ;-)

Décider de la valeur d’un site sur des critères techniques (de vitesse, ou autre) et non sur des critères de contenu, juger le tuyau et non ce qui y passe, me semble inquiétant a priori.

Mais Google a mis en place un algorithme, qui change régulièrement, et qui bien sûr, parce que c’est un programme, utilise des paramètres dont certains sont techniques, en premier lieu, la langue par exemple.
Là où tu fais une grave erreur à mon avis, c’est de considérer que Google juge la valeur des sites : ce n’est bien entendu pas le cas. Ce n’est pas parce que TF1 a le plus d’audience que c’est la meilleure chaine de télévision. Ce n’est pas parce que un site est le premier lien affiché par Google que c’est celui qui correspond réellement à mon besoin et encore moins celui qui serait le meilleur. Le métier de Google, c’est ***d’essayer*** de ressortir les résultats les plus pertinents à partir de la saisie de mots clés : c’est un métier nouveau, qui évolue et qui est avant tout technique. Il n’y a pas de choix politiques là-dedans. Mais la pertinence réelle ne peut évidemment pas être jugée par un programme mais bien par des humains. Et même, entre plusieurs personnes, les attentes ne sont pas les mêmes, ce qui est pertinent pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre.

L’optimisation a bon dos.

Non, pas du tout. Ce n’est pas de l’optimisation pour de l’optimisation. Google est une entreprise et il y a des coûts derrière. Pour eux, c’est un gain de temps donc d’argent. Et si ils peuvent indexer plus souvent des sites, ils pourront fournir des résultats "plus frais" aux utilisateurs donc, du point de vu de leur métier, être meilleurs encore...donc avoir plus d’utilisateurs, de rentrées publicitaires etc.

D’autant que, si je ne me trompe pas, les liens publicitaires qui arrivent en tête de page peuvent être bien pourris, pas grave, puisque le client a payé, n’est-ce pas ?

Oui, ces liens sponsorisés sont, tout de même, clairement indiqués. Perso, je ne clique jamais sur ces liens...

Ne jamais oublier que Google est une entreprise commerciale : ce qui lui importe, c’est faire du profit.

Oui, évidemment. Mais cela est vraiment une vision étriquée de ce qu’est Google. Google est une entreprise d’un genre un peu nouveau, où le plaisir est un facteur important. Cela peut paraître bizarre pour 99% des français, mais les gens s’éclatent vraiment dans leur boulot, ils ont beaucoup de liberté, ils innovent... C’est une boite de techniciens et les techniciens qui ont une véritable éthique pour la plupart, c’est en tout cas le cas des fondateurs. Ils ont une vision d’internet, de leur métier qu’ils essaient de faire partager. Et leur vision est restée très proche d’internet des débuts.

Parler même d’éthique avec ce genre de société est une aberration assez comique.

Pas du tout. C’est vraiment très mal connaître l’histoire (qui est certes embellie) de cette société que de dire cela. Google, ce n’est pas le monde merveilleux de Walt Disney...mais c’est très très loin (pour l’instant) d’être une multinationale sans foi ni loi.

Nuance, mais qui ne me semble pas pertinente. C’est la différence entre une liberté formelle et une liberté réelle. Ce qu’il faut regarder, c’est l’usage commun, pour le contrôle de l’opinion.

Parler de contrôle de l’opinion, actuellement, concernant Google est vraiment très exagéré. Je suis contre ce genre d’excès, car le jour où ce sera vraiment le cas, personne ni croira...

#24530 | Répond au message #24527
Google et le contrôle de l’opinion - bombix - 18 novembre 2009 à  13:54

Parler de contrôle de l’opinion, actuellement, concernant Google est vraiment très exagéré. Je suis contre ce genre d’excès, car le jour où ce sera vraiment le cas, personne ni croira...

Si on fait une requête à Bourges sur "elections régionales", voila la fenêtre Google qui s’ouvre :

Sur la première page, à droite, en haut, un lien vers le site de l’ancien lepeniste, ancien militant d’extrême droite Hervé Novelli qui mènera la liste de droite pour les élections régionales de 2010, en Région Centre

Si on fait une requête à Bordeaux, cette fois, sur "elections régionales", voilà la fenêtre qui s’ouvre :

Evidemment, c’est un "lien commercial". La politique, on le sait bien, est un fond de commerce juteux.
Mais ce n’est pas grave. Personne ne clique jamais sur les liens commerciaux. C’est même parce qu’on ne clique jamais dessus que les entreprises et les politiques payent très cher Google. Pour acheter des liens bien visibles, auxquels personne ne fait attention, et sur lesquels personne ne clique. ;-)

#24531 | Répond au message #24530
Google et le contrôle de l’opinion - Mister K - 18 novembre 2009 à  14:31

Si on fait une requête à Bourges sur "elections régionales", voila la fenêtre Google qui s’ouvre :

Sur la première page, à droite, en haut, un lien vers le site de l’ancien lepeniste, ancien militant d’extrême droite Hervé Novelli qui mènera la liste de droite pour les élections régionales de 2010, en Région Centre

Si on fait une requête à Bordeaux, cette fois, sur "elections régionales", voilà la fenêtre qui s’ouvre :

Evidemment, c’est un "lien commercial".

Oui, ben c’est de la publicité. C’est une pratique courante tous médias confondus. Google ne manipule pas plus que tout autre média qui passe de la publicité, TF1 en tête. Et ce n’est pas pour cela qu’il contrôle l’opinion. On remarquera que l’Agitateur est le 6ème lien non commercial sur l’exemple donné, ce qui prouve bien qu’il y a une tentative de contrôle de l’opinion... ;-)

#24532 | Répond au message #24531
Google et le contrôle de l’opinion - bombix - 18 novembre 2009 à  16:02

Google ne manipule pas plus que tout autre média qui passe de la publicité, TF1 en tête.

Google, par le monopole de fait qu’il détient, et le lieu stratégique qu’il occupe sur le parcours nécessaire pour accéder à l’information, n’est pas un "média ordinaire". J’évite de regarder TF1. J’ai du mal à me passer de Google ;-) Et plein de gens avec moi.

On remarquera que l’Agitateur est le 6ème lien non commercial sur l’exemple donné, ce qui prouve bien qu’il y a une tentative de contrôle de l’opinion... ;-)

Les choses sont plus subtiles que ça, c’est certain. Mais j’ai déjà répondu à cette objection dans un message précédent. Puisqu’on n’avance plus, il est peut-être temps de clôre la discussion provisoirement. Mon intention n’était d’ailleurs pas de diaboliser outre mesure Google. « « Tout ce qui est exagéré est insignifiant » », disait Talleyrand. Simplement de faire part d’une inquiétude qui me semble fondée.

#24534 | Répond au message #24532
Google et le contrôle de l’opinion - Mister K - 18 novembre 2009 à  17:36

Ok pour clore le débat.
En conclusion, je voulais dire que Google est certainement un danger potentiel, qu’il faut être vigilant et dénoncer ses abus actuels et futurs (La Chine et sûrement plein d’autres choses). Par contre, il faut critiquer Google à bon escient et éviter de crier au loup sur tout et n’importe quoi sous peine de perdre toute crédibilité. Google est une société américaine à taille mondiale, cela n’en fait pas pour autant le diable. Nous sommes donc d’accord au moins sur ces points ;-)

Sinon, je lis assez régulièrement les articles de Numérama qui est un site très intéressant. Mais de mon point de vu, une fois n’est pas coutume, l’article évoqué est à coté de la plaque.

#24537 | Répond au message #24534
Google et le contrôle de l’opinion - 18 novembre 2009 à  18:55

Google est une société américaine à taille mondiale, cela n’en fait pas pour autant le diable. Nous sommes donc d’accord au moins sur ces points ;-)

Ca n’est pas ce que j’ai cru comprendre dans les dires de bombix, mais passons. Je pense au contraire que parce que Google dispose de fait d’un quasi monopole qu’il faut s’en méfier... comme du diable !

Les informaticiens cools et sympas qui ont développé un moteur de recherche révolutionnaire dans leur garage se sont transformés en hommes d’affaires redoutables au point de faire passer Bill Gates pour un touriste.

L’histoire de la censure chinoise révèle que les affaires passent avant l’éthique pour les informaticiens cools et sympas, mais qui peut en être surpris ? N’est-ce pas la définition du "business is business" ? Le problème n’est pas que Google se plie aux desiderata des Chinois, mais que la Chine soit une dictature. Ca n’est pas Google qui trompe les internautes chinois, c’est la censure du Parti Communiste Chinois (d’ailleurs récemment ami avec notre parti au pouvoir à nous, l’UMP).

Le problème soulevé plus haut par bombix (des affichages différents selon que vous êtes à Bordeaux ou à Bourges) est un vrai problème. Quand on fait une recherche sur "élections régionales" sans même rajouter "Région Centre" on ne fait pas une recherche sur Novelli. Le fait même que ce lien soit présent (en plus dans une forme très peu différente des résultats "naturels" pour mieux tromper le visiteur) est une dérive de la publicité (sauf à considérer que les élections sont une marchandise comme les autres). Désolé, mais une telle pratique peut orienter l’opinion et interférer dans les élections démocratiques. Car seul Google décide de qui est affiché : celui qui paye.

Pour poursuivre :
- Les dangers du géant Google Agoravox
- Faut-il avoir peur de Google ? (Arte TV)

#24538 | Répond au message #24537
Google et le contrôle de l’opinion - Mister K - 18 novembre 2009 à  19:25

Le problème soulevé plus haut par bombix (des affichages différents selon que vous êtes à Bordeaux ou à Bourges) est un vrai problème. Quand on fait une recherche sur "élections régionales" sans même rajouter "Région Centre" on ne fait pas une recherche sur Novelli. Le fait même que ce lien soit présent (en plus dans une forme très peu différente des résultats "naturels" pour mieux tromper le visiteur) est une dérive de la publicité (sauf à considérer que les élections sont une marchandise comme les autres). Désolé, mais une telle pratique peut orienter l’opinion et interférer dans les élections démocratiques. Car seul Google décide de qui est affiché : celui qui paye.

Le problème, c’est que vous dites n’importe quoi. Quand vous affichez élections régionales, le site de Novelli n’apparait pas, il faut ajouter en plus le mot Bourges pour cela. Il est vraisemblable que Bourges fait partie des mots clés choisis par les gens de l’UMP pour afficher leur pub. Autre chose, les liens sponsorisés sont clairement différents des autres, il faut vraiment être de mauvaise foi pour ne pas le remarquer. Enfin, à Bourges et à Bordeaux, ***pour les mêmes mots clés***, le résultat est le même à un instant T ! Je trouve que c’est très bien de critiquer, mais il faut quand même comprendre le fonctionnement de ce que l’on critique pour avoir un avis valable. Là, ce n’est visiblement pas votre cas.

Désolé, mais une telle pratique peut orienter l’opinion et interférer dans les élections démocratiques.

Mais n’importe quoi ! C’est typique d’une réaction excessive et abusivement alarmiste. Tout peut influer sur des élections...les sondages, les guignols, la presse, votre humeur le matin du vote, les résultats de la coupe du monde, que sais-je ?! Mais à quel degrés ? L’influence de Google là-dedans, en admettant qu’elle existe vraiment, est infinitésimal...

#24539 | Répond au message #24538
Google et le contrôle de l’opinion - B. Javerliat - 19 novembre 2009 à  08:30

Cher Mister K

- Hier matin, quand on faisait "élections régionales" dans Google depuis Bourges, on avait la pub Novelli
- Hier matin, quand on faisait "élections régionales" dans Google depuis Bordeaux, on avait pas la pub Novelli
- Hier soir quand on faisait "élections régionales" dans Google depuis Bourges, on avait plus la pub Novelli
- Ce matin, quand on fait "élections régionales" dans Google depuis Bourges, on a de nouveau la pub Novelli

Mais c’est pareil entre "Bourges et Paris" ou "Bourges et Castelnaudary". Mais alors, me direz vous, pourquoi Bordeaux ? Simplement parce que j’ai un ami à Bordeaux qui a bien voulu me faire une copie d’écran de la requête "élection régionales" vu de chez lui. Je l’ai transmise à bombix qui avait fait une brève sur Google. Il a dû trouver ça suffisamment important pour poster un commentaire.

L’explication est simple, juste un peu longue à expliquer.
Dans sa grande bonté, Google fait tout pour faciliter la vie des internautes, qu’ils soient de gentils consommateurs ou de gentils commerçants (tout le monde il est gentil pour Google).

Pour passer de la pub dans la colonne "liens commerciaux" (écrit en gris sur fond blanc alors que tout le reste est en noir) il suffit de cliquer sur "Affichez votre annonce ici »"
Et là, dans la rubrique "Coûts et paiements", il vous est expliqué qu’ "Il n’y a aucun montant de dépenses minimum, il vous appartient de déterminer le montant dépensé pour AdWords. Par exemple, vous pouvez définir un budget quotidien de quatre euros et un coût par clic maximum de dix cents pour votre annonce." Plus loin "Vous ne payez que si un internaute clique sur votre annonce et non lorsque celle-ci est diffusée."

Ca veut dire que si vous avez défini 10 euro de pub par jour, et si le clic vous est facturé 10 centimes par Google, la publicité est supprimée après le centième clic.
Le lendemain elle reparaitra jusqu’à ce que les 100 clics soient atteints. Et ainsi de suite sur toute la durée que vous aurez choisi.
De plus, quand vous avez cliqué une fois, la pub n’apparait plus, pour que des petits malins ne passent pas leur temps à cliquer pour nuire à l’annonceur.

Ce qui explique l’apparition/disparition de la pub de Novelli "elections regionales" dans Google depuis Bourges dans la journée d’hier .

Sans doute, cher Mister K, vous n’étiez pas au fait de cette technique, et vous avez maintenant l’explication. Et je ne vous en veux pas d’avoir affirmé que je dis n’importe quoi (on était deux avec bombix à dire avoir vu la pub de Novelli, cela aurait dû vous mettre la puce à l’oreille). Mais comme vous dites, "il faut quand même comprendre le fonctionnement de ce que l’on critique pour avoir un avis valable".

Je confirme donc que "A Bourges et à Bordeaux, ***pour les mêmes mots clés***, le résultat n’est pas obligatoirement le même à un instant T !". L’instant T en question étant 19 novembre 2009 à 8H30 et la requête "élections régionales". Simplement parce que Google utilise la Localisation géographique des adresses IP.

PS : dans un précédent post, j’ai traité les accros de twitter de "ramollis du bulbe". Je n’avais pas vu que vous aviez un compte twitter (quelle idée). Je retire donc ce que j’ai dit. En ce qui vous concerne du moins !

PS 2 Pour détendre un peu l’atmosphère : cliquez tous sur la pub de Novelli, ça lui fait dépenser des sous pour rien !

#24543 | Répond au message #24539
Google et le contrôle de l’opinion - Mister K - 19 novembre 2009 à  08:59

Sans doute, cher Mister K, vous n’étiez pas au fait de cette technique, et vous avez maintenant l’explication. Et je ne vous en veux pas d’avoir affirmé que je dis n’importe quoi (on était deux avec bombix à dire avoir vu la pub de Novelli, cela aurait dû vous mettre la puce à l’oreille). Mais comme vous dites, "il faut quand même comprendre le fonctionnement de ce que l’on critique pour avoir un avis valable".

M. Javerliat, je connais parfaitement le fonctionnement du système Adwords de Google, merci. Il est possible (il faudrait que je le vérifie) qu’un critère de localisation géographique existe désormais pour afficher les pubs (ce n’était pas le cas il y a quelques années). Dont acte pour la localisation géographique des Adwords (mais avouez qu’il me manquait quelques billes dans les explications). Mais en aucun cas on ne peut en conclure que les résultats ***non publicitaires*** de Google sont filtrés en France. C’est là que je dis qu’il ne faut pas faire d’amalgames et de désinformation.

Je confirme donc que "A Bourges et à Bordeaux, ***pour les mêmes mots clés***, le résultat n’est pas obligatoirement le même à un instant T !". L’instant T en question étant 19 novembre 2009 à 8H30 et la requête "élections régionales". Simplement parce que Google utilise la Localisation géographique des adresses IP.

Et ça, c’est de la désinformation puisque de toute évidence, vous ne précisez pas que ce sont les résultats des Adwords qui sont de la publicité qui sont différents ! Donc, je le redis, c’est important, à Bourges et à Bordeaux, ***pour les mêmes mots clés***, le résultat sont les mêmes à un instant T. Si je précise à un instant T, c’est que Google a énormément de serveurs qui ne sont pas forcément toujours synchronisés et on peut, pour des raisons techniques, avoir des résultats légèrement différents selon le serveur qui nous renvoie le résultat. Mais il ne faut pas en conclure à du filtrage pour autant, hein...

PS : dans un précédent post, j’ai traité les accros de twitter de "ramollis du bulbe". Je n’avais pas vu que vous aviez un compte twitter (quelle idée). Je retire donc ce que j’ai dit. En ce qui vous concerne du moins !

Euh...non, vous pouvez me mettre avec tous les autres utilisateurs de Twitter, c’est pas bien grave.

PS 2 Pour détendre un peu l’atmosphère

Perso, je suis détendu, tout va bien... ;-) Juste que je ne veux pas laisser dire n’importe quoi sans répondre.

#24546 | Répond au message #24543
Google et le contrôle de l’opinion - Eulalie - 19 novembre 2009 à  11:32

Bonjour Mister K,

Je ne sais toujours pas comment on reprend un passage d’un post. Bref, juste pour dire qu’il me semble que le "principe" de localisation de Google n’est pas fait seulement pour les pubs. J’ai remarqué ça assez récemment qu’en cherchant dans google des liens non commerciaux, que comme par hasard, ça me donnait le sujet sur Bourges en premier.... Je dirais même que c’est mémorisé quelque part....
Bon comme vous le savez, j’y connais rien en informatique, mais n’empêche que j’ai remarqué ça récemment.

#24549 | Répond au message #24546
Google et le contrôle de l’opinion - Eulalie - 19 novembre 2009 à  17:51

Bon, je recommence ce que j’ai dit. Ce n’est effectivement pas clair dutout. Comment expliquer ?
L’autre jour, je faisais des recherches assidues sur un un sujet sur Bourges. Bon, j’obtiens des liens sur Bourges, rien de plus normal...

Ensuite, je cherche des infos mais pas dutout sur Bourges. Je cherche une info générale. Eh bien, les liens que m’a donnés google dans les premiers me ramenaient à Bourges. Je vous assure Mister K que je n’hallucine pas, et je viens d’ailleurs de retester.

J’ai d’abord cherché " bar restaurant" . Bon, j’obtiens des bars restaurants de toute la France, enfin surtout Paris, dans les premiers liens.

Je passe à une autre recherche sur Bourges : " garages bourges". J’obtiens les garages à Bourges.

Je refais une recherche "bar restaurant" et là, déjà, Google me dit en dessous de 3 liens environs, "faites une recherche du type "bar restaurant, paris".

Je fais une recherche générale "garage". En 3e lien environ, j’obtiens les garages de Bourges.

Donc, j’en déduis que Google en 5mn de recherches simples, a mémorisé mes recherches et m’oriente sur Bourges quasi immédiatement, dès qu’il a "compris" que je faisais une recherche par ville puis plus précisément sur Bourges.

C’est quand même inquiétant, étonnant.

Et moi, je ne parle pas des liens commerciaux à droite de l’écran google, je parle des liens habituels... ceux qui se trouvent dans la partie blanche de google.

Suis-je claire ?

#24555 | Répond au message #24546
Google et le contrôle de l’opinion - 19 novembre 2009 à  18:42

J’ai vérifié, c’est exact.

#24556 | Répond au message #24555
Google et le contrôle de l’opinion - Mister K - 19 novembre 2009 à  19:25

Oui, j’ai fait le test mais je n’obtiens pas exactement les mêmes résultats. Je pense qu’en fait il y a de la localisation géographique...Je ne suis pas sûr, mais presque. Parce que moi, on ne me propose jamais les garages de Bourges...malgré le fait que j’ai suivi scrupuleusement, dans l’ordre, les recherches indiquées par Eulalie. Il me propose un commune autre que Bourges ou Paris qui est à coté de la plaque mais pas trop. Ben oui, la localisation géographique par IP, c’est pas ultra-fiable...

Bon, en fait analysons. Je pense qu’il s’agit là d’une fonctionnalité de Google. Déjà, il y a un système de suggestion pour quelques mots clés : effectivement chercher "garage restaurant" sans préciser le lieu, c’est la garantie d’avoir un résultat foireux. Donc, il y a une sorte d’aide. Un peu comme quand vous faites une faute d’orthographe et que Google vous propose de rechercher avec la bonne orthographe... Donc, par défaut, il propose Paris, pourquoi pas.
Ensuite, en gros, si vous saisissez des mots que vous pourriez chercher dans les pages jaunes style "coiffeur", "garage", "médecin généraliste", "opticien", "boulangerie", il vous propose systématiquement ces services qu’il suppose proche de chez vous, localisation géographique par IP oblige. Mais si vous regardez bien, il le dit clairement : "Résultats de la recherche médecin généraliste à proximité de Saint-Cloud - Changer le lieu". On comprend que c’est une suggestion et on peut changer le lieu.
Si on tente de changer le lieu, il faut rentrer le nom d’une ville et d’un code postal et vous avez la possibilité ou non de mémoriser ce lieu. J’ai fait le test avec Bourges et j’ai mémorisé. Si ensuite je recherche "garagiste", Google me propose bien les garagistes de Bourges. Il a visiblement enregistré Bourges dans un cookie. Si je supprime le cookie et bien on me propose de nouveau les garagistes de Saint-Cloud.

Bref, Google tente là de concurrencer des services comme pagesjaunes. Il utilise la position géographique théorique comme un système de suggestion. Je dirais que c’est extrêmement logique et qu’il n’y a aucune manipulation là-dedans. Mais je reconnais que je n’avais remarqué cela...sûrement parce que j’ai forcément idée de préciser le lieu systématiquement ;-)

Mais en regardant le fonctionnement et en le comprenant, je ne vois pas vraiment ce qu’il y a d’inquiétant.

#24557 | Répond au message #24556
Google et le contrôle de l’opinion - Eulalie - 19 novembre 2009 à  20:10

ah non non, je ne disais pas qu’il y avait de la manipulation là dedans. C’est le côté localisation et mémorisation que je trouve inquiétant. Enfin, comme ça, ça fait drôle. Mais vous avez raison c’est logique. Je crois que c’est assez récent, enfin en tous cas je n’avais jamais remarqué ça avant. (bon, mais je ne sais toujours pas ce qu’est un cookie... j’irai voir sur google.. ;-))

#24558 | Répond au message #24557
Google et le contrôle de l’opinion - bombix - 19 novembre 2009 à  20:32

Un cookie, c’est un tout petit fichier qui enregistre des informations sur l’utilisateur du "butineur", lequel butineur peut les réutiliser. Les cookies sont stockés sur l’ordinateur. On peut les effacer pour ne pas laisser de trace, et ne pas donner d’information sur soi (pas tant son identité que ce que l’on regarde, ce à quoi on s’intéresse etc.) aux sites qu’on visite. Exemple d’utilisation douteuse des cookies. Vous allez sur un site d’enchères en ligne et vous recherchez un vieil appareil photo. Puis le lendemain, vous allez consulter votre boite email sur Yahoo !. Surprise, l’écran de pub de Yahoo ! vous propose des appareils photos géniaux et pas cher ... Vous ne faites pas attention, puis un jour vous cliquez et vous achetez. Vous vous êtes fait avoir. Mais il y a des utilisations bcp plus neutres, qui rendent service à l’internaute en fait, en lui évitant de toujours retaper des informations, ce qui est fastidieux. Donc ça rend service, et ça peut piéger. On peut désactiver les cookies, mais certains sites exigent leur mise en service, pour des raisons techniques. On peut aussi demander l’effacement des cookies stockés à toutes les fins de session.

#24559 | Répond au message #24558
Google et le contrôle de l’opinion - bombix - 19 novembre 2009 à  08:50

On remarquera que l’Agitateur est le 6ème lien non commercial sur l’exemple donné

Vérification faite, je ne vois pas apparaître l’Agitateur. On ne trouve que des sites institutionnels et les poids lourds de la presse. Pas de blogs. Pas de webzine. Et bien sûr, Wikipédia, l’oracle d’internet, apparaît toujours en premier.

Voici la liste des liens de la première page. Novelli est toujours présent en lien commercial (unique ce matin). Test fait à 8h36, le 19/11/2009, depuis Bourges, sur "élections régionales".

1.
Élections régionales en France - Wikipédia
L’élection régionale en France permet d’élire les conseillers régionaux qui siègent au conseil régional pour un mandat, en principe, de six ans. ...
Caractéristiques - Mode de scrutin - Électeurs - Voir aussi
fr.wikipedia.org/.../Élections_régionales_en_France - En cache - Pages similaires -

2.
Élections régionales françaises de 2010 - Wikipédia
Les prochaines élections régionales françaises auront lieu les 14 et 21 mars 2010 et viseront au renouvellement des 26 conseils régionaux de métropole et ...
fr.wikipedia.org/.../Élections_régionales_françaises_de_2010 - En cache - Pages similaires -

3.
Elections régionales 2010 - l’Humanite
http://www.humanite.fr/+-Elections-regionales-2010-+.
www.humanite.fr/Elections-regionales -

4.
Résultats dans l’Actualité pour élections régionales

TF1 Augustin Legrand rejoint "Europe Ecologie" pour les élections ...‎ - Il y a 4 jours
... président de l’association les Enfants de Don Quichotte, rejoint "Europe Ecologie" pour la campagne des élections régionales en Ile-de-France, ...
nouvelobs.com - Autres articles (47) »
Gauche anticapitaliste Vers une liste commune aux élections régionales‎ - Le Télégramme - Autres articles (4) »
Elections régionales : Jean-François Le Grand tête de liste UMP en ...‎ - Ouest-France - Autres articles (2) »

5.
élection régionales 1986 1992 1998 2004 2010
Les élections régionales en France depuis 1986. ... élections régionales 2004. Tous droits réservés france-politique.fr ...
www.france-politique.fr/elections-regionales.htm - En cache - Pages similaires -

6.
élection régionales 2010
Les élections régionales de 2010 en France. ... date : 2010. Pour aller plus loin : mode de scrutin aux élections régionales. régionales 2010 ...
www.france-politique.fr/elections-regionales-2010.htm - En cache - Pages similaires -

7.
Sondage sur les elections regionales 2010 en France
Les élections régionales auront lieu les 14 et 21 mars 2010 ... Vous vous presentez à l’election regionale de 2010, inscrivez votre site internet : Ajouter ...
www.region2010.fr/ - En cache - Pages similaires -

8.
Élections régionales : appel à candidatures à tous les adhérents
25 sep 2009 ... Dès aujourd’hui 25 septembre 2009 l’appel à candidature est lancé pour les prochaines élections régionales auprès de tous les adhérents. ...
www.mouvementdemocrate.fr/.../regionales-appel-a-candidatures-adherents-250909.html - En cache -

9.
Dates des prochaines élections régionales
Dans un communiqué, Alain Marleix, Secrétaire d’Etat à l’Intérieur et aux collectivités territoriales, vient de (...)
www.davidtate.fr/Dates-des-prochaines-elections - En cache -

10.
Les élections régionales se dérouleront les 14 et 21 mars 2010
PARIS - Les prochaines élections régionales auront lieu les dimanches 14 et 21 mars 2010 en France, annonce dans un communiqué Alain Marleix, ...
www.lexpress.fr/.../les-elections-regionales-se-derouleront-les-14-et-21-mars-2010_826141.html - En cache -

11.
Lyon - Toute l’actualité de la région avec Libération : Elections ...
29 oct 2009 ... Pendant les vacances de la Tousaint, LibéLyon vous propose un debriefing sur les régionales 2010. Le point en cinq volets.
www.libelyon.fr/.../elections-régionales-pagaille-autour-de-begag-au-modem.html - En cache -

12.
Messages blog sur élections régionales
Et si les élections régionales devenaient les vraies primaires ? - Marianne2.fr | le site de l’hebdomadaire Marianne - 11 nov 2009
Liste PS provisoire pour les élections régionales 2009 ... - Parlemento.com - 22 mar 2009
Frêche favori des élections régionales selon un sondage BVA-La ... - Montpellier journal - 5 nov 2009

#24545 | Répond au message #24532
Google et le contrôle de l’opinion - Mister K - 19 novembre 2009 à  09:42

Vérification faite, je ne vois pas apparaître l’Agitateur. On ne trouve que des sites institutionnels et les poids lourds de la presse. Pas de blogs. Pas de webzine. Et bien sûr, Wikipédia, l’oracle d’internet, apparaît toujours en premier.

Comme je ne voyais pas comment on pouvait obtenir des résultats différents (hors pub !) à Bourges et à Bordeaux, j’avais ajouté le mot "Bourges". Donc, si on recherche "élections régionales bourges" sur google.fr, on tombe sur un article de l’Agitateur en 4ème lien ce matin...et bien sûr, toujours sur la pub de Novelli.

#24547 | Répond au message #24545
Google et le contrôle de l’opinion - bombix - 19 novembre 2009 à  10:58

Comme je ne voyais pas comment on pouvait obtenir des résultats différents (hors pub !) à Bourges et à Bordeaux, j’avais ajouté le mot "Bourges". Donc, si on recherche "élections régionales bourges" sur google.fr, on tombe sur un article de l’Agitateur en 4ème lien ce matin...et bien sûr, toujours sur la pub de Novelli.

Tu fais le test depuis Paris. Donc, Google repère si l’internaute parle depuis la Région Centre, et il envoie la pub en conséquence. Ou il repère les mots clés, et il envoie la pub en conséquence. L’apparition de la pub est liée à plusieurs critères (localisation de l’internaute, contenu de la requête, peut-être d’autres choses que nous ne connaissons pas) ... voilà ce que nous apprend l’expérience.

Reste à savoir si cette présence de pub, ciblée de manière stratégique et avec beaucoup de soins, est anodine. Je maintiens que non.

Les quelques stratégies fines que met en lumière cette simple expérience (et on a certainement pas épuisé toute la question) montre tout le soin que Google apporte au traitement de ce problème : identifier l’internaute et lui proposer des solutions en matière d’information en conséquence. Il y a bien sûr l’annonce claire du "lien commercial".

Mais ça n’enlève pas mon malaise de savoir qu’utilisateur de Google, celui-ci sait "qui je suis", et quel type de réponse il faut m’apporter. La manipulation est possible. Elle n’est pas avérée. Je te l’accorde. Mais elle est possible. Et ce n’est pas succomber à la théorie du complot et à la paranoïa que de s’en inquiéter. D’autant que je ne sache pas qu’il y ait un contrôle sur la manière dont travaille Google. C’est une boite noire. La boite semble produire des résultats honnêtes. C’est tout ce qu’on peut dire pour l’instant, et ce n’est pas suffisant. L’utilisation d’internet a pris une trop grande importance pour qu’on néglige ce genre de problème. Je maintiens donc ce que j’ai déjà dit : qui contrôle celui qui contrôle la porte ? Il n’y aucune raison de faire confiance à des gens qui — on ne peut pas le leur reprocher, c’est comme ça — défendent des intérêts privés, les leurs. Donc plus largement les intérêts d’un type de société qui a permis leur fortune — mais qui organise la misère du plus grand nombre.

Voilà. J’ai une position idéologique si tu veux. Mais la technophilie est aussi une idéologie. C’est même une idéologie par définition, parce qu’une idéologie ne fonctionne parfaitement que lorsqu’elle s’ignore comme telle.

Je ne t’ai sûrement pas convaincu. Un échange ne sert pas à faire changer d’avis l’autre. Il sert à éclaircir les positions respectives de chacun par la formulation la plus claire possible des arguments en présence.

#24548 | Répond au message #24547
Google et le contrôle de l’opinion - Mister K - 19 novembre 2009 à  11:54

Tu fais le test depuis Paris. Donc, Google repère si l’internaute parle depuis la Région Centre, et il envoie la pub en conséquence. Ou il repère les mots clés, et il envoie la pub en conséquence. L’apparition de la pub est liée à plusieurs critères (localisation de l’internaute, contenu de la requête, peut-être d’autres choses que nous ne connaissons pas) ... voilà ce que nous apprend l’expérience.

Reste à savoir si cette présence de pub, ciblée de manière stratégique et avec beaucoup de soins, est anodine. Je maintiens que non.

Oui, la publicité sur internet est ciblée en fonction des centres d’intérêts des internautes, ce n’est pas uniquement le cas sur Google mais sur l’ensemble des sites internet qui ont de la publicité ! Ce n’est certainement pas anodin, mais ce n’est pas spécifique à Google (même si c’est Google qui a poussé le concept le plus loin...). Mais il est important de dire, dans le cas de Google, qu’il ne s’agit là que de la publicité et pas du contenu de la recherche proprement dite. Le reste c’est de la publicité avec toute les problématiques de manipulations de la publicité, qu’elle soit sur internet ou ailleurs.

Mais ça n’enlève pas mon malaise de savoir qu’utilisateur de Google, celui-ci sait "qui je suis", et quel type de réponse il faut m’apporter. La manipulation est possible. Elle n’est pas avérée. Je te l’accorde. Mais elle est possible. Et ce n’est pas succomber à la théorie du complot et à la paranoïa que de s’en inquiéter.

Oui, tout a fait. Mais il est important de dire que cela ne concerne que la publicité. J’insiste ;-)

D’autant que je ne sache pas qu’il y ait un contrôle sur la manière dont travaille Google. C’est une boite noire. La boite semble produire des résultats honnêtes. C’est tout ce qu’on peut dire pour l’instant, et ce n’est pas suffisant. L’utilisation d’internet a pris une trop grande importance pour qu’on néglige ce genre de problème.

Oui, cela, c’est une vraie objection à Google et je ne peux être que d’accord. Moi qui suis un "militant" du logiciel libre, je ne peux qu’être contre les boites noires. Mais il faut reconnaître une difficulté à Google qui, par ailleurs, met beaucoup des ces applications en "open source", c’est que s’ils livraient le fonctionnement exact de leur moteur de recherche, un grand nombre de site ***commerciaux*** en profiteraient pour tricher afin d’essayer d’être le mieux placé dans les recherches...ce qui fausserait complètement la donne et, pour le coup, permettrait toutes les manipulations. Une partie du travail des ingénieurs de Google est de trouver des moyens techniques de repérer les sites qui trichent ou les manipulations à grande échelle (le fameux Google bombing par exemple). Ce n’est pas simple...
Toutefois, les grandes lignes du fonctionnement de l’indexation de Google sont connues...et quand elles changent, Google en fait généralement part. L’histoire de la rapidité d’accès au site est un exemple potentiel.

Voilà. J’ai une position idéologique si tu veux. Mais la technophilie est aussi une idéologie. C’est même une idéologie par définition, parce qu’une idéologie ne fonctionne parfaitement que lorsqu’elle s’ignore comme telle.

Oui, j’ai bien ressentie une certaine position idéologique. Et c’est ce qui m’ennuie. Je ne suis pas spécialement technophile et je me méfie beaucoup de ceux qui utilisent la technique à des fins peu avouables. Mais, il faut être rationnel. Et en expliquant les choses, en ne faisant pas d’amalgames, on peut tout de même éclairer un minimum face à des affirmations exagérés voir totalement fausses. Dire là où il y a des risques, là où il y a des abus...mais ne pas exagérer tout, sinon, on n’est plus crédible et cela tourne à la théorie du complot, qu’on le veuille ou non.

Je ne t’ai sûrement pas convaincu. Un échange ne sert pas à faire changer d’avis l’autre. Il sert à éclaircir les positions respectives de chacun par la formulation la plus claire possible des arguments en présence.

Non, ce n’est pas mon but. Si l’Agitateur peut participer à éclairer les berruyers, berrichons sur les risques et les dangers d’internet, ce sera parfait. Mais il ne faut pas que cela tourne à la caricature. Il faut préciser, nuancer, expliquer. C’est ce que j’essaie de faire dans cette discussion car je crois que c’est nécessaire...Et là, c’est le citoyen qui parle. Certes, un citoyen qui a les deux pieds dans le domaine des systèmes d’informations, du web et j’en passe. Mais un citoyen avant tout qui n’a pas attendu 2009 pour se préoccuper d’un sujet de société qui va, bien entendu, bien au delà de la technique. Je vous invite à lire d’ailleurs, un article que j’ai écrit il y a 10 ans, et qui a donc peut-être un peu vieilli mais qui montre bien que je ne suis pas un technophile totalement décervelé ;-) : Informatique : libérale ou libertaire ?

#24551 | Répond au message #24548
Google et le contrôle de l’opinion - bombix - 19 novembre 2009 à  13:49

je ne suis pas un technophile totalement décervelé ;-)

Je n’ai jamais dit ni pensé ça. Je n’ai aucun mépris pour les techniciens, plutôt de l’admiration même. Et je comprends parfaitement la fascination qu’on peut avoir pour les objets et les réalisations techniques, parce que je l’ai moi-même éprouvée. Donc ce n’est pas de cela qu’il s’agit. D’ailleurs, le problème serait si simple s’il s’agissait seulement "d’avoir plus de cervelle". Le problème est épineux parce qu’il n’oppose pas ceux qui ont de la cervelle à ceux qui n’en ont pas, mais ceux qui font un usage de leur cervelle, et ceux qui en font un autre. Deux formes de rationalité s’affrontent ; il n’y pas "la" rationalité qui dirait ce qu’elle doit faire à une forme d’esprit supposée "inférieure". C’est le problème du monde eco-technique, notre monde. Il est formulable comme ceci : les solutions aux problèmes du monde/dans le monde ne sont pas toutes des solutions techniques — d’autant que la technique comme devenir-monde pose elle-même un problème.

il faut être rationnel

D’accord. L’analyse de l’idéologie est une analyse rationnelle. ;-)

#24554 | Répond au message #24551
Google : pas de raccourcis - bombix - 18 novembre 2009 à  16:14

Google est une entreprise d’un genre un peu nouveau, où le plaisir est un facteur important. Cela peut paraître bizarre pour 99% des français, mais les gens s’éclatent vraiment dans leur boulot, ils ont beaucoup de liberté, ils innovent... C’est une boite de techniciens et les techniciens qui ont une véritable éthique pour la plupart, c’est en tout cas le cas des fondateurs. Ils ont une vision d’internet, de leur métier qu’ils essaient de faire partager. Et leur vision est restée très proche d’internet des débuts.

Je n’y crois pas une seconde. C’est vraiment de l’idéologie ça. J’ai vu un reportage assez bien fait sur le fonctionnement de Google de l’intérieur. Manipulation, prise en main de la vie entière des salariés, bonheur au travail obligatoire ... Vraiment à faire peur. Et à fuir comme la peste.

#24535 | Répond au message #24530
Google : pas de raccourcis - Mister K - 18 novembre 2009 à  17:26

Je n’y crois pas une seconde. C’est vraiment de l’idéologie ça.

Je suis d’accord que les choses ne sont pas aussi idéales que voudrait certainement le vendre Google. Mais par contre, il semble qu’il y a du vrai. Les résultats de Google sont tout de même assez criants : dans de nombreux domaines, ils prennent une avance monstre sur leurs concurrents et sont extrêmement innovants.
Ce n’est certainement pas du hasard.

J’ai vu un reportage assez bien fait sur le fonctionnement de Google de l’intérieur. Manipulation, prise en main de la vie entière des salariés, bonheur au travail obligatoire ... Vraiment à faire peur. Et à fuir comme la peste.

Attention, il faut distinguer deux choses : le mode de travail aux USA dans certaines sociétés (genre on quitte pas son boulot parce que l’on a tout sur place - travail et loisirs) et les spécificités Google dans la gestion de leurs projets. Incontestablement, il y a des choses intéressantes. Là aussi, il faut faire la part des choses. Tout n’est certainement pas à conserver. Mais tout n’est pas à jeter non plus.

#24536 | Répond au message #24535